Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 14:25

Sept vols ce matin entre 10h15 et 12h30 ... Cela fait un vol toutes les 20 minutes. Il faut préciser que j'étais seul au terrain, donc j'ai enchaîner sans temps mort : premier vol avec un pack chargé à la maison, je pose je mets en charge à 3C (15 ampères), le temps que j'ai mis le deuxième pack dans l'avion, aller jusqu'à la piste, 8 minutes de vol, revenir ... le pack en charge est chargé à plus de 95% je le prends et mets celui qui a volé en charge, et ainsi de suite .. Pas le temps de souffler !

 

Donc l'entraînement continue : tonneaux, boucles inversées, vol dos (j'en reparlerai) et aujourd'hui une petit nouvelle, la vrille.

 

La théorie tout d'abord : on prend de l'altitude, ligne droite à plat, réduire la vitesse en tirant sur la profondeur, et au moment ou l'avion décroche on donne un coup de dérive l'avion bascule et se met en vrille.

Entrainement à la voltige : la vrille

J'avais déjà fait des essais et ... le Calmato refusait de décrocher. Il se mettait à parachuter gentiment. J'avais essayé en mettant la dérive à fond quand l'avion commençait à parachuter et il partait simplement dans un cercle descendant. Frustrant.

 

Un des pilotes à qui j'en ai parlé m'a dit qu'il fallait que j'essaye de reculer le centrage. Ok mais qui dit centrage reculé dit instabilité augmentée, il faut y aller doucement et vérifier ce que l'on fait.

 

Reculer le centrage pas difficile, vu qu'il y a 150 grammes de plomb collés sur le nez il suffit d'en enlever un peu. Donc j'ai supprimé 30 grammes. Le centrage est passé de 85 mm à 90 mm du bord d'attaque. Selon predimRC ça correspond à une marge statique de 4% donc cela semble raisonnable, mais il ne faut pas enlever plus de plomb avant d'avoir vu ce que ça donne.

 

Décollage, réglage du trim de profondeur, sens à cabrer (quand on modifie le centrage il faut modifier le réglage du trim, c'est systématique). Décollage, ça va. L'avion est un peu plus sensible aux ailerons, il réagit plus aux petites perturbations dues au vent mais c'est ok.

 

Mise en altitude, décrochage en ligne droite toujours pas très marqué malgré la profondeur en débattement maximum. Je vais faire plusieurs essais et finalement je réussi à trouver la bonne combinaison des commandes : baisser les gaz, maintenir l'avion en vol horizontal avec la profondeur, et quand il commence à s'enfoncer avec la profondeur à 3/4 de course tirer à fond sur le manche de profondeur et mettre la dérive en butée. Et là l'avion part dans une belle vrille.

 

La question qui se pose ensuite c'est de savoir comment ça va s'arrêter. en fait avec le calmato c'st très simple, suffit de remettre les manches au neutre et l'avion sort de la vrille. Enfin ça doit être à peu près ce que je fait, pas eu le temps d'analyser complètement le mouvement de mes doigts. Ce qui est certain c'est que la sortie est facile et propre.

 

Figure à travailler bien entendu, d'une part pour engager la vrille à tous les coups et d'autre part pour en sortir dans l'axe après avoir effectué le nombre de tours souhaité. Et puis bien entendu il faudra apprendre à faire la vrille face à moi en milieu d'axe de piste. Mais ça c'est pour un peu plus tard.

 

Repost 0
26 mars 2017 7 26 /03 /mars /2017 19:30

Bon, quand il faut y aller ....

 

J'avais déjà essayé de passer cette figure à l'automne et ça c'était terminé en ... je sais même pas comment décrire ça. Alors j'ai bouquiné un peu sur le sujet, en particulier un livre sur la technique du vol acrobatique (aviation grandeur) que j'avais acheté pendant les vacances de noël.

 

Le conseil c'est de décomposer la figure en deux parties, pour la travailler : le passage par l'avant d'une part, ou on par du vol horizontal et on fait une demi boucle par l'avant, et le remontée dos d'autre part, ou on part d'un vol dos pour faire une demi boucle inversée, en se retrouvant donc en vol à plat, un peu plus haut. Et curieusement ce n'est pas la partie de la figure que l'on croyait la plus compliquée qui va être la plus dure à exécuter.

