Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 18:34

Il y a quelques temps j'avais été contacté par Philippe, qui m'avait envoyé ce message : "Ce message pour vous dire qu'à Angoulême, nous sommes 2 irréductibles à continuer à acheter des kits d'Eco 8, avant qu'il n'y en ait plus. Ils sont à 50€ actuellement. Mon copain possède plusieurs modèles depuis plusieurs années, tous maquettisés, et moi, je commence à en faire voler 1. je le trouve beaucoup plus doux et moins stressant que tous ces T-Rex et consorts. Pour moi, c'est l'hélico idéal classe 500 pour débuter, pour voler à plat et pour faire des maquettes car sa structure est très légère. De plus ses équipements sont moins chers car il vole en 3S avec moteur et gyro Hobby King."

 

Je lui ai demandé de m'en dire un peu plus et envoyer quelques photos, ce qu'il a fait. Je publie son texte avec quelque retard, je m'en excuse auprès de lui.

 

 

Je débute en Eco 8, donc pour l'instant je fais des stationnaires et des petites translations.

Avec le système de stabilisation Flymentor de KDS, il est stable et il pèse avec sa croix moins de 1.4 kg, avec une lipo 3S 3300 mA. Je vole 13 mn avec ces batteries. C'est un très bon hélico pour débuter ou pour faire des semi-maquettes en taille 500, car le châssis est léger et peu encombrant. On trouve des pales composite chez MS-Composit.

 

Pour moi, c'est un hélico taille 500 économique en équipement, mais il ne se fait plus chez Ikarus. C'est bien dommage. Les derniers kits étaient bradés 50 €, donc j'en ai plusieurs d'avance.

 

- moteur : http://www.hobbyking.com/hobbyking/store/__55495__RotorStar_Brushless_Outrunner_Helicopter_4249_1600kv_500_size_heli_.html  ou équivalent (kv 1500 à 1600).

 

-contrôleur 60A de chez Hobbyking (pour ne pas trop chauffer).

- 3 servos HS 81 et 1 HS 82 (Hitec) mg à l'anticouple.

- pour moi, un système de stabilisation gyro 3 axes Flymentor de KDS (qui fait aussi gyro seul si on veut), mais sans avoir mis la caméra qui "regarde" le sol pour laisser l'hélico en stationnaire si on lâche les manches.

Pour moi, ce système apporte plus de stabilité à l'hélico, mais si je lâche les manches, il dérive doucement (je n'arrive pas à l'avoir bien horizontal si je lâche les manches et donc il dérive).

Sinon un gyro de chez Hobbyking pas cher va très bien.

 

- les fuselages que j'ai et que je n'ai bien sûr pas encore montés sont :

- un Jet Ranger taille 500 de chez Causemann ( http://shop-rc.causemann.de/Ruempfe-fuer-500er-Hubschrauber ) mais il y a du boulot, c'est pas RTF ; par contre celui de mon pote Patrick sort à moins de 1.5 kg (il a aussi le Hughes 500).

- un Bell 429 qui venait d'A2pro en promo à 90 €.

 

Mon copain a réalisé un Ecureuil ( http://www.heli-scale.fr/index.php?id_category=27&controller=category&id_lang=2 ), un Jet Ranger et un Hughes 500 de chez Causemann, un Bell Huey copter, un Bell 429 et enfin un Lama qui lui est entièrement de construction perso, voir photos, (tubes carbone, CAP, pièces en plastique et bulle thermoformé, en bref, beaucoup de boulot, pas encore terminé). Pour lui c'est le Lama qui vole le mieux (env. 1.5 kg). Le plus lourd doit être le Bell 429, aux alentours de 1.8 kg.

En 3S 2500, les autonomies vont de 8 à 12 mn suivant le modèle, donc bien plus économique en batterie que les T-rex 500 et consorts. Pour certains modèles, Patrick a adapté un arrière de HK 500 (poutre plus courte), sinon, il faut recouper le tube et mettre une courroie plus courte.

 

Philippe et Patrick, 2 fidèles de l'Eco 8
Philippe et Patrick, 2 fidèles de l'Eco 8
Philippe et Patrick, 2 fidèles de l'Eco 8
Philippe et Patrick, 2 fidèles de l'Eco 8
Philippe et Patrick, 2 fidèles de l'Eco 8
Repost 0
Published by hal - dans Helicos CP
commenter cet article
15 mai 2015 5 15 /05 /mai /2015 22:00

Je ne parle pas souvent de mon vénérable Eco 8. Je le fais pourtant voler assez régulièrement dans des champs pas loin de chez moi. L'année dernière a été décevante. J'ai eu des problèmes de vibrations récurrents et aléatoires, qui m'ont conduit à changer pratiquement tous les éléments de l'hélico avec des pièces que j'avais en réserve.

Durant l'été 2014 j'avais emmené l'Eco dans le Vosges. J'avais fait deux vols corrects le premier jour. Le lendemain je décolle, premier vol ok, deuxième vols l'hélico vibre un peu mais je décide de continuer. au milieu du vol les vibrations ont empiré et puis tout à coup il y a quelque chose qui ne va plus, perte de contrôle et l'appareil tombe d'une dizaines de mètres, avec les conséquences habituelles dans ce cas.

De retour chez moi je change tous ce qui est cassé, j'ai pas mal de pièces de rechange ça va. Je refais un essai dans mon jardin ou ça va à peu près et puis je vais dans les chanps ou ça ne va pas, très fortes vibrations. Je range l'engin pour l'hiver.

Récemment je refais un essais en mettant une petite croix d'entrainement. Un des objectifs est : toujours ces satanées vibrations, qui sont vraiment d'un niveau très élevé. L'appareil a des soubresauts des qu'il décolle, des a-coups en lacet, et on dirait qu'il va exploqer en vol.

Ayant tout changé je me dis que le problème vient peut être des axes : j'utilise des axes fabriqués par un copain, qui m'avaient donné satisfaction durant pas mal de vol, mais peut être que certains sont de moins bonne qualité que d'autres ce qui générerait les vibrations. Donc je décide de commander des axes en acier traité. Pas évident à trouver de nos jours sur la toile, même chez Ikarus je ne les trouve plus au catalogue. Finalement je vais les dénicher par hasard , en fait ils sont référencés comme axes pour l'Eco7 (ce sont effectivement les mêmes - référence 67940) et en plus, pour les trouver sur le site il faut taper leur référence dans la fenêtre de recherche. Pas évident .... bref commande de 3 axes rotor traités, deux axes pied de pales et deux pignons 180 dents (la seule pièce - à part les deux axes ci-dessus - que je ne peux par bricoler ou refabriquer si des dents sont abîmées).

