Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 09:34

Après 5 années de bons et loyaux service le Monsun a fait hier ce qui je pense était son dernier vol.

Le temps était magnifique en ce 1er novembre, direction le terrain avec le Monsun pour ce qui seraient surement les derniers vols de la saison. Vent légèrement de travers, pas  très fort au sol, mais soleil pratiquement de face et assez bas. Premier vol, je trouve que l'avion est un peu secoué, il bougeotte sur son axe de vol, il doit y avoir des petites pertubations et l'air (ça a toujours été une caractéristique de cet avion quand il y a un peu de vent). Le soleil ne facilite pas le vol, ça force à passer à environ 5 mètres quand on passe en face de soi. Deuxième vol, pareil. Troisième vol, il y a des pilotes qui se sont mis devant moi hors de la zone de pilotage, je leur demande de revenir en arrière. A ce moment le Monsun est devant moi, à une centaine de mètres, bas pour ne pas être dans le soleil. Tout à coup une aile se soulève, le droite je pense. Je corrige mais pas assez vite et en plus je ne suis pas certain que je corrige dans le bon sens. Et crash ... d'après les personnes présentes diront qu'ils l'on vu s'écraser sur le dos, c'est possible ... bon, vol dans des conditions un peu délicates, déconcentration et erreur de pilotage, c'est totalement ma faute.

 

L'avion est tombé dans un fossé au fond duquel croupit un peu d'eau. Le Spitfire s'était une fois posé dans le même fossé. Pourtant le fossé en question fait 2 mètres de large, on voudrait le faire exprès on n'y arriverait pas. Les ailes sont entières, le fuselage pas trop abimé mais cassé en deux derrière le cockpit. Je descend dans le fossé, pied dans l'eau et la vase, je récupère les restes de l'appareil.

 

Retour au tarmac, évaluation des dégats : ailes ça va à peu près, clé d'aile en "s" pas grave, fuselage cassé en deux assez proprement, axe moteur tordu, et surtout verrière et capot explosés. Oups le pilote a quitté l'avion et doit être resté dans le fossé.

 

Monsun ... cette fois ci c'est bien fini ....

C'est surement réparable ... Le problème c'est que, ainsi que je l'avais déjà noté l'an dernier, ni la verrière ni le cocjkpit ne sont plus disponibles. D'ailleurs même le Monsun électrique lui-même n'est plus disponibles, ça va vite, c'était une nouveauté 2008 .. Réparer l'avion pour en faire une caisse à savon ça ne me plait pas trop. En plus à force de réparations cet avion avait fini par ne plus voler droit, à un moment donné il faut savoir arrêter ... En fait je ne suis pas trop triste, peut être qu'il est temps de passer à autre chose.

 

Ceci étant, comme j'ai quand même besoin d'un trainer à tout faire, je vais quand même réutiliser les ailes et refaire un fuselage pour aller avec. En fouillant dans mes plans je suis tombé sur celui d'un voltigeur de 1m60 dans un modèle magazine de 2002, ça fera une très bonne base.

 

Dernière chose, le pilote ... j'ai finalement été le récupérer dans le fossé, je n'allais pas laisser tomber Miss Kitty ....

Monsun ... cette fois ci c'est bien fini ....
Repost 0
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 21:37

superbe temps ce samedi 8 mars, direction le terrain du club vers 10 heure, avec le Monsun dans le coffre. Les packs ont été chargés la veille, je prends ma batterie annexe 12 volts pour recharger sur le terrain.

Je ne sais plus si je l'ai écrit par ailleurs mais depuis début 2012 j'utilise 2 packs Hypérion G3 4S 5000 mA sur cet avion, en rechargeant les packs sur le terrain. Mon chargeur permet de recharger à 10 ampères, donc un pack se recharge en 25 minutes environ.

Chance, je n'ai rien oublié. Montage de l'avion, j'attends que les pilotes qui m'ont précédé se posent et je vais sur la piste. Pour un premier vol de la saison j'ai l'habitude de faire un test de portée pour vérifier que tout va bien. Je m'éloigne d'environ 80 mètres, antenne rentrée, avion posé au sol et je vérifie que tout est ok. c'est bien le cas. Avant le vol (mais ça c'est systématique) je vérifie que les commandes débattent correctement.

Mise de gaz, vol, ... doigts un peu rouillés mais ça revient petit à petit. Je vais enchaîner 4 vols, reprendre mes marques avec quelques loopings, immelman et tonneaux, et atterrissages qui se passent sans problème. Sachant que avant (et là encore c'est systématique pour mes vols de reprise) j'ai fait quelques passages bas avec simulation d'atterrissage pour vérifier que j'avais bien mes repères.

