Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mai 2016 1 09 /05 /mai /2016 21:19

Cette année je ne serai pas prêt pour passer le brevet B avion. Mais je pourrais passer le brevet A ou B planeur.

Les épreuves paraissent assez simples :

 

Brevet A : montée, ligne droite 15 secondes face au vent, cercle complet à droite, cercle complet à gauche, prise de terrain en L ou U, atterrissage dans une zone de 50 mètres de diamêtre. Et vol de 4 minutes au moins (une fois la montée assistée terminée)

Brevet B : même chose avec en plus une boucle (looping), atterrissage dans une zone de 30 mêtres de diamètre. Et six minutes de vol.

 

En ce qui concerne le pilotage et la précision d'atterrissage, avec le Flamingo junior pas de problème je sais faire. la ou ça mérite réflexion c'est pour la durée. Parce que d'expérience, sans ascendances je ne tiens pas les 4 minutes de vol.

Histoire d'avoir quelques données chiffrées j'ai mis un logger dans le planeur pour quelques enregistrements.

- deux premiers vols avec 10 secondes de montée environ ce qui m'amène vers 100 mètres d'altitude, dans les 3minutes 30secondes de vol mais j'ai réussi à accrocher quelques ascendances.

- deuxième série, 15 secondes de montée qui m'amène vers 120 mètres d'altitude, entre 2mn57 et 5 minutes de vol avec 3 des 6 vols qui durent plus de 4 minutes

- troisième série, 20 secondes de montée, altitude atteinte environ 140 mètres. J'arrive à ttraper quelques ascendances juste après l'arrêt moteur sur certains vols mais je ne grimpe pas beaucoup et assez rapidement le planeur se met à descendre. vols entre 3mn37s et 4mn37s, avec 4 volts à plus de 4 minutes. Je note que c'est sur ces 4 vols que les altitudes à l'arrêt moteur étaient les plus élevées.

 

Bon, apparement pour être certain de tenir les 4 minutes de vol en atmosphère neutre il semble qu'il faille atteindre environ 150 mètres d'altitude à l'arrêt moteur.

 

Petite vérification par le calcul : mon planeur a selon predimrc une finesse maxi de 17, je me dis que si j'en exploite les 2/3 pendant tout le vol soit 12 ce n'est pas mal. Donc pour 100 mètres parcourus je descend de 8 mètres. Supposons que je vole à 30 km/h en moyenne soit 8 mètres par seconde, en 4 minutes je vais parcourir 2000 m et descendre de 160 mètres. Ok ce sont des ordres de grandeur, mais ça corelle assez bien les résultats : pour être certain de tenir les 4 minutes 150 mètres lors de l'arr^t moteur sont un peu justes en conditions neutre, 200 mètres m'assure d'un bon résultat.

Donc prochains entrainement à faire avec 30 secondes de moteur. Le seul petit problème c'est que à 150 mètres d'altitude le planeur n'est plus bien gros dans le ciel, à 200 mètres.... Le coté positif c'est que dans mon club l'altitude limite est de 400 mètres, il y a de la marge.

 

J'ai fait les calculs sur la base du brevet A. Pour le brevet B, pas question de couper le moteur à 300 mètres d'altitude je ne verrai plus le modèle. Donc il faudra compter sur les pompes. Notons que lors de mes essais je n'ai jamais réussi à tenir les 6 minutes de vol, le meilleur temps a été de 5 minutes avec un arrêt moteur à 125 mètres.

 

Pour info les courbes enregistrées lors de ma troisième série de vols. l'enregistrement est fait avec un RDU hypérion, il possède un altimètre embarqué, c'est pratique. Pramètres enregistés la tension et l'intensité (échelle de gauche) et l'altitude (échelle de droite).