Arrivée des pièces au bout des quelques jours, montage des axes, essais et échec ... Là je me dis qu'il y a un truc ... je prends l'hélico, lui impose quelques torsions et ... je me rends compte que le châssis droit est cassé à l'arrière. C'est ça qui entraîne des vibrations venant de la partie arrière de l'hélico, issues de la variation de traction exercée par le rotor anti-couple et la régulation du gyro.. Et quand l'hélico est au sol ça ne vibre pas parce que ... le gyro n'agit pas puisque l'hélico est sur un cap fixe et ne pivote pas autour de l'axe de lacet

 

15 mai 2015 - remise en vol de l'ECO8

Solution ... ça m'embête de changer le flanc, et puis ceux que j'ai ont aussi des défauts. Donc je décide de faire une attelle en plaque d'époxy 3mm (ce que j'ai sous la main). La plaque est découpée de manière à pouvoir être fixée au chassis existant par les deux vis de part et d'autre de la cassure, et pendant que j'y suis je la fait un peu plus grande pour être tranquile et bien rigidifier l'arrière de l'engin (ce qui fait qu'elle est fixée par 5 vis sur le chassis)

Perçage des trous par lesquels passeront les vis, perçage de trous supplémentaires permettant de faire passer les colliers Rilsan qui maintiennent les fils de servos, collage en place à la stabilit express, un coup de peinture noire de maquette plastique avec un pinceau, remise en place des vis et réglage de la tension de courroie anticouple.

15 mai 2015 - remise en vol de l'ECO8

Et puis essais dans le jardin. Ca vibre encore, mais beaucoup moins et il n'y a plus ces a-coups en lacet. Bref des vibrations fortes mais ça ne donne pas l'impression qu'on va tout casser. vérification du tracking, une pale est très légèrement en dessous de l'autre. ceci dit je suis au sol avec un pas de 0 ça ne veut pas dire grand chose. vérification des longueurs de commandes, 0.5 mm de plus sur une d'elles. Je fais quelques tours de chapes, les longueurs sont égales.

Direction le jardin, gaz, décollage et ... tout est normal. A peine un léger frétillement des extrémités du train d'entrainement. Je vole quelques minutes et puis je pose, il y a du vent ce n'est pas dans ces conditions que je vais mettre l'hélico à hauteur des yeux pour vérifier le tracking, pas assez de place dans le jardin. On verra ça sur un terrain plus adapté.

Ce que je ne sais pas dans tout ça c'est si les axes étaient ou non à l'origine d'au moins une partie des vibrations. En fait je ne comprends pas comment tout ça est apparu. Si j'ai fait 3 vols sans problèmes dans les Vosges, c'est que le châssis n'était pas cassé. Il a du se briser soit dans le choc lors du crash, soit en l'air juste avant le crash (à cause des vibrations qui étaient présentes ce jour la). Je ne vais pas trop me poser de questions, je vais laisser l'appareil dans sa configuration actuelle, régler le tracking et essayer de vole. Pourvu que ces foutues vibrations ne reviennent pas ...

Repost 0
Published by hal - dans Helicos CP
commenter cet article
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 12:33

ADAPTATION MOTEUR/ACCU/PIGNON

Version 2 – mise à jour novembre 2006

 

Cet article est la copie de celui qui avait été publié sur le site Hell Eco, aujourd'hui disparu. Je le publie sur mon blog, suite à une question qui m'a été posée par un lecteur souhaitant avoir des informations sur le pignon à utiliser avec son moteur Helios 34. Après tout, si ça peut servir à quelques uns ... et puis c'est vintage.

 

Le but de cet article est de vous aider à choisir la bonne configuration moteur/pignon/accus. Il est décomposé en trois parties :

 

  1. Tableau des définitions moteur/accu/pignon/contrôleur des membres du site Hell Eco, pour ceux qui ne veulent pas se prendre la tête, «copier » une solution qui marche c’est sympa, non ?
  2. Abaques permettant de déterminer le bon pignon, pour un moteur et un accu donné. Ceci permettra de choisir le pignon adapté si on a une configuration qui n’est pas utilisée par un autre membre.
  3. Approche théorique, formules de calcul, etc .. Pour les curieux.

 

Nota : le choix du pignon n'est pas une science exacte, et dépend de pas mal de paramètres dont en particulier les goûts personnels de chacun. Il n'est pas non plus critique pour le vol du modèle, et un hélico qui vole avec un pignon de 11, volera également avec un pignon de 12 ou de 13 avec une courbe de gaz adaptée (attention quand même à ne pas faire n'importe quoi …).

 

Introduction : moteur, accus, que choisir ?

 

L’article n’est pas directement consacré à ce sujet, mais voici quelques règles de bases :

 

  • Brushed ou Brushless :

 

Si on relit les anciens posts sur le site Hell-eco, on voit que début 2005 le conseil était généralement de commencer avec un moteur à balais, le brushless étant encore considéré comme un luxe. Fin 2006, le brushless est pratiquement plébiscité, et rares sont ceux qui commencent avec un moteur à balais. La solution «brushed » fonctionne, elle permet effectivement de faire son apprentissage, mais le brushless est nettement supérieur en performance et durée de vie. Donc, à moins d’abandonner l’hélico après quelques vols (ca arrive !),autant choisir directement un brushless. D’autant que le surcoût n’est pas énorme.

 

  • Quelles caractéristiques doit avoir le moteur ?

Deux caractéristiques sont à prendre en compte : le Kv (vitesse de rotation pour 1 volt en tours/mn/volt) et la capacité du moteur à dissiper la chaleur (parce que quand le moteur est en fonctionnement, il chauffe, et s’il chauffe trop il peut être détérioré).

 

  • Choix du Kv : en gros, il faut que le moteur puisse faire tourner le rotor à une vitesse de l’ordre de 1500 tours/minute. Pour cela, trois éléments essentiellement sont à prendre en compte : le Kv, la tension de l’accu et le pignon moteur. Sachant que les moteurs ont des axes de 3,17 mm ou 5mm, et que les pignons standard vont de 10 à 17 dents en 3,17 mm et de 13 à 24 dents en 5 mm.

 

Pour ne pas avoir à se prendre la tête, on peut suivre la règle suivante :

 

  1. si le moteur a un axe de 3,17 mm, choisir un Kv compris entre 2000 et 2500 tours/minute/volt
  2. si le moteur a un axe de 5 mm, choisir un Kv compris entre 1500 et 2000 tours/minute/volt

 

Je ne conseille pas de prendre des Kv supérieurs à ceux conseillés ci-dessus. Vous pourrez remarquer que pas mal de pilotes utilise des Heli8 qui ont un Kv de 3000,ou même des Hélios 34, qui ont un Kv de 3430. Ok, mais ce n’est pas top. En particulier, et sauf pour ceux qui ont un bon niveau de pilotage et font tourner le rotor à plus de 1600 tours/mn, il faut avoir une courbe de gaz avec des taux de gaz faibles, ce qui n’est pas idéal. En effet, les taux de régulation (écart entre le régime régulé et le régime maximum atteignable, qui n’a la plupart du temps rien à voir avec les valeurs que l’on programme sur la radio) ne doit pas descendre en dessous 60 % ou 70% selon les contrôleurs.

