Le test de la V2 avec son système de rétraction modifié a été réalisé et s'est soldé par un nouveau problème. Premier vol, atterrissage plutôt correct mais je braque pour faire revenir l'avion vers moi et il ne tourne pas. Je vais le chercher et ... la roulette est cassée. Ce n'est pas la tige en plastique qui s'est cassée, mais l'axe de la roulette à un endroit différent de la fois précédente :

CORSAIR TOP FLITE - ROULETTE DE QUEUE VERSION 2.1 - AJOUT D'UN AMORTISSEUR

Ca c'était pas prévu. La roulette précédente a quand même résisté a 30 vols avec des atterrissages parfois rudes et là du premier coup ça casse sur un atterrissage plutôt gentil. Hypothèse : le montage précédent était en porte à faux, ça créait un amortissement. Maintenant le montage est rigide, plus d'amortissement, l'axe casse.

Donc il va falloir réparer l'axe, pas de problème je vais percer les 2 bouts d'axe et insérer un bout de tube laiton collé à l'araldite.

Reste le problème de l'amortissement, et là pas de solution autre que de remplacer le faux amortisseur en plastique par un vrai amortisseur fonctionnel. De toute manière cela me tentait, maintenant je suis obligé de la faire.

Ci dessous le "faux amortisseur" que je vais remplacer (entouré en rouge)

CORSAIR TOP FLITE - ROULETTE DE QUEUE VERSION 2.1 - AJOUT D'UN AMORTISSEUR

Dans un des docs que j'avais trouvé sur les trains arrière maquette il y en a un qui décrit comment faire. Le seul détail c'est que l'histoire commence par le choix dans la boite à ressorts d'un ressort ni trop mou ni trop raide et ... j'ai pas de boite à ressorts ... J'ai essayé de faire un ressort en corde à piano fine enroulée autour d'une tige de 3 mm .. pas simple .. Donc direction Leroy Merlin, et là il y a quelques ressorts dont un qui me semble devoir faire l'affaire : un sachet de ressorts marqué 4kg, de 60 mm de long, diamètre extérieur de 6mm et diamètre du fil 0,8mm. Ca nous donne un diamètre intérieur de 4,4 mm. L'encombrement semble correct, il faudra couper en 2 le ressort mais ce n'est pas un problème, reste la question de la raideur qui, en appuyant sur les deux extrémités du ressort me semble satisfaisante (ni trop mou ni trop dur ...).

Par ailleurs j'ai trouvé dans mon fourbi des tubes laitons de diamètre extérieur allant de 3 à 7 cm et d'une épaisseur de 0,5 mm , ce qui veut dire qu'on peut les emboiter les uns dans les autres.

Un croquis rapide, je sort la Dremel, les limes, le chalumeau, le fer à souder et l'Araldite, et au boulot.

Première étape ça donne cela (désolé pour le manque de netteté des photos) :

CORSAIR TOP FLITE - ROULETTE DE QUEUE VERSION 2.1 - AJOUT D'UN AMORTISSEUR

En gris la pièce plastique d'origine.

Le principe : un tube de 4mm extérieur (à gauche) sur lequel s'enfile le ressort coulisse sur une tige de 3 mm (à droite, on la voit qui dépasse), autour de laquelle il y a un tube de 6mm intérieur. Le ressort est comprimé quand le tube de 4mm se déplace (un petit bout de tube de 4 mm intérieur et 5mm extérieur est collé sur le tube de 4mm extérieur et il pousse sur l'extrémité du ressort). Le tube de 6mm est là pour protéger le ressort d'une part, et faire en sorte que les deux sous ensembles ne se désolidarisent pas (la rondelle que l'on voit enfilée sur le tube de 4mm va être collé à l'extrémité du tube de 6mm). Aux deux extrémités des œillets par lequel les deux extrémités de l'amortisseur sont fixées sur le train.