 

Donc d'abord la remontée dos, parce que c'est ce qui parait le plus simple :

Entrainement à la voltige : la boucle inversée

Par prudence et bien que la figure soit montante, je fais les premiers essais en partant de haut. Pour cela je fais le passage dos par une demi boucle. stabilisation sur le dos, mise de gaz, je pousse et .. ça se passe plutôt bien. Mais j'ai eu un coup de chance, car dans les essais suivant ça va être moins brillant et se terminer en figures en forme de tire bouchon. Probablement parce qu'on est en vol dos, l'appareil est assez instable sur l'axe de roulis, et donc il faut contrer aux ailerons dès qu'il commence à pivoter. Par ailleurs au fur et à mesure que l'on avance dans la boucle la vitesse ralentit, les gouvernes perdent en efficacité et l'avion devient plus instable. Donc il faut entrer dans la figure avec une vitesse plus élevée que pour une boucle classique, et monter les gaz quand on approche de la verticale. Ceci étant, grâce à l'altitude, il n'y a pas de danger. Il faut simplement bien suivre l'avion si il se mat à tire-bouchonner pour savoir dans quel sens contrer.

 

Deuxième étape, le passage par l'avant. Cette partie est plus inquiétante, parce qu'il n'est pas naturel de pousser sur le manche et de faire piquer l'appareil vers le sol.

Entrainement à la voltige : la boucle inversée

Ici encore prise d'altitude et on pousse. La vitesse de l'avion doit être ni trop élevée ni trop faible, sachant que comme la figure est descendante on n'aura pas de problème de chute de vitesse pendant la figure. Donc vol à plat, on pousse pour engager l'avion dans un bel arrondi et ... tout se passe très bien. Avec ceci dit un diamètre de boucle qui me semble plus important que dans la boucle classique. En fait la seule difficulté de cette figure, c'est l'appréhension que l'on a à piquer vers le sol.

 

Dernière étape enchainer les deux demi figures pour faire une boucle inversée complète.

Entrainement à la voltige : la boucle inversée

On peut engager cette figure de deux manière distinctes : soit un départ dos et on commence par la remontée dos, soit on démarre en vol à plat et on commence par le passage par l'avant.  après coup je me rend compte que j'ai plus pratiqué aujourd'hui cette deuxième méthode, peut être parce qu'on sort du passage par l'avant quasi systématiquement à plat sur le dos sans problème et qu'on a une bonne vitesse en arrivant en bas. Si on commence par la remontée dos, la position de l'appareil à la fin de la première demi boucle est ... plus aléatoire et on peut être à une vitesse trop faible pour bien engager la partie descendante.

 

Ceci étant, pas de problème particulier, il faut bien travailler la figure en particulier aux ailerons dans la phase de remontée mais comme l'avion ne va pas très vite c'est finalement assez facile.

 

Donc n'hésitez pas, cette figure est finalement assez facile. Mais commencez à bonne hauteur.

Repost 0
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 19:28

Ce matin le Calmato a fait quatre nouveaux vols, ce qui m'a permis d'affiner les réglages. Je pense que ceux-ci n'évolueront plus, du moins pendant un certain temps.

Le problème de bruit bizarre plein gaz : j'ai changé l'hélice et j'ai équilibré la nouvelle hélice, et j'ai enlevé le cône. Problème résolu. Donc il s'agissait bien d'une vibration venant de l'hélice ou du cône et qui se déclenchait à une certaine vitesse. Je remarque que généralement quand ce type de problème apparait c'est ce type de cause qu'il faut chercher.

Débattements en millimètres :

- aileron +9/-7 en dual rate. Je peux avoir plus de débattement su je supprime le dual rate mais je ne trouve pas cela nécéssaire, pour les tonneaux c'est ok coomme ça et avec plus de débattement le vol deviendrait moins confortable

- profondeur +10/-10

- Direction 25 mm de chaque coté

Dans les montées sous environ 30 degrés l'avion partait fortement à gauche. j'ai ajouté un peu d'anticouple vers la droite (deux rondelles derrière les colonnettes) et maintenant c'est ok.

Conso moteur : je l'ai mesurée avec mon eagletree qui peut enregistrer 10 points par seconde. Ça confirme les mesure précédentes : 1000 watts au décollage, 800 watts au moins sur pratiquement toutes la durée du vol et 750 watts en fin de vol. l'intensité reste dans les specs du moteur avec 66 ampères en tout début de vol. Actuellement je fais des vols de 10 minutes et il reste un peu plus de 20% de capacité dans le pack. En vol de croisière à plat la puissance est d'environ 300 watts soit 100 watts/kg (et 18 ampères). Ci dessous les enregistrements de ce jour.