 

Prendre des Kv inférieurs à 1500 t/mn/v est possible mais imposera de voler en 10 éléments NiCd ou 4 Lipo pour que le rotor tourne suffisamment vite, et ceci avec des pignons de taille importante (papy86 a même usiné lui-même un pignon de 25 dents)

 

  • La capacité de refroidissement : là, je vais citer la règle donnée par Toshiyasu Morita dans «the electric helicopter beginner’s guide ». La capacité de refroidissement est plus ou moins liée à la masse du moteur, et une bonne base de travail consiste à considérer qu’un moteur pesant 10 à 15% du poids du modèle dissipera généralement correctement la chaleur. Donc, pour un Eco 8 qui pèse dans les 1600 grammes, ça nous donne un moteur pesant entre 160 et 240 grammes.

 

  • Les accus : sans rentrer dans les détails, les configurations les plus courantes sont en 8 éléments, 10 éléments (pour les NiMH et NiCd) et 3S (lipos). On voit également apparaître des technologies comme les Emoli, sur lesquelles on a peu de recul.

 

Quelle technologie choisir ? . On retiendra que les NiCd ont la réputation d’être peu fragiles et faciles d’entretien. Les NiMH donnent une meilleure autonomie à poids égal mais supportent moins les mauvais traitements que les NiCd. Et les Lipo offrent une capacité nettement plus importante, avec toutefois un coût encore élevé et des contraintes d’utilisation et de recharge (chargeur spécifique, équilibreur, contrôleur adapté).

 

  • Le contrôleur : je ne vais pas non plus rentrer dans les détails. On admet généralement qu’un contrôleur pouvant donner 40 ampères en continu convient à l’Eco8. Plus, ça ne fait pas de mal mais ça ne sert pas à grand chose. Moins, c’est certainement possible mais attention à ne pas descendre trop bas (35 A), un contrôleur qui coupe pour surintensité ou surchauffe et c’est le crash.

 

BEC ou non ? Opto ou non ? Là encore, il y a du pour et du contre, et ce n’est pas le but de cet article de rentrer dans les détails.

 

1  ère partie : tableau des configurations des membres de Hell-Eco

 

Ben oui, pas la peine de réinventer ce qui existe déjà. Pour un même moteur, et un niveau de pilotage équivalent, le plus simple reste encore de choisir une solution éprouvée qui donne déjà satisfaction. Dans le tableau ci-dessous, j’ai regroupé les configurations d’un certain nombre de membres du forum. On peut trouver plusieurs définitions pour un même membre parce qu’il a plusieurs hélicos. Ou encore parce qu’il a changé de moteur ou de type d’accus. J’ai d’ailleurs séparé le tableau en deux parties : dans la première les définitions relevées lors de la première édition du dossier en mai 2006, et dans la deuxième les définitions relevées en octobre 2006. Je n’ai fait figurer que des configurations «qui marchent », c’est pour cela que certains pilotes qui débutent avec une nouvelle configuration ne sont pas cités.

 

Il manque certaines valeurs de Kv. Si quelqu’un dispose de l’information, je suis intéressé. De même bien entendu que pour toute remarque concernant les indications données (erreurs, complément d’information, ajout d’une configuration, etc …).

 

 

Article vintage .... Configuration moteur/accu/pignon pour Eco 8
Article vintage .... Configuration moteur/accu/pignon pour Eco 8
 

2 ème partie : Abaque

 

Comment ça marche ? simple, vous choisissez le type de pack (les différentes courbes) et le Kv (axe horizontal), et vous lisez la taille du pignon sur l’axe vertical. Les courbes sont tracées pour une vitesse rotor de 1400 tours/mn.

 

Je n’ai pas tracé d’abaque pour un moteur à charbons, on pourra utiliser celle des moteurs brushless et augmenter de 20% la taille du pignon.

 

Ok, mais 1400 tours/mn c’est un régime relativement lent, idéal pour commencer et faire du stationnaire par temps calme, mais un peu faible pour commencer à translater et avoir de la réponse dans le vent. Pour déterminer le pignon pour une vitesse de rotation différente, voici une deuxième abaque. Le calcul se fait alors en deux étapes :

 

  1. Utilisation de la première abaque pour déterminer la taille du pignon qu’il faudrait utiliser si on souhaite tourner à 1400 tours/mn au stationnaire.
  2. Calcul du pignon pour une vitesse différente, à l’aide de l’abaque ci-dessous.

 

Article vintage .... Configuration moteur/accu/pignon pour Eco 8
Article vintage .... Configuration moteur/accu/pignon pour Eco 8

3 ème partie : un peu de théorie

 

Comment ça tient en l’air ?

 

  • L’hélicoptère tient en l’air grâce à la force verticale exercée par la rotation des pales du rotor principal. Cette force verticale dépend à la fois de la vitesse de rotation (elle augmente quand la vitesse augmente) et du pas des pales (selon une loi plus complexe liée en particulier au profil des pales, mais en gros ça augmente quand le pas augmente).
  • Les pales exercent également une force de résistance à la rotation du rotor. Tout comme la force verticale, cette force dépend de la vitesse de rotation et du pas. La puissance fournie par le moteur sert à vaincre cette résistance.
  • Donc, pour monter : je pousse le manche de pas/gaz, la vitesse du rotor augmente ainsi que le pas des pales. Et par conséquence la force verticale. Mais aussi la force de résistance. On remarque au passage que l’on peut également décoller à pas constant (enfin, positif, ni trop élevé ni trop faible, dans les 6°) en augmentant la vitesse de rotation ou encore à vitesse de rotation constante (là encore, pas n’importe quoi : dans les 1350 tours/mn) en augmentant le pas.

 

Lien entre tension et intensité dans le moteur et vitesse de rotation rotor :

 

  • La vitesse de rotation du « moteur idéal » est proportionnelle à la tension qui traverse le bobinage. Si la constante du moteur est Kv et que la tension d’alimentation est U, la vitesse de rotation N est :

N = U * Kv

  • Seul petit problème, le moteur n’est jamais idéal et une partie de la tension à ses bornes part en chaleur dans le bobinage et ne sert donc pas à faire tourner le moteur. Si la résistance interne du moteur est Ri et l’intensité qui traverse le moteur est I, la chute de tension est égale à I * Ri. Il reste donc pour faire tourner le moteur une tension Um :

Um = (U – I * Ri)

Et la vitesse de rotation du moteur est :

N = (U – I * Ri) * Kv

La résistance interne d’un moteur brushless est généralement inférieure à 0,03 Ohm. Pour un moteur à charbons elle est de l’ordre de 0,08 Ohm à 0,1 Ohm. Les pertes vont donc être plus élevées sur un moteur à charbon que sur un brushless : pour une même tension en sortie de pack, on va perdre dans le bobinage 1 volt de plus environ avec un moteur à charbons, au stationnaire.

Sachant que le pignon principal a 180 dents, et si « pignon » est le nombre de dents du pignon moteur, nous en déduisons la vitesse du rotor :

Nrotor = (pignon / 180) * (U – I * Ri) * Kv

 

Et si on secoue un peu cette équation on trouve la formule donnant le type de pignon à utiliser :

Pignon = (180 * Nrotor) / (Kv * ( U – I * Ri))

 

  • Je sens que certains se demandent comment varie l’intensité. Et bien, elle est proportionnelle à la force résistante que doit vaincre le moteur pour faire tourner le rotor : plus cette force est importante, plus l’intensité est élevée. A un régime rotor donné, cette force augmente avec le pas du rotor principal.