Pendant que j'y étais j'ai mis le logger dans l'avion sur les deux derniers vols pour vérifier que mes packs étaient ok. Ils ont 2 ans et une centaine de vols à leur actif et ...pas de problème. J'ai fait quelques passages gaz à fond pour voir si la tension chutait, il y a les loopings aussi et des renversements dans le dernier vol (on les voit bien sur les graphes l'intensité tombe à 0 pendant la descente). Intensité en pic dans les 40 ampères, tension jamais plus basse que 14,68 volts dans le premier vol et 14,44 dans le second. Résistance interne de l'ordre de 20 milliohms (perte de 0,4 volts lors d'une augmentation de l'intensité de 20 ampères).

C'est reparti pour une saison !!!

reprise des vols sur le Monsun, check de fin d'hivernage
reprise des vols sur le Monsun, check de fin d'hivernage
Repost 0
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 22:37

Cette année 2013 n'aura pas été un bon cru en ce qui concerne les vols. Début d'année avec un temps exécrable, et par malchance quand les conditions étaient volables j'étais pris par ailleurs. Quelques vols avec le Flamingo en début de saison et premiers vols du Monsun au début du mois d'aout. Avec pour ce premier vol un atterrissage à coté de la piste dans l'herbe qui s'est traduit par une hélice cassée ce qui fait ... qu'il n'y a pas eu de second vol ce jour la (pas d'hélice 11x5.5 dans ma caisse de terrain).

Quelques jours plus tard deuxième séance de vols, avec 6 bons vols et les réflexes qui reviennent.

Puis troisième seance. Le premier vol se déroule bien mais le vent souffle de travers, et je décide de décoller de la deuxième piste, mieux orientée mais dont j'ai peu l'habitude. Mise de gaz, l'avion roule, zigzague un peu, se dirige vers le bord de piste en herbe et là au lieu de couper les gaz je tire sur le manche pour décoler en force. C'est mal !!! et la punition est quasi immédiate : l'avion décole mais il heurte les hautes herbes, est déstabilisé et le vol se termine par une magnifique roue avec contact successif de l'aile, du stabilisateur horizontal et du moteur avec le sol (belle figure de gymnastique je l'avoue).

Résultat, que l'on peut voir sur les photos : le bord d'attaque du stabilisateur est cassé, l'aile n'a presque rien (entoilage fendu au saumon, une des pattes servant à la fixer au fuselage cassée, clé tordue), la verrière est fendue, le pilote s'est décollé de son siège, le capot moteur a quelques très légères fissures et le moteur est HS : l'axe a du  se tordre (mais en restant dans le domaine élastique) et la cage est venue déformer la partie fixe, qui par ailleurs présente des fissures dans la zone du roulement. Je découvrirai par la suite que le flasque du cone est également déformé.

Il y a des périodes noires - le Monsun fait la pirouetteIl y a des périodes noires - le Monsun fait la pirouette
Il y a des périodes noires - le Monsun fait la pirouetteIl y a des périodes noires - le Monsun fait la pirouette

En ce qui concerne le moteur, pas d'autre solution que de le changer. Sachant que celui ci doit avoir environ 200 vols, qu'il avait subit un choc lors du crash de 2011 et que le bruit qu'il faisait ressemblait plus à celui d'un moteur thermique qu'à un moteur électrique (roulements usés ? vibrations liées au choc précédent ?, ...) et que par ailleurs ces moteurs sont en "liquidation" chez Aircraft world pour 40 dollars ce n'est pas dramatique ...

Pour le cône je n'ai vu les dégâts qu'au remontage, donc pour l’instant le Monsun va s'en passer.

Le capot moteur : quelques bouts de fibre avec de la résine et c'est ok les dégâts étaient très peu importants, il restera une petite retouche de peinture à faire ça attendra

La verrière .... là c'est rageant elle vaut 4 euros en pièce de rechange mais n'est disponible nulle part. J'ai donc fait une réparation de fortune en recollant les deux partie avec de la stabilit express (pour moi une des seules colles qui fonctionne sur le plastique, et j'ai mis deux bande peu larges de fibre résinées à la stabilit à l'intérieur de la verrière pour renforcer le tout. C'est moche mais ça tient ... et je vais prendre contact avec Graupner pour savoir comment je peux me procurer une verrière.