Maintenant il n'y a plus qu'à pratiquer.

 

Calmato, un petit dernier pour la route ...
Calmato, un petit dernier pour la route ...
Calmato, un petit dernier pour la route ...
Repost 0
Published by hal - dans calmato
commenter cet article
9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 19:05

Beau soleil ce dimanche matin, peu de vent, direction le terrain. J'ai monté le S3025-08 avec l'hélice 11x5.5 suite aux essais et mesures en statique.

Bilan : le gain de puissance est très net. Les loopings passent sans problème, la montée à la verticale ne continue pas indéfiniment mais on fait sans problème 100 mètres en partant d'un palier à vitesse de croisière (et gaz à fond dans la montée).

Seul point négatif, alors que avec le 3025-10 et sa 12x6 le moteur était très silencieux le bruit est ici beaucoup plusfort, avec une sorte de résonnance. Et quand j'ai mis les gaz à fond au début du premier vol le bruit s'est amplifié et à un moment il y a eu une variation de bruit qui m'a fait penser que le moteur coupait. Pour la suite du vol je n'ai pas mis plein gaz et tout s'est bien passé. J'ai vérifié les données du logger en me posant, le résultat était conforme à ce qui était prévu avec un peu moins de 70 ampères juste au début du vol et moins de 60 ampères après, donc dans les spécifications du moteur et du controleur.

Je penche vers un problème d'équilibrage soit de l'hélice soit du cône qui se manifeste à partir d'une certaine vitesse de rotation. A voir.

Ci dessous les enregistrements du 3ème vol de ce matin. On voit que durant le vol l'intensité monte au maximum à 60 ampères, le vol de croisière se fait à environ 20 ampères. Coté puissance, 1000 watts au décollage et ensuite environ 800 watts sur les figures ascendantes, et 300 watts en croisière : on retrouve les règles habituelles, sur ce type de modèle on consomme 250 watts/kg pour être confortable dans les figures de voltige et la consommation en palier est d'environ 100 watts/kg.

moteur S3025-08 kv 990 sur le Calmato
moteur S3025-08 kv 990 sur le Calmato
Repost 0
8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 21:54

J'ai remplacé le moteur HyperionS3025-8 par un S3025-10 que j'avais en stock. Puis j'ai passé dessus 4 hélices : 10x7, 11x5.5, 11x7, 11x6 . Plus deux mesures à vide respectivement en 3S et 4S. Avec enregistrement tension, intensité et tours moteur à l'aide de l'e-meter.

Ensuite je passe ça dans ma moulinette qui me calcule le Kv du moteur, sa résistance interne et la puissance consoméme à vide en fonction de la vitesse de rotation.

 

Ca donne ceci :

Mesure moteur hyperion S3025-10 sur Calmato en 4S

Donc Kv = 1036, Ri = 0,044 et Io = 3,9 ampères sous 10 volts.

En ce qui concerne l'intensité consommée et la puissance la comparaison n'et pas évidente puisque j'alimente le moteur avec un pack qui se décharge. Donc la tension ne va pas être la même pour les 4 hélices. Mais ça va quand même de 913 watts pour la 10x7 (essayée en premier donc avec le pack le plus chargé) à 1059 watts pour la 11x7 (essayée en 3ème).

La 11x5.5 semble être la plus adaptée, on ne dépasse pas les spécifications du moteur et on a plus de 300 watts/kg en début de décharge. Le calcul me dit que sous 14 volts je devrais encore avoir 56 enpères et dans les 260 watts/kg.

Si ça ne va pas je pourrais passer en 11x6 mais là je dépasse les spécifications du moteur en début de vol et la conso plein gaz ne passera en dessous de 65 ampères (que le moteur peux tenir 10 secondes) que quand la tension pack va être de 14,2 volts, soit pratiquement à la fin du vol.

En ce qui concerne le contrôleur pas de problème.

Repost 0
8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 15:27

Nouveaux vols ce matin dont 1 avec un enregistrement de données en vol. Rien de particulier à dire en ce qui concerne les vols eux mêmes, j'ai corrigé mécaniquement les neutres des ailerons et de la profondeur et ajouté un peu de piqueur au moteur, l'avion vole droit et on peut tranquilement lacher les manches par exemple pour changer de lunettes quand on a oublié de mettre le lunettes de soleil avnt de décoler. J'ai aussi un peu augmenter le débattement de la profondeur.