 

Quand je pousse le manche de pas en avant, étant donné que le pas augmente l’intensité augmente également. Donc, le nombre de tours rotor va avoir tendance à diminuer parce que le tension Um diminue (voir la formule plus haut). Et donc la vitesse de rotation du rotor va baisser. C’est pour cela que l’on a une courbe de gaz qui fait augmenter les « gaz » (c’est à dire en fait la tension aux bornes du moteur, régulée par l’intermédiaire du variateur/contrôleur) quand on augmente le pas : cela permet de garder une vitesse de rotation rotor constante ou presque quand on augmente le pas.

 

Choisir le pignon par le calcul : rien de plus simple maintenant :

 

Il suffits d'appliquer la formule .... Dans la réalité ce n'est pas si simple car on voit qu'il faut disposer de 5 valeurs : Nrotor, Kv, Ri, I et U

 

  • Nrotor : un Eco 8 vole correctement (pour un pilotage cool) de 1300 tours/mn à 1600 tours/mn. En dessous de 1300 ça ne suffit plus et au dessus de 1600 l’hélico est plus adapté à des pilotes expérimentés qu’à des débutants (attention, risque des satelliser les pales au dessus de 1700 tours/mn). Il suffit de mettre dans la formule le régime désiré, 1400 tours/Mn me semblant être une valeur raisonnable pour l’apprentissage.

 

  • Kv et Ri : ces valeurs sont données par les constructeurs de moteur. On les trouve sur les notices, sur Internet, dans le littérature, etc …. Attention, les valeurs données par les constructeurs ne sont pas toujours exactes mais faut bien faire avec ce que l’on a. En particulier pour les moteurs brushless, il faut parfois multiplier par 2 la valeur donnée par le constructeur (lié au montage interne du moteur et au fait qu’il y a plusieurs bobinages). Bien entendu aucune information n’est donnée dans la notice.

 

  • I : ça se complique un peu car l’intensité au stationnaire dépend du type de moteur utilisé et du nombre d’éléments composant le pack d’accus, mais aussi du type de pales ou de poids de l’hélico. Pour simplifier je propose de prendre 18 ampères qui est une valeur moyenne. On pourrait vouloir affiner en fonction du nombre d'éléments, du type de moteur mais cela influe peu sur le résultat final

 

  • U : la tension sortie de pack dépend de l’intensité débitée, mais aussi du type d’accumulateur utilisé et de sa capacité. De plus, il faut aussi prendre en compte que l’on ne va pas être « plein gaz » (plein volts) au stationnaire : il faut bien conserver la possibilité de mettre plus de gaz (de volts) quand on va augmenter le pas.

 

  • Pour ce qui est de ce pourcentage des gaz au stationnaire, je pense qu'une valeur de 90% permet d'avoir suffisamment de réserve pour que la vitesse du rotor ne chute pas quand on augmente le pas. (nota : j’avais mis 85% dans la version précédente du dossier, mais après réflexion je pense que 90% est plus adapté).

 

  • Sur mes packs (GP3300) j’ai mesuré que quand l’intensité est de l’ordre de 16 ampères on a une tension de 1,15 volt par élément. C’est confirmé par les Datasheet GP.
Article vintage .... Configuration moteur/accu/pignon pour Eco 8
  • Pour des sanyo RC2400, selon la Datasheet la tension semble être à peu près la même que pour les NiMH, soit environ 1,15 volts.
Article vintage .... Configuration moteur/accu/pignon pour Eco 8

 

  • Pour des Lipo, je n'ai aucune expérience personnelle. Pour info, plus bas un document extrait du site Kokam qui donne les courbes de décharge de leurs éléments SLPB11043140H, d'une capacité de 4,8 Ah. Sur un Eco 8 on serait entre 3C et 4C en stationnaire. La tension semble varier fortement entre le début et la fin de la décharge, passant de 3,8 volts à 3,3 volts. Je pense que l'on peut retenir une valeur moyenne de 3,5 volts. Pour d'autres type d'accus, ou d'autres marques, se reporter aux données constructeur ou faire un essai (décharge dans 3 ampoules de voitures, 40 + 45 watts, en reliant en série les filaments code et phares : l'intensité sera en gros celle consommée par un Eco8 en stationnaire).

 

Article vintage .... Configuration moteur/accu/pignon pour Eco 8

Application à ma configuration : Mega 22/20/3 avec un Kv de 1850, Ti = 0,028 Ohms, pack de 10 éléments, vitesse de rotation 1400 tours/mn :

 

Pignon = (180 * 1400) / (1850 * (10 * 1,15 * 0,9 – 18 * 0,028) = 13,83, soit 14 dents.

 


Epilogue

 

Voilou …. J’espère que vous avez trouvé dans les pages qui précède certaines des réponses aux questions que vous vous posiez. Si vous avez des questions supplémentaires, ou de commentaires, n’hésitez pas à passer un post sur le site. Et bon vols.

 

 

Hal – novembre 2006

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Pour des sanyo RC2400, selon la Datasheet la tension semble être à peu près la même que pour les NiMH, soit environ 1,15 volt (graphique de gauche)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Pour des Lipo, je n'ai aucune expérience personnelle. Pour info, à gauche un document extrait du site Kokam qui donne les courbes de décharge de leurs éléments SLPB11043140H, d'une capacité de 4,8 Ah. Sur un Eco 8 on serait entre 3C et 4C en stationnaire. La tension semble varier fortement entre le début et la fin de la décharge, passant de 3,8 volts à 3,3 volts. Je pense que l'on peut retenir une valeur moyenne de 3,5 volts. Pour d'autres type d'accus, ou d'autres marques, se reporter aux données constructeur ou faire un essai (décharge dans 3 ampoules de voitures, 40 + 45 watts, en reliant en série les filaments code et phares : l'intensité sera en gros celle consommée par un Eco8 en stationnaire).

 

 

 

 

 

 

Application à ma configuration : Mega 22/20/3 avec un Kv de 1850, Ti = 0,028 Ohms, pack de 10 éléments, vitesse de rotation 1400 tours/mn :

 

Pignon = (180 * 1400) / (1850 * (10 * 1,15 * 0,9 – 18 * 0,028) = 13,83, soit 14 dents.

 

 


Epilogue

 

Voilou …. J’espère que vous avez trouvé dans les pages qui précède certaines des réponses aux questions que vous vous posiez. Si vous avez des questions supplémentaires, ou de commentaires, n’hésitez pas à passer un post sur le site. Et bon vols.

 

 

Hal – nove

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Pour des Lipo, je n'ai aucune expérience personnelle. Pour info, à gauche un document extrait du site Kokam qui donne les courbes de décharge de leurs éléments SLPB11043140H, d'une capacité de 4,8 Ah. Sur un Eco 8 on serait entre 3C et 4C en stationnaire. La tension semble varier fortement entre le début et la fin de la décharge, passant de 3,8 volts à 3,3 volts. Je pense que l'on peut retenir une valeur moyenne de 3,5 volts. Pour d'autres type d'accus, ou d'autres marques, se reporter aux données constructeur ou faire un essai (décharge dans 3 ampoules de voitures, 40 + 45 watts, en reliant en série les filaments code et phares : l'intensité sera en gros celle consommée par un Eco8 en stationnaire).