Pour l'aile, désentoilage du saumon, contrôle que rien n'a été cassé, réentoilage. Au passage j'ai contrôlé qu'aucun servo n'avait eu de pignon détérioré durant le choc, et j'ai également vérifié que les ailes n'avaient pas souffert sous l'entoilage. Par ailleurs changement de clé (tube alu acheté en grande surface), quand à la patoche de fixation ça attenda, il y en a deux par aile et l'autre est ok.

Dernier point, je me suis aperçu que le couple pare feu n'était pas plan et par ailleurs la croix qui sert à fixer le moteur sur ce couple (montage de type "backmount") s'était enfoncé dans celui-ci. J'ai donc mis un renfort en contreplaqué pour retrouver la planéité, et mis deux couches de résine + fibre sur le couple.

Il y a des périodes noires - le Monsun fait la pirouetteIl y a des périodes noires - le Monsun fait la pirouette

Plus délicat, le stabilisateur. Première étape désentoiler pour évaluer les dégats. Là je m’aperçoit que seul le bord d'attaque a souffert mais en deux points : à l'endroit ou on voit apparaître la brisure, et aussi près du fuselage. Dans ce genre de cas la solution consiste à enlever la partie abîmée et la zone voisine, puis coller une baguette de bois coupée en biseau à ses deux extrémités (pour augmenter la surface de collage).

Près du fuselage cette technique ne marche pas, on ne peux pas pratiquer la découpe en biseau. Je sépare donc la partie cassée du reste et là je vois que la cassure n'est pas nette. Je peux donc tenter le coup de recoller les deux parties. J'ajoute ensuite un renfort en angle. Le collage se fait à l'araldite, et je me sert d'une planche maintenue contre le moignon de stabilisateur pour assurer la planéité de l'ensemble. Après coup je me dis que ça va être peut être un peu léger. Il faudra que je surveille que ça tient, et peut être que cet hiver j'insérerai une tige de carbone qui fera en quelque sorte office de clé d'aile.

Pour la cassure située en milieu du demi stabilisateur c'est plus simple. Une chute de balsa de 6 mm d'épaisseur, Quelques coups de cutter et poncette, et on colle (à l'araldite encore) en s'assurant que le stabilisateur est bien plan (tige alu le long du bord de fuite, baguettes bois dur au bord d'attaque serrées avec des serre joints et en intercalant du papier sulfurisé pour qu'elles ne collent pas sur le stabilisateur.

Remise en place de "nervures" en balsa 6x6, entoilage thermocollant, remise en place d'un filet de décoration et c'est tout bon.

Il y a des périodes noires - le Monsun fait la pirouetteIl y a des périodes noires - le Monsun fait la pirouette
Il y a des périodes noires - le Monsun fait la pirouetteIl y a des périodes noires - le Monsun fait la pirouetteIl y a des périodes noires - le Monsun fait la pirouette

Tout ça m'aura pris une semaine en travaillant très tranquillement, en fait il n'y en a que pour deux de travail environ mais comme de toute manière il fallait que j'attende le moteur pas la peine de se presser (et puis il y a le temps de séchage de la colle).

Les premiers vols après réparation ont eu lieu jeudi dernier. L'ami Olivier m'avait invité à voler avec lui après le travail et malgré le vent nous avons pu faire trois vols ensemble, lui avec son vieux trainer électrique et moi avec le Monsun. Tout s'est avéré ok, vol très sain, pas de signe de vrillage ou de mauvaise mise en croix du stabilisateur. L'avion a été pas mal secoué par le vent et j'ai fait quelques prises de vitesse sur des descentes de renversement ou des loopings et le collage du stabilisateur tient. Et cerise sur le gâteau, le moteur fait maintenant un bruit tout à fait normal pour un modèle électrique.

Repost 0
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 21:06

Les mauvais jours s'attardant, j'en ai profité pour faire un peu de maintenance sur le Monsun.

Tout d'abord un peu d'hygiène au niveau des câbles de servos d'aileron. Auparavant il fallait connecter les rallonges venant des ailes sur un "hub" topmodel. Pas mal mais finalement pas très pratiques, et puis ça fait des fils qui traînent Ayant monté des raccords rapides sur la Flamingo j'ai décidé de faire pareil sur le Monsun. Coté fuselage le connecteur mâle Multiplex 6 broches a été collé à la Stabilit sur un support en balsa, lui même collé à l'intérieur du fuselage en face de l'orifice à travers lequel passaient auparavant la rallonge. pareil coté aile, le connecteur femelle a été également collé sur un support. par contre pour coller le support à l'intérieur de l'aile il a fallu que je pratique une petite ouverture dans le coffrage que j'ai ensuite refermé avec un petit morceau de planche de balsa. Un petit morceau d'entoilage là dessus et c'est propre.

