Une fois le capot terminé et la mauvaise saison arrivant je me suis lancé dans la maquettisation du fuselage. Première étape parce que la plus complexe, remplacer la roulette de queue d'origine par une roulette rétractable. Je vais décrire l'ensemble des étapes, mais tout d'abord une image du résultat :

Corsair Top Flite - roulette rétractable

Première étape recherche sur le oueb, et là je tombe sur un super article sur Rcuniverse concernant une roue arrière rétractable de Corsair au 1/8ème : http://www.rcuniverse.com/forum/rc-w...eel-build.html

Il y a tous les conseils nécessaires, les plans etc … La réalisation est faite en circuit imprimé, les différents morceaux sont soudés entre eux, avec quelques éléments tournés que l'on peut aussi bricoler à partir de tubes de laiton ou d'alu.Le principe de fonctionnement est sensiblement le même que sur les modèles du commerce.

Sur Thingiverse il y a aussi un mécanisme, basé sur exactement les mêmes plans, ici : 
https://www.thingiverse.com/thing:2817905 . J'ai réalisé l'impression 3D bien que doutant de la solidité de l'ensemble, ça fonctionne mais il faudrait à mon avis reprendre la conception pour avoir quelque chose de suffisamment robuste.

Corsair Top Flite - roulette rétractable

Et puis en fouillant un peu j'ai trouvé que le Corsair FMS en 1m70 a une roulette de queue rétractable. Je l'ai commandée pour une vingtaine d'euros.  Le principe est complètement différent et plus proche de ce qu'on trouve habituellement sur les trains avant électrique : la commande fait se déplacer une pièce dont le mouvement de translation va se transformer en mouvement de rotation du train par l'intermédiaire d'un trunion. 

Corsair Top Flite - roulette rétractable
Corsair Top Flite - roulette rétractable
Corsair Top Flite - roulette rétractable

Il a fallu réaliser tout d'abord les deux pièces guide qui servent aussi de support au train arrière et sont fixées dans le fuselage. Pour cela recours, par paresse, à la découpe laser après quelques tâtonnements pour que tout fonctionne correctement (en particulier position de la glissière par rapport à l'axe de rotation du train).

Corsair Top Flite - roulette rétractable

Ensuite, il faut faire du vide dans la zone ou va se rétracter le train, parce que les commandes d'origine (celle de profondeur qui passe au milieu du fuselage, et celle de direction - voir sur la photo) ne sont pas vraiment au bon endroit ...

La commande de profondeur passe maintenant le long du fuselage, la corde à piano qui servait à faire pivoter la dérive a elle été raccourcie et le couple qui la supportait a été en grande partie supprimé. La commande passe elle aussi sur le coté du fuselage.

Corsair Top Flite - roulette rétractable

tout cela est bien joli mais un Corsair sans crosse d'appontage n'est pas un vrai Corsair. Donc, mise en place qu'une crosse composée d'un support fixé sur le train (avec le guignol de commande), d'une tige et du crochet d'appontage réalisés tous trois en impression 3D. Les deux derniers éléments sont à l'échelle, le support reprend le principe du réel mais n'est pas du tout maquette.

 

La rétractation est commandée par une tige équipée de deux chapes à boule à chaque extrémité. cette tige est actionnée par un levier qui pivote autour de l'axe de rotation du train arrière. Un des points délicats c'est que quand le train se rétracte il faut que la crosse pivote, et que le crochet soit dans la même position train rentré et train sorti (enfin presque, parce que quand le train et rentré le crochet est obligatoirement un peu plus en avant que lorsque le train est sorti). Il a fallu un peu tâtonner au niveau du palonnier du support de crosse pour parvenir à régler tout cela mécaniquement sans avoir besoin de faire des mixages sur la radio.

Corsair Top Flite - roulette rétractable
Corsair Top Flite - roulette rétractable
Corsair Top Flite - roulette rétractable

C'est la création du crochet qui m'a posé le plus de travail. Je disposais des plans de la pièce, mais la pièce est complexe et il a fallu que je crée une vingtaine de couples pour cette pièce qui fait 3 cm de long. Elle n'est d'ailleurs pas entièrement maquette, je la reprendrai peut être un de ces jours mais on est très près quand même du crochet réel dans les formes.

Corsair Top Flite - roulette rétractable
Corsair Top Flite - roulette rétractable
Corsair Top Flite - roulette rétractable

Derniers détails, d'une part la roulette doit être orientable (nota : on pourrait peut être s'en passer, sur le Spitfire balsacraft j'avais une roulette "libre mais pas trop" ce qui ne posait pas de problème ni lors des décollages ni des roulages au sol, la dérive permettant de diriger l'avion).. Sur le train FMS l'orientation de la roulette est commandée par un servo fixé sur le train. Solution élégante et simple mais les 20 grammes du servo tout à l'arrière du fuselage ne vont pas dans le bon sens en ce qui concerne le centrage et donc j'ai choisi d'installer une commande par câbles. Conséquence, lorsque le train se rétracte la roue peut pivoter, ce qu'il faut absolument éviter en plaçant un système de rappel au centre. Après avoir testé une solution à base de ressort j'ai finalement réalisé une pièce en impression 3D qui fait parfaitement le boulot.

Corsair Top Flite - roulette rétractable

Bien entendu il y a eu aussi un assez gros travail pour l'implantation des servos, il y en a maintenant deux de plus dans le fuselage (rétraction train et mouvement de la crosse). Sachant que comme par ailleurs j'ai modifié le parcours des commandes existantes (dérives et profondeur) il a fallu repenser le trajet de l'ensemble des gaines de commandes.

Reste à mettre en place les trappes, un peu de travail de construction et d'ajustement est à prévoir mais je ne pense pas que ce sera très compliqué.

 

Pour terminer, quelques informations sur le "vrai" Corsair :

 

- la roulette n'est pas orientable par le pilote. Il y a deux positions, libre et bloquée. Bloquée pour tenir la ligne droite, utilisée au décollage ou à l'atterrissage sur un terrain. Libre lors d'un atterrissage sur porte avion ou pour toutes les manœuvres au sol bien entendu pour que l'avion puisse tourner, le pilote commandant la rotation au moyen des freins. Comme il n'y a pas de freins sur ce modèle réduit, il faut bien mettre un système de la commande de la roulette pour diriger l'avion au sol.

- Le train avant sort d'abord, puis ensuite la pression hydraulique est dirigée vers le train arrière qui sort à son tour. De même lors de la rétractation, le train principal se rétracte en premier puis c'est la roue arrière qui se rétracte.

- Une fois la crosse abaissée en position atterrissage, le pilote ne peut pas la faire remonter, sauf en rentrant le train arrière ce qui a pour effet de mettre la crosse à l'horizontal. Après un atterrissage sur un porte avion, ce sont les hommes au sol qui remontaient manuellement la crosse à la main, dans une position d'ailleurs un peu plus basse que la position obtenue à la sortie du train. A reproduire sur le modèle réduit, et donc le mode opératoire sera : sortie du train, sortie de la crosse d'appontage, rétractation du train (avec mixage sur le servo commandant la crosse). Surtout ne pas faire remonter la crosse après l'avoir sortie !

 

Et en bonus la vidéo du système en fonctionnement :

Retour à l'accueil