 

Passer le brevet A ou B planeur
Repost 0
Published by hal - dans flamingo
commenter cet article
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 20:25

Je n'ai pas beaucoup volé cette saison, c'est le moins que l'on puisse dire ... Dimanche, fin de soirée, le temps est correct, direction les champs derrière chez moi avec le Flamingo junior. Montage des ailes, vérification des débattements de gouverne, et zou l'oiseau est dans son élément.

Vol sympa, je n'irai pas jusqu'à dire qu'il y a des pompes mais par endroits ça gratouille. Au bout d'une dizaine de minutes de vol je trouve quand même qu'il y a quelque chose de bizarre, il tourne mal à droite aux ailerons. Enfin disons plutot qu'il ne tourne pas ... A gauche c'est ok. Ce n'est pas dramatique sur un planeur de ce type, on peut tourner à la dérive seule. Mais je décide de me poser rapidement. Je laisse perdre de l'altitude, et puis comme je ne veux pas trop virer près du sol je sors les aérofreins. Je rappelle sur ce planeur les aérofreins sont en fait les ailerons fortement relevés. Là, aussitôt, je me dis que j'ai fait une boulette parce que le planeur se met brutalement sur la tranche. Ben oui si un des ailerons n'est plus commandé, aérofrein sortis c'est l'autre aileron levé à fond .... logique. Suppression des aérofreins, je contre avec ce qu'il me reste d'ailerons et la dérive, moteur à fond pour souffler les gouvernes et .. ouf. Deuxième approche, je viens de loin et je laisse passer le planeur devant moi à 2 mètres de haut, et je pose une centaine de mètres plus loin. Il n'y a pas à dire les AF c'est bien pratique.

Test des ailerons, effectivement le servo droit bouge faiblement mais visiblement il y a un problème. en plus il chauffe un peu.

Retour à la maison, démontage du servo, re-test avec le emeter en fonction servo test et effectivement le servo est mort. Bon pas très grave, j'ai deux tiny S sour la main (équivalent HS81) ils vont vite être montés à la place des anciens servos (celui qui est HS et celui qui fonctionne encore, c'est quand même plus raisonnable d'avoir le même type de servo sur les deux ailerons).

Maintenant que s'est il passé ? ce servo était un MS-X3, vieux servo Multiplex, mais pas de raison qu'il me lache tout à coup.

En re-réglant les débattement j'ai peut être trouvé l'explication : quand les aérofreins sont sortis (ailerons vers le haut), la tringlerie des servos vient en butée mécanique sur l'aile. donc quand je donne des ailerons ça force au niveau du servo. Il est bien possible que ce soit cela qui a détruit mon MS-X3. De toute manière ce n'est pas sain.

Comment y remédier ? d'abord je me suis dit que je pouvais me servir de la fonction différentiel, en mettant 0% de course vers le haut quand les ailerons sont en position aérofreins.Mais pour fire ça il fallait que je déclare une deuxième phase de vol sur ma cockpit SX, et donc avant de sortir les aérofreins il fallit d'abord changer de phase de vol ... pas très pratique

J'ai repotassé la notice de ma radio et j'ai vu que je pouvais utiliser le réglage de course maximum des servos (travel). Ce réglage peut se faire dans chacun des sens de débattement. Donc j'ai réglé le débattement maximum vers le haut de telle manière que aérofreins complètement sortis on soit juste avant la butée mécanique. J'ai vérifé qu'en mettant des ailerons le servo ne débat pas vers le haut. Problème résolu donc et très simplement finalement.

Repost 0
Published by hal - dans flamingo
commenter cet article
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 21:11

Je ne sais plus si je l'avais écrit dans les articles relatifs à la construction, mais je n'étais pas très content de l'agencement de la platine support d'accu. J'ai don décidé de revoir ce point.

Par ailleurs ceux qui suivent mes articles se souviennent que lors du dernier vol que j'ai réalisé l'aileron s'était séparé de l'aile alors que je rangeais le planeur dans la voiture, et que de retour à l'atelier le 2ème aileron avait fait de même après que j'ai tiré un peu dessus. J'ai donc décidé de remplacer la charnière "entoilage" par des charnières axe métallique.