Pendant que j'y étais j'ai également modifié la position de l'interrupteur. Il était pile poil au dessus de l'emplacement ou on visse une des 4 vis qui maintiennent les ailes en place. D’où risque de d’abîmer à terme les câbles alors du vissage. J'ai donc avancé l'interrupteur d'une dizaine de centimètre, plus de problème.

J'avais aussi eu des soucis avec la roue avant directrice lors des derniers vols de la saison 2012. La commande se pliai à l'atterrissage, voire se pliai au décollage et après il fallait se poser avec la roue avant à 45°. J'ai donc remplacé la commande d'origine, trop souple, par une commande en corde à piano de 1,5 de diamètre.

Et pour finir un petit coup d'éponge sur le fuselage et les ailes, et un petit coup de fer à repasser pour recoller ou retendre l'entoilage qui commence à un peu vieillir.

La prochaine grosse opération consistera surement à refaire les ailerons dont le bord de fuite prend une forme arquée qui ne me plait pas. Et puis peut être aussi un nouvel entoilage, d'une couleur différente. Il y a des Monsun blancs et bleus ...

Entretien de printemps sur le MonsunEntretien de printemps sur le MonsunEntretien de printemps sur le Monsun
Entretien de printemps sur le MonsunEntretien de printemps sur le MonsunEntretien de printemps sur le Monsun
Repost 0
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 13:24

Le temps n'avait pas été propice aux vols d'essais, et puis j'ai été pas mal occupé dernièrement. Ce n'est donc que ce dimanche matin 17 avril que le Monsun a fait son "deuxième premier vol" sur le terrain de l'AC des cigognes.

 

Packs chargés, vérification du matériel (s'agit pas d'oublier les vis qui servent à fixer les ailes), grand beau temps. Pas de raison d'être pariclièrement inquiet, mais je suis quand même reté sur un crash, et même si j'ai eu la chance de ne pas casser les ailes et la partie arrière du fuselage j'ai quand même une petite appréhension. Et puis ça fait plus de six mois que je n'ai pas piloté d'avion. Histoire de me dégourdir les doigts je fais un premier vol avec mon petit deux axes. C'est toujours meilleur de partir en confiance.

 

Monsun aligné sur la piste, vérification des débattements, mise de gaz et roulage. La roulette directrice est un peu vive, ce n'est pas réplable sur le terrain (il faudrait modifier la fixation au niveau du palonnier fixé sur la roue, donc refaire un trou dans la cloison pare feu), faudra faire avec. Vent de travers venant un peu de l'arrière mais je ne veux pas décoller dans l'autre sens pour éviter de me retrouver face au soleil.

 

Mise de gaz, décollage, réglage du trim des ailerons le reste estok. Piqué et cabreur moteur semblent ok. Le vol va se dérouler tranquilement en faisant des ronds dans le ciel. Au bout de 8 minutes la sonnerie du timer de la radio retentit. Dernier tour de piste, je sais que q'ai de la réserve en autonomie. Alignement sur la piste et atterrisage parfait. Pack déchargé uniquement à 50%, normal en vol tranquile l'autonomie est d'une quinzaine de minutes.

 

Deux autres vols vont suivre, tranquiles eux aussi. Je passe uniquement quelques loopings. Les atterrissages sont également une formalité. Il faut dire que vu les dégagements et la longueur de piste on ale temps de s'aligner. Le vent a forçi, sur le dernier vol ça cmmençait à secouer. Alors je suis raisonnable et j'en reste là. D'ici les prochains vols je réglerai les ailerons pour voler trim au centre, et puis il faut que je modifie la position de la commande de roue directrice pour rendre les décollages un peu moins scabreux. Ca ne sert à rien d'avoir beaucoup de débattement sur cette roue, elle sert juste à se remettre en ligne quand l'avion dévie de sa trajectoire au décollage. Une commande trop directe et c'est le risque de partir en zigzag à la première correction.

 

 

Repost 0
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 18:23

reconstruction monsun 23Les travaux ont un peu trainé. Mais comme par ailleurs le temps était pourri pas la peine de trop se presser. Et puis ils restait à faire des travaux de finition, ça prend toujour un peu de temps.