 

 

 

 

 

 

Application à ma configuration : Mega 22/20/3 avec un Kv de 1850, Ti = 0,028 Ohms, pack de 10 éléments, vitesse de rotation 1400 tours/mn :

 

Pignon = (180 * 1400) / (1850 * (10 * 1,15 * 0,9 – 18 * 0,028) = 13,83, soit 14 dents.

 

 


Epilogue

 

Voilou …. J’espère que vous avez trouvé dans les pages qui précède certaines des réponses aux questions que vous vous posiez. Si vous avez des questions supplémentaires, ou de commentaires, n’hésitez pas à passer un post sur le site. Et bon vols.

 

 

Hal – novembre 2006

mbre 2006

Repost 0
Published by hal - dans Helicos CP
commenter cet article
17 juillet 2010 6 17 /07 /juillet /2010 19:42

A2pro a sorti en 2009 des hélicoptères avec fuselage maquette, sur 3 bases mécanique excellium : 350, 450 et 480. Cela a donné lieu à l'apparition de 8 hélicoptères :

 

- sur base 350 avec un diamètre rotor de 540 mm : le Hugues 500 dont il est question ici

- sur base 450 avec un diamètre rotor de 700 mm : Le Hind 24, le AH-1 super cobra, le EC145 et le Bell 230

- sur base 480 avec un diamètre rotor de 815 mm : le Bell 205 UH1 (militaire ou civil) et le Sikorski UH60 Blackhawk avec ses deux dérivés SH60(Jayhawk) et S70(Firehawk).

 

J'avais lu dans une revue un article sur le Blackhawk et l'engin m'avait séduit. Mais j'avais déjà deux hélicos et je n'étais pas prêt à investir dans un engin supplémentaire.. Et puis il y a eu un concours photo sur forum.modelisme.com, dont le prix était un Blackhawk A2pro. Je n'avais pas les moyens de faire une super photo d'hélicoptère (pas de superbe engin, pas de super paysage et temps pourri fin 2009). Alors j'ai fait une photo "clin d'oeil" avec mon Hugues 300. Je n'ai pas gagné le premier prix mais ma photo a bien plu au patron de A2pro et j'ai gagné "au grattage" .... un Hugues 500 A2pro.

 

Tout le montage est décrit sur forum.modelisme.com, je ne fais ici qu'une synthèse. Pour voir le détail, et l'intégralité des photos, se référer à ce forum.

 

A2pro Hugues contenu boiteLe Hugues est arrivé chez moi fin décembre. Il était dans une boite avec un couvercle plastique. Cette boite servira également au transport, c'est bien pratique. Elle est garnie de mousse et l'hélico est bien tenu à l'intérieur. On peux également y ranger quelques accessoires, des pales de rechange, etc ...

 

La mécanique est déjà assemblée. Toutefois il y a de très nombreuses pièces métalliques dans la tête et je conseille de démonter toutes les vis (en particulier celles des boules pour les chapes), de mettre du frein filet et de revisser les vis. En effet j'ai constaté lors des révisions qui suivaient chaque vol d'essai que certaines vis se dévissaient.

 

 

 

L'installation de la radio m'a posé quelques problèmes. Je n'étais pas habitué à des modèles aussi petit, et par ailleurs il y a le fuselade maquette qui fait que la place disponnible est réduite. Par ailleurs j'avais au début voulu utiliser des servos nano S (=HS55) qui ont des pattes de fixation très fines. Et les pattes des ces servos se sont en quelque sorte dissoutes sous l'effet du frein filet que j'avais mis sur les vis de fixation .... J'ai remplacé par des HS65MG (pignons Karbonite) qui rentrent parfaitement dans la place disponible. Seul détail, j'ai du faire une encoche dans les flancs du fuselage pour que les servos se montent correctement. Finalement j'ai installé les éléments comme suit :

 

     - récepteur multiplex RX7 synthèse à l'avant au dessus de la "poutre" horizontale

     - accu hypérion G3 3S 1600 mA à l'avant sous la "poutre" horizontale

     - gyro align RCE500 à l'avant étalement, fixé sur le chassis

     - et controleur (bec) hypérion Titan 20 ampères à l'arrière, fixé sous le chassis.

 

Pour les premiers essais, la mécanique était montée sur une plaque de contreplaqué, parce que une fois dans le fuselage il est pratiquement impossible de faire des réglages. Seule détail qui m'a un peu contrarié, l'impossibilité de visser une des chapes sur la tige de commande d'anticouple, le filetage sur la tige étant surement mal fait.

 

A2pro Hugues montage HS65

 

 Après, j'ai eu quelques difficultés pour régler le gyro (notice pas vraiemnt explicite, et puis ma radio Multiplex MC3010 est pas vraiment adaptée). J'ai fait des essais en attachant l'hélico sur une planche avec un fil de nylon de manière à ce qu'il décolle uniquement de quelques centimètres.

 

Et puis alors que je m'apprétais à faire le premier vol, jeme suis rendu compte qu'il manquait des dents à la couronne principale. Je ne savais pas ou en trouver (pas beaucoup de magasins en ligne qui vendent ce matériel) mais j'en ai parlé à A2pro et ils m'ont envoyé un jeu de deux couronnes.Au passage lors des premiers essais, j'ai vu que la tige de commande anticouple fléchissait lorsque je mettait de la direction, j'ai décidé de la remplacer par une tige de carbone.  Remontage, et premier vol dans mon jardin :

 

 

Le pilotage ne pose pas de problème particulier, quelques ajustements sont à faire sur la vitesse rotor et les réglages des servos de la tête. Sinon, on le voit, le stationnaire tient bien, l'appareil ne vibre pas. Je vais continuer à voler sans la carosserie et avec la croix d'entrainement pour faire les réglages. Je fais bien d'être prudent, cas lors d'un de ces vols tout à coup l'hélico se met en toupie, je pose d'urgence. Après examen de la machine je me rend compte que la tige de commande a explosé, le boitier du servo anticouple est cassé et un pignon a perdu 2 dents. L'analyse montre qu'il y a un problème au niveau d'un des pieds de pales anticouple, si on tire sur la pale le pied de pale "vient" et s'écarte de son support. Il est alors impossible de faire changer le pas de la pale en question. Après démontage, je me rend compte que le roulement semble oxidé, "grayonne", et la cage centrale ne tient pas bien à sa place. L'hypothèse est donc que la cage centrale s'est déboitée sous l'effet de la force centrifuge, la commande de pas s'est bloquée, le servo a poussé sur la tige mais rien ne s'est passé, la tige a fléchi et a "explosé" (les tiges carbone aiment pas fléchir). Au passage le pignon du servo a souffert et le boitier s'est cassé sous l'effort (le servo anticouple est monté "en large" et non pas "en long", ce qui n'est pas favorable aux reprises d'effort.