 

Avant
Avant

Avant

Pour les charnières ce n'est pas bien compliqué, il suffit de percer des fentes à l'extrado de l'aile, à l'emplacement ou l'aileron touche la partie fixe. C'est un peu différent de ce qu'on fait sur un avion ou d'ordinaire les charnières sont suitées à mi chemin entre extrado et intrados. En conséquence les fentes doivent être inclinées. Par ailleurs j'ai légèrement recoupé en longueur les charnières qui étaient trop longues. Collage à l'araldite ... enfin à la Sader lente puisque la marque Araldite a disparu. Certes cela laisse une fine fente entre l'aileron et l'aile ... mais bon, je pourrais toujours mettre un scotch pour étanchéifier.

En ce qui concerne la platine porte accu, auparavant elle était verticale. l'accu était de ce fait à coté du contrôleur et il y avait des fils un peu partout. J'ai donc enlevé cette platine et j'en ai mis une horizontale, le contrôleur étant placé en dessous. Je trouve ça beaucoup plus net, et la mise en place du pack me semble beaucoup plus pratique. Cela me permettra aussi éventuellement d'utiliser des packs 21 ou 2200 mA que j'ai en stock en remplacement des 1600 mA car il y a plus de place disponible en longueur.

Après
Après
Après

Après

Repost 0
Published by hal - dans flamingo
commenter cet article
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 23:52

Fin de semaine dernière Olivier (KCF) m'a invité à voler vendredi soir sur le terrain de son club. Le temps était correct, je pouvais partir assez tôt du travail, avec joie donc ...

Arrivée sur le terrain, Olivier est en train de faire les premiers vols de son nouvel Eco 8 (il fait un retour dans le passé, j'en reparlerai surement). pas mal de vent ... je déballe le Flamingo et zut ... j'ai oublié la clé d'aile en carbone. On regarde ce qu'on a sous la main, on tourne en rond, la soirée semble compromise. Et puis en regardant ce que j'ai dans ma caisse de "spare" pour eco8 je tombe sur un tube alu du même diamètre extérieur que ma clé d'aile (pour faire des patins). pas assez rigide toutefois. je fouille encore et je tombe sur des hauvans en carbone (pour héloco) qui vont pile poil dans les tubes alu. Pour couper tout ça, bien sur pas de scie ... alors utilisation d'une petite pince coupante pour couper le tube alu, et un cutter pour la tige de carbonne.

Et c'est parti pour les vols. Il y en aura deux, pas très agréables car le terrain est bordé d'arbres qui se trouvent sous le vent, et il y a de fortes turbulences. Formateur ceci dit.

Au démontage je vais quand même constater que ma clé d'aile bricolé a pris une sacrée flêche ... il n'aurait pas fallu voler trop longtemps avec, sous peine de perdre une aile (déclipsage possible en cas de forte flèche).

Week end dernier beau temps. c'est parti pour le champs derrière chez moi. Deux vols, 6 minutes de moteur pour 3/4 d'heure de vol à chaque fois. J'ai de la marge de progrès en ce qui concerne le pilotage d'un planeur. Mes spirales sont lamentables, je mone, je descend, je prends de la vitesse, j'en perd et je décroche ... Pire encore par trois fois en spiralant à faible altitude (environ 3 mètres) dont deux fois pour atterir (pas d'aérofrein et je vole dans les champs donc je perds de l'alititude en faisant des cercles) je vais décrocher et me vautrer (sans dégat) dans le champs.

Par ailleurs j'ai un problème lors de la remise des gaz une fois le planeur revenu au raz du sol. Il y a un éffet aérodynamique désagréable, un peu comme si je décrochais quand je met les gaz. On s'y fait mais c'est pas sympa.