Coté voltige, les tonneaux ne passent pas bien, je pensais que je donnais trop de compensation à piquer lors du passage dos, le président du club qui passais par là m'a dit que je manquais de différentiel. Exact, je n'ai pas programmé de différentiel, à corriger donc. Je trouve aussi que je manque un peu de pêche dans les phases ascendantes, c'est assez net en haut des loopings et c'est clair que l'avion ne grimpe pas à la verticale comme le faisait le Monsun. Faut dire que le Calmato pèse 600 grammes de plus et que coté propulsion c'est pareil que le Monsun sauf que je suis passé à une hélice 12*6 au lieu de 11*5.5.

En ce qui concerne l'autonomie, sur du vol mixte voltige et circuits au bout de 10 minutes il me reste 30% de la capacité.

Coté enregistrement, fait avec le RDU et le e-meter (ça permet de voir les résultats sur le boitier du e-meter juste après le vol.

quelques mesures sur le Calmato
quelques mesures sur le Calmato

donc :

- la tension : le minimum est de 14 volts, en fin de vol et sur des appels de courant. Ca fait du 3,5 volts par élément, c'est ok. Quand je me pose la tension est de l'ordre de 15 volts au repos aussitôt après l'atterrissage, 3,7 volts/élément, tout va bien.

- L'intensité : 61,9 ampères au décollage, puis quelques pics à 55 ampères et à partir de la moitié du vol je ne dépasse plus 50 ampères. Pas de problème pour le contrôleur 80 ampères. Pour le moteur c'est un peu moins net, en fait hypérion n'a jamais publié (ou je n'ai jamais trouvé) l'intensité maximum que peut supporter le moteur. C'est un S3025-10, celui-la je l'ai acheté sur le site Robotbirds et il est écrit que les caractéristiques sont les mêmes que le Z3025. Sauf que ... le S3025 est donné pour accepter les hautes températures (en particulier aimants haute qualité) et donc il doit supporter des intensités plus élevées que le Z3025.

Bref, le Z3025-10 est donné pour 46 ampères pendant 60 secondes et 54 ampères pendant 10 secondes. Donc je suis dans la spec. mis à part sur le pic à 60 ampères au décollage. Mais il n'y a pas de gras. Bien sur je peux me dire que Hypérion prends des précautions dans ses datasheet et que le moteur est bien refroidi sur le Calmato mais si je passe à la taille d'hélice supérieure donc une 13*7 drivecalc me dit que je vais être à 70 ampères sous 15 volts, ça fait 15 ampères de plus que le maximum du moteur ça commence à ne pas être prudent.

Il y a une autre possibilité c'est de changer de moteur. J'ai sous la main un hypérion S3025-08, kv990 que j'utilise habituellement en 3S (c'est ce que j'ai sur le spitfire). L'avantage de ce moteur, c'est que selon la Datasheet (enfin toujours en regardant celle du Z3025) il est donné pour 65 ampères. Je gagne 10 ampères donc 150 watts sous 15 volts. Avec comme hélice une 11x5.5 on arriverait selon Drivecalc à 900 watts sous 15 volts, soit 59,5 ampère donc dans la plage de spécification (15 volts c'est la tension que j'ai plein gaz en début de décharge dans mes mesures).

A essayer donc.

Repost 0
Published by hal - dans calmato
commenter cet article
3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 23:10

J'ai été pas mal pris depuis un mois et les premiers vols n'ont eu lieu qu'aujourd'hui.

Vérification des débattements, activation d'un dual rate à 75% sur direction et profondeur pour ne pas avoir un avion trop vif pour le premier vol (c'est en partie parce que les débattements étaient trop forts que j'ai planté mon Volt début aout).

Le centrage a été vérifié en atelier il est ok

Test de portée (je suis en 41 Mhz), ok

J'attends que le ciel soit libre, premier essai de roulage ça part droit j'accélère l'avion décolle de 30 cm bien à plat c'est sain tout ça, je coupe les gaz et pose.