D'une part il a fallu redonner un aspect présentable au carénage de roue avant qui avait souffert. Le carénage en question étant en fibre, la recette est simple : netoyage des parties abimées, pose de bandes de fibre par l'intérieur, séchage, ponçage,un petit peu de micro ballon pour remplir les creux, reponçage total et suppression de toute l'ancienne peinture. Puis peinture blanche à la bombe, masquage, peinture rouge.Et pour finir pose d'un filet adhésif noir.

 

reconstruction monsun 22Pour le fuselage : entoilage à l'oracover, en respectant les couleurs d'origine. Pas de difficulté particulière mis à part qu'à un endroit j'ai un peu trop chauffé l'oracover rouge qui s'est rétracté et la ligne de séparation entre le planc et le rouge n'était plus rectiligne. J'ai triché en mettent un petit peu de peinture rouge. Puis réalisation des décorations. J'ai utilisé des feuilles transparentes autocollantes pour imprimante. Les motifs ont d'abord été écrits à l'ordinateur, puis impression sur une feuille blache et ajustement de la dimension, et enfin impression sur le papier transparent. Puis découpage et collage en place. Il restera à passer un coup de vernis transparent pour protéger l'encre de l'humidité. Au passage je me suis fait un petit plaisir avec l'immatriculation qui, si elle n'est pas réaliste, reprend mon pseudo habituel sur les forums.

 

Restaient à poser les filets autocollant. Un peu de soin, ça pose pas de problème. Puis mise en place d'écrous nylstop de 2mm collés dans le fuselage pour la fixation du capot. Un coup de peinture grise dans l'habitacle, remise en place du tableau de bord, fixation de la verrière. Remise en place du train. Il ne restait plus qu'à fixer les éléments de la radio (récepteur, controleur, cablage, diode qui m'avertit quand la tension du pack descend sous un certain seuil, interrupteur de mise en marche de la réception). Et pour finir pose de la commande de la roue directice avant.

 

Lors des premiers test de radio je me suis rendu compte que les pignons du servo d'ailerons de la 2ème aile avaient également souffert. Cette fois ci ce sont les deux pignons les plus proches de la sortie qui ont perdu des dents. Changement, heureusement que j'ai du stock. Reste à régler le centrage des gouvernes. Coté poids le Monsun pèse 2360 grammes en état de vol. Le centrage devra être vérifié mais je pense qu'il sera correct sans ajout de poids.

 

 reconstruction monsun 29

reconstruction monsun 33 

reconstruction monsun 27

 

 

FIN de la

 

RECONTRUCTION

Repost 0
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 21:56

Ca fait plaisir à voir, même si il y a encore du boulot avant qu'il revole.

 

reconstruction monsun 21

Repost 0
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 19:57

Je me suis attaqué aux ailes. Trois points étaient à revoir :

  

- les pattes qui permettent de fixer l'aile au fuselage (voir la photo à droite prise dans la notice), qui sont au nombre de 4 et qui se sont toutes cassées au moment de l'impact. Il a dabord fallu extraire les morceaux qui restaient collés à l'intérieur des ailes, puis trouver une solution pour arriver à refixer des pattes de rechange. Un problème se posait : comment introduire la partie en forme de "T" dans l'aile ? j'ai choisi de pratiquer une ouverture rectangulaire dans la nervure d'emplanture, puis introduire la patte réalisée en contreplaqué de 2mm d'épaisseur, la mettre en position et refermer l'ouverture avec un morceau de bois dur. Le tout coller à l'araldite. Sachant qu'il fallait faire le collage en position dans l'avion, pour être certain que les pattes pourraient bien passer par les ouvertures pratiquées dans les flancs. Pour la première aile pas de problème, pour la deuxième j'ai un peu plus galéré. Dans le cas de tels collages il faut faire attention de ne pas coller entre elles des parties qui ne doivent pas l'être (par exemple l'aile et le fuselage dans ce cas). Pour cela j'utilise du papier spécial cuisson (dont on se sert pour les tartes pas exemple) que je place entre les pièces en question. La dernière photo (à droite) montre le résultat.

 

reconstruction monsun 20reconstruction monsun 15reconstruction monsun 17 

 

 

 

 

 

 

 

 

- un servo d'ailerons avait visiblement des problèmes de dents de pignons. J'avais racheté des pignons chez BAT, et finalement au démontage je me suis apperçu que les deux pignons qui avaient souffert étaient ceux qui étaient les plus près du moteur. Jusqu'à présent chaque fois que j'ai eu ce genre de problème c'étaient las pignons près du palonnier qui étaient à remplacer. j'avais donc des pignons de réserve, je n'ai pas ouvert les sachets achetés chez BAT, ça me fait des pièces de rechange d'avance.