 

Ce soir nouveau vol rapide, je veux tirer au clair cette histoire de décrochage à la mise de gaz. j'ai un peu échangé sur modélisme.com à ce sujet, c'est peut être lié au fait que je remet les gaz trop lentement au lancer en debut de vol je met 3/4 de gaz et il n'y a pas de problème. effectivement ça va beaucopup meix en mettant 50% ou 75% des gaz. Ca au moins c'est maitrisé. En ce qui concerne le vol, pas mal de vent et ciel gris, peu d'intérêt (mais ça fait quand même du bien). 3 minutes de moteur, 18 minutes de vol, je pose parce que le vent se lève de plus en plus. Et cette fois ci je prend la précaution de garder de la vitesse dans mes cercles avant d'atterir et je pose aux pieds.

En ce qui concerne les réglages avec lesquels je vole maintenant : centrage inchangé (68 mm, j'ai vérifié avec le test en piqué c'est neutre ou presque), débattement maximum à la direction (le volet vient en contact avec le stabilisatuer horizontal). Pour les ailerons 13 mm vers le bas (on ne peut pas plus mécaniquement sur ce planeur ou alors il faudrait faire une modification) et 25 mm vers le haut. Je sais j'ai remis du différentiel que j'avais supprimé avant ... ça évoluera surement mais comme ça c'est ok. j'ai programmé sur une molette l'utilisation des ailerons en volet (légerement vers le bas ou légèrement vers le haut) mais je n'ai pas encore beaucoup testé l'effet que àa produit. Pareil avec la deuxième molette je peux les relever fortement pour faire aéro freins, il faudra que je vois ce que ça donne et que je programme un pixage vers la profondeur.

Dernier point ... j'ai tenté le tonneau. Ben ça passe pas, ou du moins je ne sais pas le passer avec cet appareil. ca doit être possible (on voit un flamingo faire un tonneau sur le film graupner sur You Tube) mais avec pas mal de badin. A suivre ... 

Repost 0
Published by hal - dans flamingo
commenter cet article
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 22:51

Trois nouveaux vols ont été réalisés. Le premier par temps calme, le suivant avec un vent d'environ 20 km/h et le troisième également par un temps sans vent. Cela m'a permis de finaliser les différents réglages. Voici le résultat :

- le plomb a été supprimé et le centrage est maintenant à 68 mm du bord d'attaque. Le planeur est centré très légèrement avant, lors du test de piqué il remonte très légèrement par rapport à sa trajectoire. En vol il est parfaitement sain.

- le V longitudinal est d'environ 2,5° pour voler parfaitement à plat avec une vitesse de chute qui me semble minimum. Avec moins de V quand on lache les commandes en plané l'appareil à tendance à faire "les montagnes russes"

- J'ai ajouté deux rondelles de 3mm de diamètre pour mettre du piqueur. Ce qui correspond à un piquer de 6° environ par rapport à la valeur initiale. Avec ce piqueur lors d'une mise de gaz légère le planeur reste sur une trajectoire horizontale. Si on pousse le manche lentement il prend une pente de montée importante qu'il faut doser à la profondeur, la pente plein gaz me semblant être de l'ordre de 45°. La photo plus bas montre l'ampleur du piqueur qu'il a fallu rajouter (initialement le cône était parallèle au nez)

- il restera à mettre un peu de couple à gauche,mais ce n'est pas critique.

- le différentiel aux ailerons a été supprimé. Affaire de gout, comme ça et en conjuguant avec la direction je trouve l'appareil très bien.

- débattements des ailerons -10mm/+10mm avec 20% d'exponentiel. En pilotage type "vol à voile" c'est parfait par contre pour passer le tonneau ça semble insuffisant. En tout cas celui que j'ai tenté s'est terminé lamentablement après un demi tour, peut être que je manquais de vitesse (c'était sans moteur). Il faudrait que je mette plus mais il faut que je regarde du coté des servos quand j'augmente le débattement vers le haut avec la radio le servo grogne. Je vais mettre des palonnier plus longs

- débattement direction : 35mm de chaque coté, il faut bien ça en dessous il ne se passe pas grand chose quand on actionne la gouverne.