Cette fois pour de bon, décollage en une vingtaine de mètre, soleil dans le yeux (il est presque 6h du soir), virage à gauche, j'y vois plus rien .... je reprends une vision correcte quand l'avion a fait 3/4 d’hippodrome. Un peu de trim aux ailerons, à la profondeur aussi parce qu'il a tendance à monter mais là je pense qu'il faudra mettre un poil de piqueur. Ronds dans le ciel pendant 5 minutes, essais de passages à basse vitesse, il vole assez vite (remarquez, vu la charge alaire avec ses 3kg ..), je trouve les ailerons un peu vifs. La radio est réglée sur 6 minutes, les 5 minutes sont passées elle bipe, circuit, atterrissage sans problème, faut dire que vu la voie du train c'est assez tranquille. 5mn30 en l'air et j'ai consommé 35% de la capa du pack, en vol pépère il est vrai.

Je laisse les VGM s'exprimer et nouveau décollage. J'ai rajouté un peu d'expo sur les ailerons et diminué un peu le taux de dual rate. Décollage sur la deuxième piste du terrain ça évite d'avoir à passer dans le soleil. Coté réactivité aux ailerons c'est ok. Test de centrage en piqué, l'avion semble neutre, pour l'instant je laisserai comme ça. passage bas devant moi il tient bien la ligne droite sans toucher aux commandes. Looping, la boucle passe sans problème, elle est assez grande. Manque peut être un peu de débattement à la profondeur. Tonneau, avec le débattement des ailerons c'est un tonneau lent, il faut soutenir au passage dos mais on manque un peu de course à piquer. Atterrissage à nouveau sans problème au bout de 7mn30, j'ai consommé 50% de la capa.

Conclusion : la confiance revient je sais toujours piloter un trainer intermédiaire. En ce qui concerne l'avion lui même les réglages de la notice sont ok, j'ai bien fait de mettre les dual rate en position mini pour ces premiers vols mais si on veut passer la voltige les débattements de la notice sont ok, seulement prévoir un peu d'expo aux ailerons.

Voila ... maintenant faut que j'enchaine les heures de vol, il y aura quelques modifs à apporter particulièrement le capot amovible pour accéder au pack, ou je vais remplacer les deux vis par des aimants parce que c'est un peu pénible à dévisser après chaque vol pour changer le pack. Déjà j'ai viré une des deux vis, ça va bien comme ça, les aimants ce sera pour cet hiver.

Premiers vols du Calmato 40
Premiers vols du Calmato 40
Premiers vols du Calmato 40
Repost 0
Published by hal - dans calmato
commenter cet article
3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 22:35

Commande Chez Lindinger, petite interrogation sur les servos parce que dans la notice du Calmato consultée sur internet il y a écrit "servo standard" mais il n'y a pas de dimensions. Sur un autre site je vois qu'il conseille de Hitec HS485HB donc j'en commande 4, les seuls servos taille standard que j'ai datent de 10 ans et coté vitesse de réaction et couple il y a eu de gros progrès depuis. Frais de port 5 euros c'est raisonnable, arrivée du paquet quelques jours après la commande, bien emballé.

Déballage, la boite est sobre, à l'intérieur tout est bien rangé et en bon état. 4 pièces principales (ailes, fuselage et empennage horizontal) plus quelques sachets plastiques rassemblant les pièces annexes, chaque paquet correspondant à un type de pièce différent (les supports servo, le train, les commandes, le moteur thermique, ..) Première impression le fuselage est très long, les ailes sont rectangulaires avec un profil épais, le recouvrement avec un film adhésif (ce n'est pas je pense un film thermorétractable) avec la décoration imprimée dessus (pas de surépaisseur). Pas de bulle, du moins je pense. Les charnières sont des charnières avec axe métallique, pointées en place par un petit clou, je trouve quand même que le fonctionnement des ailerons est un peu dur surtout en fin de débattement. L'assemblage semble correct, bien sur quand on regarde tout en détail on trouve des petits défauts mais ce sont vraiment des détails.

 

Assemblage du Calmato 40
Assemblage du Calmato 40
Assemblage du Calmato 40

Début du montage, je commence pas poser le train. On enlève un bout du revêtement, les jambes de 4mm doivent s'insérer dans une rainure faite dans l'aile. Surprise la rainure fait à peine un peu plus de 1 mm sur la première aile. Je regarde la deuxième, là c'est ok, enfin presque il faut que je ponce un petit peu pour que ça rentre. Je reviens vers la première aile, je peste, je râle, et puis je me rend compte que je n'ai pas enlevé le revêtement au bon endroit. Il y a un jeu entre le bloc de bois dur support de train et le reste de l'aile et c'est là que j'ai ôté le film. Couillon .... bon je termine l'opération, et je met un bout de film adhésif récupéré sur l'endroit ou je l'ai enlevé à tort.