  • Les œillets sont composés d'un ensemble de tubes de 3/4/5/6 mm de diamètre intérieur enfilés les uns sur les autres
  • Le tube de 4mm extérieur et la tige de 3 mm sont brasés à l'argent sur les œillets. Les œillets ont été percés au diamètre du tube avant brasage, cela permet d'avoir un assemblage "béton"
  • Le tube de 6mm de diamètre intérieur a eu un diamètre intérieur agrandi à environ 6,5 mm (à la lime), sinon le ressort coinçait. Il est soudé à l'étain (au fer à soudé) sur l'œillet, je ne voulais pas risquer de le faire fondre en brasant à l'argent. De plus il n'y a que très peu d'effort exercé au point de liaison, donc l'étain suffira bien.
  • le petit bout de tube 4mm intérieur (qui pousse le ressort) est collé sur le tube de 4 mm extérieur à l'Araldite, si j'avais brasé ou soudé j'avais peur d'avoir du débordement de brasure ou d'étain qui auraient été délicats à enlever.
  • et la rondelle est également collée à l'Araldite sur le tube de 6mm intérieur (ça suffira bien).
  • le ressort a été coupé à une longueur de 25 mm environ.
  • Les ajustements des longueurs des différentes pièces ont été définis par essais successif, le cahier de charges étant que la longueur totale de l'ensemble soit celle du faux amortisseur, et que le ressort s'écrase de 1 cm environ pour une force appliquée de 2kg5 (le poids sur la roulette au repos est de 800 grammes).
  • L'un des soucis était d'alourdir le moins possible l'arrière de l'avion, pour ne pas faire reculer le centre de gravité. La pièce terminée pèse une dizaine de grammes, le faux amortisseur pesait 2 grammes et j'ai supprimé environ 2 grammes de plastique de la roulette qui ne servait à rien (utile uniquement pour le système de rétraction FMS que je n'utilise plus). On aura donc un surpoids de 5 grammes environ,l'impact sur le CG est de l'ordre de l'erreur de mesure.

Les pièces mises en place avant fermeture de l'amortisseur et après collage de la rondelle et fermeture de l'amortisseur : 

CORSAIR TOP FLITE - ROULETTE DE QUEUE VERSION 2.1 - AJOUT D'UN AMORTISSEUR
CORSAIR TOP FLITE - ROULETTE DE QUEUE VERSION 2.1 - AJOUT D'UN AMORTISSEUR

Puis l'amortisseur monté sur le train, après peinture. Il a fallu modifier quelques une des pièces imprimées en 3D pour que rien ne bloque lors de la compression de l'amortisseur.

CORSAIR TOP FLITE - ROULETTE DE QUEUE VERSION 2.1 - AJOUT D'UN AMORTISSEUR

Et enfin zoom sur l'amortisseur relâché et comprimé. Elle est cachée sur la photo, mais la petite patte sur laquelle s'accroche la crosse d'appontage a été ajoutée, réalisée en plaque de résine collée à l'Araldite.

CORSAIR TOP FLITE - ROULETTE DE QUEUE VERSION 2.1 - AJOUT D'UN AMORTISSEUR
CORSAIR TOP FLITE - ROULETTE DE QUEUE VERSION 2.1 - AJOUT D'UN AMORTISSEUR

Le test a été réalisé par un jour assez idéal, vent faible est dans l'axe de la pise. 4 décollages ont été réalisés. (durant le décollage la roulette reste très peu de temps au sol), et trois atterrissages plutôt doux, mais où la roulette est sollicité d'une part lorsqu'elle rentre en contact avec le sol et d'autre part pendant le roulage qui suit l'atterrissage, puis pendant le roulage pour sortir de piste. Sachant que la piste en herbe est rendue très dure par la sécheresse et que l'avion tressaute fortement au roulage ce qui sollicite l'amortisseur. La roulette n'a pas été sollicité sur le dernier atterrissage qui était ... moins doux ...

Bilan : aucun problème détecté en ce qui concerne la tenue mécanique de la roue et de l'amortisseur. Et aucun impact du très léger surpoids sur le comportement en vol de l'avion. Donc bilan positif pour ce petit bricolage finalement beaucoup plus simple que je ne croyais.

 

Pour compléter, un dessin extrait du manuel de pièces détaché du Corsair ou on voit l'amortisseur (pièce 1) et une photo prise sur un corsair. Mon montage ressemble bien au réel.... 

CORSAIR TOP FLITE - ROULETTE DE QUEUE VERSION 2.1 - AJOUT D'UN AMORTISSEUR
CORSAIR TOP FLITE - ROULETTE DE QUEUE VERSION 2.1 - AJOUT D'UN AMORTISSEUR
Retour à l'accueil