- débattement profondeur : +7mm/-7mm . Le looping passe en prenant de l'élan, on pourrait peut être mettre plus mais pourquoi ....

 

Réglé comme cela le planeur est un vrai plaisir à piloter par temps calme. Ok il faut conjuguer les commandes. Coté prise d'ascendances je vole le soir, il n'y a plus grand chose ... mais avec 4 minutes de moteur (60% de capacité consommée) je fais 18 minutes de vol d'essais, donc sans chercher à gratter. Ce qui doit donner environ 30 minutes de vol pour 6 minutes de moteur en faisant quelques efforts pour tenir en l'air.

A basse vitesse pas de problème, mais le Flamingo vole naturellement relativement vite. A l'atterrissage il faut faire de grands circuits pour perdre de l'altitude, ou se mettre en spirele descendante pour perdre les derniers metres d'altitude et se poser. Pas de difficulté particulière, penser seulement à ne pas mettre le nez en l'air lors de cette manoeuvre sous peine de risquer de décrocher.

Le vol effectué par jour venteux s'est bien passé. Dans les 20 km/h je pense, le planeur arrivait à faire du sur-place avec l'incidence de vol normale. Pas particulièrement agréable comme vol mais formateur.

 

Content donc, ce planeur correspond exactement à ce que je recherchai. La belle saison arrive et je pense qu'il va y avoir pas mal de soirs ou j'irai me faire une petite demi heure de vol dans les champs derrière chez moi.

 

le piqueur qui va bien .... il faudra que je fasse un peu de résine cet hiver pour boucher ce vilain intervalle.

le piqueur qui va bien .... il faudra que je fasse un peu de résine cet hiver pour boucher ce vilain intervalle.

Repost 0
Published by hal - dans flamingo
commenter cet article
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 22:50

Les conditions météorologiques ont vraiment été exécrables depuis le début du printemps. Il y a eu quelques jours volables, mais ces jours là .... j'étais pris par ailleurs. Ce lundi devait être la belle journée de cette deuxième partie du mois de mais, retour vers un temps médiocre annoncé dès mardi .. j'avais donc prévu de partir tôt du travail pour faire ce premier vol et bien entendu ... je ne suis pas parti très tôt. Mais avantage de cette période de l'année les journées sont longues et donc à 19h30 il n'était pas trop tard pour me rendre dans les champs situés à quelques centaines de mètres de chez moi.

 

C'est un de points forts avec un motoplaneur, pas besoin de piste. Ce qui autorise le petit vol du soir sans avoir besoin d'aller jusqu'au terrain et sans se prendre la tête.

 

Donc j'embarque dans la voiture les ailes et le fuselage équipé de son empennage, la radio et deux minutes après je suis dans les champs. Pour ceux qui ont lu les articles sur mes premiers pas, c'est là qu'il y a quelques années (enfin .. quinze ans environ) je faisais voler mon Silentius ou mes petits planeurs lancés au sandow. Retour aux sources.

 

Les débattements ont été réglés à la maison, un peu de plomb a été ajouté pour avoir un centrage à la limite arrière de la zone recommandée sur la notice. PredimRc me dit que je peux centrer plus arrière mais comme ce planeur a déjà volé, et que le centrage avait été jugé correct, je préfère jouer la sécurité.

Contrôle de portée planeur posé au sol, antenne rentrée et émetteur au ras du sol. A 50 mètres tout est correct, c'est bon.

 

Je prends le planeur à bout de bras. Je ne peux même pas dire que je ressent de l'appréhension, avec un modèle RTF qui a déjà volé (l'essai pour la revue Modèle Magazine aux mains de son premier propriétaire) et ou tout a été contrôlé avant le vol il n'y a pas d'inquiétude à avoir tout va bien se passer.