Montage du servo dans la première aile, pas de problème. Seul petit détail dans la notice ils disent d'utiliser le trou du palonnier situé à 16 mm de l'axe et les guignols Hitec sont un peu courts, c'est gênant car si le guignol ne dépasse pas assez de l'aile la commande va coincer sur l'aile et position aileron levé.. je choisis donc d’utiliser les guignols ajustables fournis avec les servos Hitec comme ça j'ai 17 mm environ (palonnier en position "longue" en utilisant le trou le plus près de l'axe).

Mise en place de la commande métallique, à un bout elle est filetée pour mettre une chape et à l'autre bout il faut couder à 90° et bloquer avec un arrêtoir plastique. Je plie à 90° et ... la tige métallique de 2mm de diamètre casse. Zut ... bon je vais adopter une solution de replis en utilisant une tige que j'ai sous la main, avec une chape réglable sur embout fileté brasée à l'extrémité qui était normalement filetée (je n'ai pas de tige avec bout fileté - kwick link - sous la main). Par curiosité je fais plusieurs essais de pliage sur cette tige et ça re casse. Par contre avec la tige fournie pour le deuxième aileron je tords sans problème ça ne casse pas. marrant ...

Montage du deuxième servo et la problème. Le palonnier est complètement décentré par rapport à l'ouverture faite dans le cache servo et ça ne va pas aller. Je vérifie et effectivement le support servo est positionné différemment par rapport à celui de l'autre aile (voir photo). D'autant plus étonnant qu'il y a des encoches qui permettent de positionner correctement les supports servos... Bon, je décolle du support avec une lame de cutter, je recolle en place en faisant attention que quand je remonterai le tout dans l'aile il n'y ait pas de problème, collage à l'araldite et on attend que ça sèche pour passer à la suite.

 

Sur les photos : la première montre la découpe du film pour la corde à piano du train faite au mauvais endroit du coté gauche, la deuxième le problème sur le support servo d'aile (celui en bas de la photo) et la troisième la commande d'aileron.

Assemblage du Calmato 40
Assemblage du Calmato 40
Assemblage du Calmato 40

Le support servo a séché, mise ne place dans l'avion après avoir soudé la rallonge de fil. Au passage il y a un fil qui permet de faire passer le fil de servo jusqu'à l'emplanture, pas de panique sans le fil ça se passe tr_s bien.

Mise en place de la commande, même punition que pour l'autre aile quand je plie à 90° ça casse. Fabrication d'ne commande avec chape réglable sur embout brasé à l'argent.

Montage de la roue avant pas de problème. Mise en place des gaines de commande dans le fuselage, attention au niveau de la sortie à l'arrière il ne faut pas enlever trop de revêtement juste percer un petit trou pour que la commande passe. Pour ça introduire la commande dans la gaine (coté servo), pousser pour repérer ou elle ressort et percer le revêtement à cet endroit. Mise en place du guignol de direction, c'et marqué sur la notice mais pas forcément évident à comprendre il faut supprimer un peu de matière sur le guignol avec un cutter pour qu'il ne heurte pas le fuselage quand la dérive pivote vers la gauche (ce qui limiterait le débattement, ferait forcer le servo, etc ...)

Etape suivante mettre l'aile sur le fuselage pour fixer le stabilisateur (permet de tout aligner). Les deux moitiés d'aile sont assemblées sur la grosse clé en tube alu de 19mm extérieur, il y a aussi un petit téton à l'arrière de l'aile. La fixation se fait avec 2 tétons à l'avant et deux vis à l'arrière. Problème, les vis ne tombent pas exactement en face des filetages (inserts plastique dans l'aile) et je n'arrive pas à plaquer le bord de fuite sur le fuselage, ça coince à l'avant de l'aile. Petit coup de râpe dans les trous de passage des vis, petit coup de cutter au bout des vis pour donner une forme conique avin qu'elles s'engagent mieux dans le filetage. Puis j'enlève un peu de matière sur l'assise des ailes, dans la partie avant. Rapidement tout se monte correctement.