 

Heureusement je n'étais pas très haut et il y avait la croix. Seuls dégats les pales dont le bord d'attaque a été un peu enfoncé, et la couronne principale HS ... J'en parle à A2pro, ils m'envoient un jeu de couronnes, des roulements de rechange et quelques pièces de rechange dont des pales entoilées en noir qui seront beaucoup plus jolies que les pales entoilées de plastique transparent que j'avais au départ.

 

A2pro Hugues vol maquette 1 

Remontage, et c'est repartit mais cette fois avec le fuselage maquette, et sur le terrain des colibris.

Au sujet du fuselage maquette, j'ai ajouté un peu de résine + fibre à l'emplacement de la fixation des lance roquette. J'ai aussi modifié un peu la fixation de la partie avant de la bulle, mais plus par gout personnel que par réelle nécessité.

Le montage de la mécanique dans le fuselage se fait assez bien, mais les trous percé dans le fuselage ne tobent pas exactement en face des trous pratiqués dans les "pieds" du chassis. D'ou difficultés pour fixer la mécanique dans la carosserie, j'ai fini par donner un petit coup de lime ronde sur le fuselage pour que tout tombe en face.

Par ailleurs pour monter la carosserie il faut démonter l'anticouple, ce qui veut dire qu'àprès il faut rerégler le neutre (j'aime bien avoir un neutre correct et pouvoir voler en mode normal sans avoir à corriger au manche en vol). J'en profite pour mettre une commande faite avec une tige métallique de 2mm.

 

 

 

Lors de ces essais, je ne sais pourquoi, je fais un test de mise de gaz rapide "pour voir". Et zou la couronne perd quelques dents. Punition : sortir la mécanique du fuselage, démonter, remplacer, remonter, remettre la mécanique dans le fuselage, rerégler l'anticouple. Heureusement il me reste une couronne de rechange.

 

Encore quelques vols avec la croix je décide de faire les premiers vols sans. Je me suis fabriqué un support de décollage, parce que compte tenu de la largeur du train je pense que les atterrissages dans l'herbe seraient risqués. Les premiers vols se passent bien, y'a pas de raison après tous les tests réalisés. Seul petite contrariété, comme le gazon est très bien tondu chez moi j'essaie de me poser sans la planche, et l'hélico se couche. Pas de dégat j'ai coupé le moteur très rapidement et les pales ont très peu d'inertie. Par contre la couronne a encore perdu une dent. Je décide quand même de faire quelques vols supplémentaires que je vais filmer.

 

 

Comme on peut le voir sur la vidéo, l'appareil est stable, maniable, peut être posé avec précision. Seule point auquel il faut faire attention, malgré les débattements du cyclique réduits il part très vite que ce soit en latéral ou longitudinal et il faut donner des ordres de faible amplitude. On voit qu'il pendule un peu, peut être qu'il lui faudrait plus de tours. Mais l'autonomie qui n'est que de 6minutes 30 serai encore réduite, et l'hélico serait plus nerveux. Je préfère ne rien changer.

 

A2pro hugues en volCe qu'on ne voit pas sur la vidéo, c'est que à la fin du 2ème vol, alors que la caméra ne tournait plus, j'ai laissé le Hugues se mettre de face et compte tenu de la place réduite je me suis emmelé les manches et le Hugues a été s'encastrer dans la haie de thuyas. Peu de dégats sur la carosserie excepté la dérive horizontale détachée, ainsi que la fixation d'un des lance roquette. Ce qui a été vite réparé. Par contre la couronne dentée a perdu pas mal de dents ... et je n'en ai plus de rechange.

 

 

 

 

 

   

Pour conclure :

 

 Ce que j'apprécie le plus :

- le fuselage maquette, vraiement chouette
- la boite de rangement
- les qualités de vol qui sont sympa
- le "sans soucis" pour le premier vol : l'hélico vole du premier coup, pas de vibrations, pas de tracking, réglage facile
- le montage qui ne présente pas de difficultés majeures, certains points restant toutefois perfectibles.


Ce que je regrette un peu :

- la nécessité de découper un peu les flancs du chassis pour pouvoir monter les servos
- le problème de filetage rencontré sur la tige de commande d'anticouple
- le poids élevé du modèle (700 grammes) qui entraine une consommation élevée et une autonomie de 6mn30 avec un pack 1600 mA
- montage des différents éléments du chassis un peu approximatif, qui fait par exemple que les "pieds" sur lesquels se fixe le train ne sont pas en face des trous pratiqués dans le fuselage maquette d'ou un montage malaisé de la carrosserie
- certains vissages sur métal non sécurisés par du frein filet (ou sécurisés mais qui se dévissent quand même ...), nécessité de tout revérifier, en particulier pour la tête. Je ne l'avais pas fait au départ, j'ai eu beaucoup de chance de me rendre compte du dévissage de certaines chapes au cours des controles réguliers que j'ai fait avant que ça ne lache.
- le centrage trop arrière, qui me parait difficile à régler correctement sans ajout de plomb (peut être qu'en utilsant  un pack plus petit que le mien placé en transveral à l'avant, mais je doute. Et alors autonomie réduire à 5minutes 30).

 

Les points faibles :

- problème rencontré avec un des roulements de pied de pales

- roue denté principale vraiment trop fragile. Au début de la vidéo on entent un "tac tac tac" qui vient du fait qu'il manque une dent à la couronne dentée, peut être en raison d'un démarrage moteur un peu rapide. Donc démarrage ultra doux recommandé.
- difficultés pour trouver des pièces de rechange. Mais ce point devrait s'améliorer, A2pro aouvert un magasin en ligne ouvert aux particuliers.

 


Remarque globales : c'est un hélico de petite taille, qui plus est avec un fuselage maquette. L'équipement en électronique demande un peu de réflexion, même si globalement on peut utiliser du matériel assez courant. Par ailleurs le pilotage, même sans être délicat, n'est pas fait pour un pilote débutant. En particulier l'hélico part assez vite en translation, et même si il vole bien avec un peu de vent il faut alors jouer du pas pour tenir une altitude constante. Donc, pour faire du vol maquette et maitriser des translations lentes à altitude constante il faudra un peu d'entrainement. On peut voler sans problème particulier en extérieur, même quand il y a un peu de vent (faut quand même être raisonnable). L'atterrisage se passe bien, on le voit sur la vidéo. Toutefois il faut obligatoirement se poser sur une surface plane. L'atterrisage sur herbe, même bien tondue, est très risqué (vécu ...)


Donc, conclusion de la conclusion : modèle sympa que je peux recommander à tout pilote maitrisant le stationnaire et les translations. Quelques points perfectibles dans la construction mais rien d'insurmontable. Seul points vraiment noir à prendre en compte : le problème de roulement anticouple (à surveiller), la fragilité de la couronne 140 dents.

 

A2pro Hugues

 

 

 

Repost 0
Published by hal - dans Helicos CP
commenter cet article
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 22:36

L'eco 8 Royal a été commercialisé par Ikarus en 2007. L'idée était sans doute de relancer un peu cet hélicoptère en mattant sur le marché une version plus moderne, par son look d'une part et par son nouveau chassis mieux  adapté aux accus lipos que celui de l'Eco 8. Essai qui n'a pas été transformé, le royal étant peu représenté sur les terrains 3 ans après son lancement.