 

Moteur mi gaz (jamais plein gaz pour un premier lancer, on ne sait jamais ce qui peux se passer) et je lance en poussant faiblement. Il est parti et aussitôt point le nez vers le ciel. Je pousse sur la profondeur et prend un peu de hauteur. A part la tendance à pointer le nez vers le haut tout semble correct au niveau des commandes et il vole droit. Je coupe le moteur et le met en plané. L'attitude de vol est correcte, l'engin est stable, les débattements semblent corrects (il faudra voir le différentiel le réglage doit être perfectible). La vitesse de vol est moyenne et il peut être bien ralenti mais ce n'est pas un planeur de début. Je passe à deux mètres du sol et remet le moteur, et zou nez vers le haut. c'est très désagréable et limite dangereux, l'appareil à tendance à dépasser l'incidence de décrochage et il faut sans cesse pousser la profondeur. Je vais continuer à enchaîner quelques montées et phases de plané pour les photos. Puis je monte un peu plus haut pour réaliser le test de centrage "planeur" (en piquant), qui révèle un centrage un peu trop avant. PredimRC a raison, comme souvent (toujours ?). Au passage la prise de vitesse révèle un comportement à vitesse plus élevée parfaitement sain avec un vol "sur un rail", et une restitution correcte.

Je termine le vol en faisant quelques cercles pour descendre et je me pose dans le champs à deux mètres du bord du chemin, un peu vite mais bon ... Cela fait 6 mois que je n'ai pas piloté, et pas loin de 10 ans que je n'ai pas piloté de planeur. Le contrôle de l'accu en fin de vol montrera que j'ai consommé un peu moins de 30 % de la capacité de mon pack de 1600 mA. 9a laisse augurer des vols d'une bonne demi heure en conditions neutres.

 

Verdict : a volé. Les réglages des commandes sont globalement corrects, il faudra un peu reculer le centrage, et surtout il va falloir que je rajoute un sérieux piqueur au moteur parce que, si en mode planeur l'appareil est très agréable au moteur son comportement est vraiment pourri ....

 

 

de haut en bas et de gauche à droite : le terrain de jeu, au moteur, 2 photos en vol plané, arrivée pour l'atterrissage. Et un pilote heureux parce que même si il n'y a pas la pression un premier vol reste toujours un événement.de haut en bas et de gauche à droite : le terrain de jeu, au moteur, 2 photos en vol plané, arrivée pour l'atterrissage. Et un pilote heureux parce que même si il n'y a pas la pression un premier vol reste toujours un événement.
de haut en bas et de gauche à droite : le terrain de jeu, au moteur, 2 photos en vol plané, arrivée pour l'atterrissage. Et un pilote heureux parce que même si il n'y a pas la pression un premier vol reste toujours un événement.de haut en bas et de gauche à droite : le terrain de jeu, au moteur, 2 photos en vol plané, arrivée pour l'atterrissage. Et un pilote heureux parce que même si il n'y a pas la pression un premier vol reste toujours un événement.
de haut en bas et de gauche à droite : le terrain de jeu, au moteur, 2 photos en vol plané, arrivée pour l'atterrissage. Et un pilote heureux parce que même si il n'y a pas la pression un premier vol reste toujours un événement.de haut en bas et de gauche à droite : le terrain de jeu, au moteur, 2 photos en vol plané, arrivée pour l'atterrissage. Et un pilote heureux parce que même si il n'y a pas la pression un premier vol reste toujours un événement.

de haut en bas et de gauche à droite : le terrain de jeu, au moteur, 2 photos en vol plané, arrivée pour l'atterrissage. Et un pilote heureux parce que même si il n'y a pas la pression un premier vol reste toujours un événement.

Repost 0
Published by hal - dans flamingo
commenter cet article
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 22:37

Le Flamingo Junior est un modèle de la gamme tangent. On le trouve décliné en 2 versions, électrique ou planeur pur. Son envergure est de 2,25m; , le profil un profil plat à 11% d'épaisseur, l'aile a un double dièdre et l'engin est un trois axes.