En faisant ces opérations je me rend compte que j'ai fait sortir les fils de servos par le dessous de l'aile. C'était marqué sur la notice d'enlever le revêtement à un endroit ou il y avait un trou dans le coffrage et ... il y a un trou à l'intrados (là faut pas enlever le revêtement) et un à l'extrado (là il faut enlever le revêtement).

Je met l'avion sur ses roues et il s'assoit sur la dérive. Normal il n'y a pas le moteur et l'accu. Histoire de voir je met un pack 4S 5000 mA à l'avant du fuselage ... reste assis. Normal il n'y a pas le moteur. Je pose le moteur à l'avant du fuselage. Reste assis ... oups ... j'ajoute le support d'hélice et l'hélice, reste assis. Bon là je commence à m'inquiéter pour le centre de gravité, je fais une vérification de combien il faut ajouter et ... il faut ajouter beaucoup de poids.

Mise en place de mon moteur, un hyperion S3025-10, le même que celui qui était sur le Monsun puisque la notice me dit que je devrais sortir l'avion dans les 2kg650 alors que le Monsun était à 2kg400. Masse du moteur un peu moins de 200 grammes et Kv815 théorique, en fait sur le monsun j'avais mesuré un kv de presque 890. Ca va peut être faire un peu léger compte tenu du poids prévisible beaucoup plus élevé. On verra bien ...

Dans le kit il y a un support pour backmount, avec des colonnettes, vis etc ... Dans la cloison pare feu se trouvent des écrous prisonniers. Bien. Sauf que ce qui n'est pas dit dans la notice ou sur les sites internet c'est que la longueur des colonnettes est prévue pour un moteur de 75 mm de long (du flasque arrière au plateau d'hélice). C'est bien mentionné sur la boite mais .... quand on part d'un moteur qu'on a déjà ...

Donc je monte le support prévu dans le kit et dessus je fixe un support standard prévu pour mon moteur, monté sur des colonnettes à la bonne longueur c'est à dire qui vont permettre à l'hélice de se trouver hors du compartiment moteur. Pour ça il faut que je perce le support fourni dans le kit pour y fixer mes colonnettes. Pas de problème.

Après ça je monte l'hélice, le cone, je met en position juste derrière le moteur le controleur, je pose en place le capot moteur. Et je mets sur la balance de centrage. Bilan centrage à 9,5 cm du bord d'attaque alors que la notice spécifie 8 à 9 cm. Pour centrer à 8,5 cm il faut que je rajoute un peu plus de 50 grammes de plomb. Il n'y a pas beaucoup d'éléments à monter que je pourrais avancer, le récepteur doit pouvoir être mis à l'avant sous le pack propulsion ce sera toujours ça de gagné. Les servos je ne sais pas si on peut les avancer, faut voir. Mais le gain sera faible.

Petit espoir, que Kyosho prévoie un centre de gravité trop en avant. Petit tour dans Predimrc dans lequel je rentre mon modèle et .... non c'est correct à 9cm j'ai 4% de marge statique.

 

Assemblage du Calmato 40

Collage de lest à l'avant, 120 grammes. J'utilise des poids qui servent pour l'équilibrage des roues de voitures, collés au double face tout à l'avant du nez de l'avion.


Mise en place des commandes de direction et profondeur + roue. Je prend les palonniers en croix, contrairement à ce que dit la notice je ne coupe pas les branches inutilisées, ça peut toujours servir. bien sur faut pas que les branches en question nuisent au mouvement, mais mettons qu'on se trompe en perçant un trou et ... si on a une branche libre pas de problème, si on en a coupé 3 ...Je suis les instruction de la notice sur la distance entre l'axe et les commandes.

Pour la roue avant je "libère" la gaine de la commande fixée le long du fuselage, le point de fixation est trop près du servo ça risquerait de forcer. Et puis c'est plutot une sécurité d'avoir une commande qui peut flamber pour une roue directrice, ça fait "save pignons" en cas d'atterrissage un peu loupé.


Mise en place du récepteur, un peu plus en avant de la position prévue, je le place en avant de l'aile. Pour le centrage, et puis là il est placé sous la plaque support du pack (elle s'enlève, tenue par 4 vis), collé sur le fond du fuselage au double face (celui fourni dans le kit), il ne risque pas de bouger.