J'ai été amené à réaliser le test de l'Eco 8 Royal pour le site Hell Eco. L'hélico nous avait été confié à Clint et moi-même par Ikarus France (filiale de Ikarus aujourd'hui disparue, nous la regrettons ainsi que sa synpatique équipe) pour que nous en réalisions l'essai.

Quoi de neuf par rapport à un Eco 8 ?

Globalement les différences sont assez peu nombreuses :
     - le chassis est très différent, composé de 2 coques aux formes assez arrondies. En particulier l'accu se situe sur le plancher alors que sur le "8" il était en dessous. On peut sans problème utiliser des 4S lipo ce qui était pau pratique sur le "8". Par ailleurs le servo atc est maintenant à l'attière du chassis et le support sur poutre n'est plus nécessaire.
     - la partie supérieure de la tête est différente : nouvelle pièce centrale, nouveaux pieds de pales, nouvelle balancelle et barre de bell beaucoup plus libre que celle du "8". Conséquence l'axe porte pales est différent de celui du "8"
     - il y a deux roulements par porte pale atc
     - Les servos sont à 120°. Le plateau cyclique est donc différent de celui du "8" qui est à 90°. C'est le plateau du Viper qui a été repris.
     - le train d'atterrissage est nouveau.  Les arceaux sont spacifiques, les patins en plastique sont ceux de l'Eco 7. 
     - la commande de l'atc est prévue avec une barre métallqiue de 2mm

Notons qu'il n'y a toujours pas de roule libre dans le kit.

Coté équipement il faut des servos plus gros que sur le "8", en raison de la taille des logements de servos. J'ai choisi des HS225 qui rentrent parfaitement. Je déconseille des accus NiXX 8 éléments compte tenu du poids largement supérieur par rapport à un "8"; il faudra utiliser des packs 10 éléments NImH ou des lipos (3S ou 4S, certains utilisant du 6S mais en abaissant la capacité). J'ai équipé mon Royal en 4S lipo (hextronik d'abord mais ces packs achetés chez Hobby King ont vite gonflé et perdu de leur performance, puis Hyperion CX 4S 4250 mA). Le reste de l'équipement (moteur, controleur) peut être le même.

Les essais :
royal serie 2 016
Je passe sur le montage, il est identique à celui du "8" et ne pose pas de problème.

Dès les premiers vols nous avons eu de gros problème de tracking, qui s'est avéré impossible à régler avec des pales bois. J'ai pas mal échangé sur RCgroups et sur le forum Ikarus Allemagne, beaucoup de pilotes avaient les mêmes problèmes. La solution a consisté à modifier le montage des pieds de pales, en faisant passer la commande du bord de fuite au bord d'attaque. Cela imposant d'avoir un plateau cyclique qui descend quand le pas des pales augmente, pas évident à programmer sur la radio. Ikarus a d'ailleurs peu de temps après publié une notice complémentaire décrivant la modification. Ceci dit, même ainsi le tracking restait délicat à régler en pales bois, la solution étant de voler en pales carbonne ce qui résout le problème.

Fin 2007 Ikarus a décidé de procéder à un échange standard de la pièce centrale, du guide de barre de bell et des palonniers de commande des pales. les deux premières pièces, en plastique d'origine, ont été remplacées par des pièces alu. Il suffisait de renvoyer les pièces d'origine et Ikarus fournissait les nouvelles pièces. Celles-ci ont d'ailleurs été incluses dans les kits produits à partir de fin 2007 - début 2008. Celon Ikarus ces pièces étaient destinées à du vol "sportif". Sachant que le domaine de vol du Royal est globalement le même que celui du "8" et que Ikarus conseille de ne pas dépasser des vitesses rotor de l'ordre de 1500 tours/mn, le vol sportif en question se limite à de la voltige douce.

Sur mon Eco 8 Royal le remplacement de ces pièces n'a pas résolu totalement le problème. Pas plus que le remplacement du plateau cyclique d'origine par un plateau alu, le plateau d'origine ne tournant pas vraiment rond (constaté par d'autres pilotes). J'ai donc continué à voler en pales carbonne. Ntons que Clint, qui avait de son coté acheté un Royal, oteint un tracking correct en pales bois (après inversion des pieds de pales et montage des pièces alu fournies en échange standard). Il y a donc des paramètres que nous ne maitrisons pas.

Le Royal est nettement plus stable que le 8, il tient meix dans le vent et il se comporte nettement mieux que le "8" en translation rapide, glissant sur un rail alors que le "8" es difficile à garder sur une trajectoire parfaite et "pompe" un peu. Il y a donc un "+" en qualité de vol, mais je l'ai déjà écrit plus haut le domaine de vol reste le même.

Une seule modification m'a semblé nécessaire, c'est la réalisation de patins alu situés plus en arrière que les patins d'origine. Avec les patins d'origine l'hélico a tendance à s'assoir sur l'anticouple, et comme celui-ci est assez proche du sol à l'atterrissage comme au décollage il faut être très prudent. D'autant plus que les pales dépassent de la dérive. Raison pour laquelle d'ailleurs j'ai également monté des pales de "8" qui elles ne dépassent pas.

Finalement, mon avis sur cet hélico :

Le "8" était un hélico sans soucis. On pouvait voler avec sansJ'ai fais plusieurs essais de modifications pour résoudre les problèmes de tracking du Royal m'ont pourri la vie durant plusieurs mois et encore aujourd'hui je n'apprécie pas de voler en pales carbonne en raison de leur prix). Je pense essayer une dernière modification, si celle-ci n'est pas efficace il se peut que je démonte mon Royal pour récupérer l'équipement et utiliser les pièces communes sur le "8" qui continue à me donner satisfaction.

Le prix du Royal a énormément baissé, il est aujourd'hui (début 2010) à environ 120 euros (plus de 200 au début). Il faut ajouter à cela le prix de la roue libre. Le prix est donc devenu plus compétitif, mais le cout des pièces de rechange reste élevé et celle-ci sont difficiles à trouver (comme pour le "8"). Il ne faut pas se faire d'illusion, cet hélico n'a pas apporté le renouveau qu'Ikarus espérait, ce qui est finalement normal  les modifications n'étant que "cosmétiques".

Vous l'avez compris je pense, pour toutes ces raisons je ne conseille pas son achat. A la limite un Eco8 classique aportera autant de satisfaction et surement moins de soucis de réglage.


Pour plus de détails un article complet a été publié sur Hell Eco avec description complète de toutes les étapes du montage, des améliorations et des tests en vol.
Repost 0
Published by hal - dans Helicos CP
commenter cet article
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 23:30
Les hélicoptères radiocommandés m'ont toujours fait réver. Ce sera mon cadeau d'anniversaire pour mes 45 ans. Nous sommes en 2004, avant la déferlante des Trex et autres. Les hélicoptères radiocommandés électriques sont encore assez peu répendu. Je discute avec des copains, j''achète des revues, en particulier le Fly Hors série spécial hélicoptère, et je choisis finalement l'Eco8.
DOCUMENT 5 014
Mon Eco8 a connu pas mal d'aventures, et je ne compte plus ses vols. Il y a eu des crashes, des modifications techniques, mais il a longtemps volé dans sa configuration d'origine :

- Moteur Brushless mega 22/20/3
- controleur hacker jeti master 40
- mini gyro Ikarus (sans maintien de cap)
- pales bois
- accu NimH 8 éléments

Ainsi équipé, cet hélico est parfait pour du vol tranquile, du stationnaire de précision, des translations tout en douceur. Ci contre une photo de mon Eco 8 prise à Doudan lors de la 2ème rencontre Hell eco. A l'époque j'avais encore la croix.