J'avais lu un article sur ce planeur dans Modèle Magazine d'aout 2012, écrit par un des membres de mon club. Quelques semaines plus tard j'ai appris que l'auteur de l'article vendait les 2 planeurs d'essai (1 électrique et 1 planeur pur). Comem cela faisait un certain temps que j'avais envie de me remettre au planeur, j'ai sauté sur l'occasion et je lui ai acheté la version électrique, dépouillée de son équipement.

Le planeur ayant déjà volé il restait peu de travail à faire mais j'ai pris mon temps.

Tout d'abord je l'ai équipé avec des servos que j'avais en stock, de vieux MSX3 Multiplex qui rentraient pile poil dans les ouvertures pratiquées sur la plaine habitacle et dans les ailes. Le récepteur, d'orifine fixé avec du velcro, est maintenant fixé avec du scotch double face et maintenu en place par un colson. Au passage ce colson maintient également en position les gaines des commandes de direction et profondeur afin qu'elles ne flambent pas. J'ai ajouté des connecteurs rapides pour les servos d'ailes. Et sur toutes les commandes j'ai mis des chapes réglables, j'aime bien pouvori ajuster les neutres mécaniquement et voler trims à .

Au niveau de l'empennage, l'auteur de l'article précise qu'il a du bricoler le renvoi de profondeur parce que l'écartement entre l'axe d'articulation et le passage de la clé d'incidence était inférieur de 4mm à l'entraxe des foureaux de clés du stab (pendulaire). De ce fait j'ai trouvé que le stab "brinquebalait", ça ne me plaisait pas. J'ai ajouté un morceau de tube métallique sur le renvoi, dans lequel se glisse la clé arrière du stab. Après cela le plan horizontal est beaucoup mieux tenu.

Pour l'accu j'ai installé un hypérion SS G3 1600 mA que j'avais en stock. C'est un 2200 qui est préconisé par la notice mais bon .... l'engin est destiné à planer pas à voler au moteur. Le controleur est une récupération de mon biplan, je l'avais acheté queslques euros à un copain, il a un Bec bien suffisant pour alimenter 4 servos sur un appareil volant à basse vitesse.

Le moteur ça a été prise de tête. Graupner préconise un inline 475 14,8 volts. c'est un brushless à cage fixe, kv 900 environ. l'avantage c'est que comme la cage ne tourne pas ce type de moteur est très bien adapté à un planeur qui a un nez fin, il n'y a pas de risque de voir la cage frotter sur les fils. Problème ce moteur est introuvable même chez Graupner. Après avoir beaucoup réfléchit j'ai acheté un Hypérion 2220/14, qui pèse 88 grammes et a un nez en pointe spécialement adapté aux planeurs. Le Kv étant de 930 tours.mn.volt soit le même que le inline préconisé. J'y ai ajouté une hélice repliable de 9x6 (et j'ai aussi acheté des pales en 10x6) e un cone alu de 32 mm de diamètre.

Ainsi équipé l'engin est centré assez en arrière de la position donnée par la notice et pas l'auteur de l'article (environ 1 cm). Ceci dit ça correspond à la position calculée par PredimRC.

Que faut-il ajouter ? j'ai mis en place un crochet de remorquage, j'en avais sous la main, ça peut toujours servir pour s'amuser à lancer au sandow (pour le sport ...). Et puis enfin j'ai mis des bouts de gaine thermo autour des fils du moteur, que j'ai collés sur le fuselage pour que ces fils ne viennent pas en contact de la cage. Et dernier point j'ai mis en place un demi couple entre moteur et pack pour que le pack ne viennent pas heurter le moteur.

La radio a été programmée, il ne reste qu'à faire le premier vol. Ca ne devrait pas tarder .

 

 

Flamingo junior TangentFlamingo junior TangentFlamingo junior Tangent
Flamingo junior Tangent
Repost 0
Published by hal - dans flamingo
commenter cet article