Mise en place du contrôleur à l'avant, ici aussi un peu plus en avait que prévu sur le plan. J'intercale des petits bouts de planche de contreplaqué entre le contrôleur (2cm5 sur 1cm en 3 mm d'épaisseur) et le flanc du fuselage, ça permet au radiateur de dissiper la chaleur. Si on colle le radiateur du contrôleur sur le flanc du fuselage la chaleur ne s'évacue pas bien. Collage au double face du contrôleur sur ces "tasseaux". De toute manière il est maintenu en place par la plaque support de pack. De la place il n'y en a pas tellement dans cet avion, ça aurait été pas mal d'avoir 1cm de plus de largeur.


Mise en place d' l'interrupteur.


Mise en place des velcro qui tiennent le pack sur sa planche. Également velcro collé sur la place et sur le pack (c'est du velcro 3M avec scotch). Compte tenu du manque de place pas évident de scratcher les bandes de velcro. Remplacement des vis d'origine de fixation de la platine accu par des vis 4x16 qui donnent plus confiance. Les autres j'avais peur qu'elles s’arrachent dans des manœuvres violentes, il y a quand même un pack de près de 500 grammes sur cette platine.


Découpe et mise en place du capot en plastique type pot de yaourt. Il est recouvert d'une sorte de film plastique transparent, je ne sais pas si il faut l'enlever ou non ... je l'enlève. Perçage, mise en place des 4 petites vis de maintien.


Remise en place de l'hélice. Le cône est assez moyen, les vis de fixation super longues et très dures à visser. Je pense que je changerai pour un cône avec support alu de bonne qualité.

Mise en place du couvercle de pack. Il est en bois, rien à dire. Par contre le système de fixation est galère, avec une vis plastique de chaque coté. Ce serait quand même plus simple avec des aimants, à changer un de ces jours.

Pour les ailerons raccordement des fils de servos sur une prise multiplex, ça permet de ne brancher qu'une prise et de ne pas risquer d'inverser les 2 servos.


Réglage des débattement. Direction et profondeur d'abord, ils sont beaucoup trop importants et il faut les diviser par 2. J'aime pas jouer sur la programmation, il est préférable de laisser le plus de course possible au servo. Donc je déplace les commandes vers les trous les plus au centre des palonniers coté servo et les plus éloignés sur les guignols coté gouvernes. Et pour finir j'ajuste la course du servo avec la radiocommande. Pareil sur les ailerons, mais là il faut faire attention que la commande coté servo ne heurte pas l'aile et on est de toute manière forcé de pas mal réduire la course coté servo. Le montage des servo dans l'aile ne me plait pas trop. d'abord ils sont fixés sur des platines vissées sur l’aile par 4 petites vis, si la platine fout le camp le servo suit et ça doit ma se finir. Après il y a cette histoire de contact entre commande et aile. Je préférai le montage de mon Monsun avec des servos montés à la verticale et fixés dans l'aile. A voir cet hiver.


Dernier point, l'aile : je colle ou je colle pas les deux demi-ailes .... On a eu des échanges sur un autre post. Ne pas coller les demis-ailes permet de faciliter le transport mais de toute manière, vu la longueur du fuselage, ce n'est pas le type d'avion qu'on peut glisser dans un coin du coffre pour partir en vacances sans que madame ne s'en rende compte. Pour le transport il faudra de toute manière que j'enlève un siège arrière de mon vieux Scénic. Allez, je cole les deux demi-ailes.

Bon ben ... c'est fini. Vérification du centre de gravité, il est à 8,5 cm du bord d'attaque soit au milieu de la plage préconisée. Selon PredimRC ça me donne une marge statique de 6%.

Masse : 3kg040 .... Cet avion n'est vraiment pas construit léger, mon "Volt" de taille comparable fait 2kg700 alors que je construit assez lourd. Cette masse est due au fait que le calmato est construit en grange partie en bois dur,c'est la mode à l'heure actuelle : construction très ajourée mais bois lourd et donc poids élevé.

Essai du moteur : en début de pack je tire 880 watts sous 15,06 volts avec 58,7 ampères et 10234 tours/mn avec la 12x6. Un peu après c'est descendu à 820 watts sous 14,8 volts et 10000 tours/mn. C'est conforme à ce que j'attendais, bien que un peu limite par rapport aux caractéristiques du moteur. Mais il est très bien refroidit sur le Calmato et je ne m'inquiète pas.

Assemblage du Calmato 40
Assemblage du Calmato 40
Assemblage du Calmato 40
Assemblage du Calmato 40
Assemblage du Calmato 40
Repost 0
Published by hal - dans calmato
commenter cet article