Ce n'est pas le genre d'hélico qu'il faut acheter si on veut passer de la 3D, il n'est pas fait pour celà. Tout au plus pourra t'on faire de la voltige "classique" : renversement, looping et tonneau. Ceux qui ont essayé d'upgrader leur Eco8 pour en faire plus ont dépensé pas mal d'argent, eu un certain nombre de problèmes (je me souviens d'un pilote dont l'Eco8 s'est cassé en 2 en vol) et finalement sont passé à autre chose.

Aujourd'hui cet hélico reste une bonne affaire coté prix. par contre le gros problème c'est le cout des pièces qui est prohibitif. Si un certain nombre d'éléments peuvent être "bricolés" ou achetés ailleurs que dans des boutiques de modélisme, il en restent certains qu'il faut impréativement acheter chez des revendeurs spécialisés. Et là, autre problème, alors que on trouvait des pièces sur Ebay ou plein de revendeurs US à très bon prix il y a quelques années aujourd'hui (en 2010) ils ne sont plus que quelques un à vendre des pièces Eco8. Et généralement au prix fort.

Bonne nouvelle quand même, le prix des pièces tuning a fortement baissé.

Ou le trouver : site Ikarus allemagne (en 2010).

Equipement :

il existe une version permettant d'utiliser une radiocommande sans mixage. les mixages sont mécaniques. En 1990 c'était intéressant, actuellement je la décommande fortement compte tenu du prix très abordable des émeteurs avec programmation hélico. Par ailleurs il faut avouer que sur la version mixage mécannique les commandes sont plus dures et on plus de jeu que dans le cas de commandes directes.

- Radiocommande : disposant d'un programme hélico pas collectif avec plateau à 90°

- servos : des HS81 ou équivalent sont parfaits

- gyro : je vole avec un gyro sans maintient de cap sur ce modèle, beaucoup de pilotes utilisent un GY401 (j'en ai un sur le royal) c'est limite luxueux, on trouve actuelelment d'excellent gyros heading lock moins cher qui conviennent parfaitement. pas la peine d'acheter un servo spécial à l'anti couple le HS81 est correct.

- accus : l'Eco8 vole correctement avec 8 éléments NiXX (on peut aller jusqu'à 10 éléments, au dessus ça ne sert à rien). Je déconseille les NicD qui ont fait le bonheur de beaucoup de pilotes dans le passé, d'une part on n'en trouve plus et d'autre part la durée de vol est trop limitée (capacité maci 2400 mA). En NimH on pourra utiliser des 3700 mA, sachant que ces accus sont un peu fragiles à l'utilisation (plus que les NicD) et commencent également à être rares et chers (par rapport aux Lipos).

A l'heure actuelle c'est le lipo qui a le vent en poupe. Des 3S se montent parfaitement sur l'Eco8 en lieu et place des NiXX. Il faut toutefois les avancer au maximum pour que l'équilibrage soit correct. Des 4200 mA sont parfaits, sachant que l'Eco8 consomme moins de 20 ampères en continu pas la peine de prendre des 35C des 20C ou 25C sont parfaits.

- moteur : pas mal de choix possibles. Pour être tranquille je conseille un moteur de 160 grammes environ avec un Kv de l'ordre de 1400 tours/mn/volts à 1600 tours/mn/volts. On peut mettre des moteurs plus petit, certains sont descendus en dessous de 100 grammes avec des configurations hyper légères (pack lipo 2200 mA par exemple) et des vitesses de rotation rotor faibles (dans les 1300 tours/mn). Mais ça donne une machine un peu légère et manquant de vivacité et résistance dans le vent, donc je ne le conseille pas.

Transformations et améliorations (détaillées sur le site hell eco dans la rubrique trucs et astuces) :

En fait peu de transformations sont nécessaires. Celles que j'ai appliqué sur mon eco 8 :

- perçage d'un trou dans la bulle, au dessus du moteur, quasi indispensable pour le refroidissement
- mettre une roue libre, ce n'est pas de série sur cet hélico. Après avoir eu des déboires avec la roue libre sur support plastique (la roue se désolidarise du support au bout d'un certain temps) je conseille le support métallique
- mettre un support de servo atc monté sur la poutre arrière (pièce tuning)
- réaliser une commande atc avec une tige de carbone
- renforcer le train pour que les patins ne s'écartent pas sur des atterrissages un peu durs, au moyen de fil nylon tendu entre les arceaux
- mettre deux roulement sur chacun des portes pales anticouple (au lieu d'un seul)
- mettre un couple de renforcement derrière le moteur pour rigidifier le chassis (à faire en bois ou résine, ou acheter tour fait)
- monter des rondelles qui empêchent le support de balancelle de quitter son logement (pas indispensable mais avec le temps on constate que parfois le support se déboite et ça fait mal ...).
- utiliser un axe porte pale "durçi". Pas indispensable mais ça apporte un "plus" sachant qu'en cas de gros crah il se tordra quand même.

ce qui ne sert pas à grand chose compte tenu du caractère de l'engin : la tête alu, le plateau alu, le montage de servos à 120 degrés, le stabilisateur horizontal, la dérive carbone, la poutre carbone, les axes anticouple "durcis" (se tord de toute manière au moibre choc). Mais si on veut se faire plaisir pourquoi pas.

Astuces pour réparer après un crash :

- axe principal : il se tord assez facilement, pas de solution hormis acheter les pièces d'origine
- axe porte pales --> Ikatus
- courroir atc --> ikarus
- axe secondaire atc (sur atc) : c'est du 3mm on peut s'en bricoler avec des axes de lecteur CD.
- axe primaire atc : idem axe secondaire. mais ne se tord jamais
- tube de queue : on trouve du tube alu par exemple che weber à paris, mais ça doit se trouver dans certaines grandes surfaces. On peut aussi refaire un tube de queue à partir de 2 tubes tordus
- arceaux de train : on peut recoller, en mettant une petite atelle en bois ou palstique ou autre collée à l'araldite. Les arceaux cassent toujours au même endroit, à la liaison avec le chassis.
- patins de train : tube alu en surface de bricollage
- roulements : 1001 roulements en France ou boca bearings aux USA
- pales rotor --> Ikarus pour les pales bois et certaine fibre, MS composit pour la fibre, et quelques autres. Perçage de 3mm épaisseur 9 mm diamètre 470.

Le reste : ça ne casse pratiquement jamais même sur des gros crashes.


Voila. J'espère que cela pourra être utile à certains. Et pour plus de détails et d'informations rendez-vous sur le site Hell Eco c'est une mine d'informations.



Repost 0
Published by hal - dans Helicos CP
commenter cet article