 

reconstruction monsun 18- Une des charnières d'ailerons étaint cassée (il y en a 4 par aileron). Là, ça a tourné à la "boucherie" pour extraire les morceaux. J'ai pratiqué une fente dans l'entoilage d'une part, et désentoilé un peu l'aileron d'autre part. Puis j'ai remis en place une nouvelle charnière. Heureusement que j'utilise des charnières avec axe démontable sinon cela aurait été impossible. Je ne suis quand même pas entièrement satisfait, l'aileron est un peu tordu, j'espère pouvoir le redresser en chauffant l'entoilage. Les trous seront bien entendu recouverts avec de l'oracover. 

 

 

 

Repost 0
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 17:27

 

Après une petit pose la reconstruction a repris. Dernière étape, coffrer le dessus du fuselage, à l'avant.

 

Sachant qu'il y a en fait deux coffrages à réaliser : l'un sur le fuselage, et l'autre sur la partie supérieure du fuselage (le cockpit) qui se démonte pour donner l'accès à l'aquipement radio.

 

 

Afin qu'il n'y ait pas de discontinuité j'ai réalisé le coffrage en une seul fois, puis j'ai réalisé une découpe pour pouvoir séparer le cockpit du fuselage.

 

Le coffrage a été réamisé en balsa de 3mm d'épaisseur. D'abord la partie centrale relativement plane, puis les deux parties latérales qui elles sont très courbées. Pour celles-ci j'ai mouillé le balsa pour qui prenne bien la forme sans se casser. Elastiques et épingles pour tenir tout cela pendant le séchage (une nuit), le collage ayant été réalisé à la colle blanche.

 

Pour finir les travaux sur le fuselage, j'ai remis en place le support de jambe de train d'atterrissage, positionné le capot moteur et vissé la fixation du moteur. Et je n'ai pas pu réssister pour finir à regarder ce que ça donnéit en ajoutant le pilote et en posant en place la verrière. Le cone d'hélice est un cone alu que j'avais commandé pour le spitfire, mais qui était trop petit. Pas si mal tout ça, non ?

 

Sur les photos : après collage de la partie centrale et d'une partie latérale (en haut à gauche), en cour de collage de la 3ème partie (en haut à droite), après sêchage, découpage et ponçage (en bas à gauche) et après fixation du moteur (en bas à droite).

 

reconstruction monsun 10reconstruction monsun 12

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

reconstruction monsun 13reconstruction monsun 14

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 22:03

Les doublures de flancs en balsa ont été collées. Pas de difficulté particulière, travail d'ajustement classique, découpe du passage de l'aile et collage. Ensuite passage à la partie inférieure de l'avant de l'avion. Là c'est un peu plus délicat car la forme à réaliser n'est pas plane. Je colle tout d'abord une plaque de 3mm en dessous du fuselage. Pour les parties latérales qui sont fortement arrondie (forme évoluant de plat à 1/4 de cercle) je met le balsa dans l'eau pendant une heure, puis je met en place et ça prend la bonne forme. Suffit d'un élastique (gros modèle) à l'avant et de quelques épingles, il n'y a plus qu'à laisser sécher. Ensuite petit ponçage, et puis j'ai mis deux couches de tissus deverre +résinne à l'intérieur pour renforcer tout ça.

 

Pendant que j'y suis je fait une petite réparation en arrière de la cabine. Quand j'ai enlevé l'entoilage je me suis apperçu que le bois était détérioré. Au départ j'ai pensé que c'était consécutif au choc, mais il n'y avait aucune raison pour que cette zone soit abimée. En fait je pense que cela provient du fait que, lorsqu'on enlève le cockpit on serre le fuselage à cet endroit pour le tenir, et comme il n'est pas très solide il s'abime. Ce qui ne se voit pas parce qu'il y a l'entoilage. Donc, suppression de la bande de balsa détériorée, collage d'un renfort à l'intérieur du fuselage et mise en place d'une pièce pour refaire le recouvrement.

 

Maintenant il va falloir s'attaquer à la partie supérieure de l'avant du fuselage. Pas de  difficulté particulière, juste un couple à découper et le recouvrement à coller. Arrondi certes, mais rayon assez important. Et puis il faudra poncer tout ça, mettre un coup de mastic pour qu'on ne voit plus les raccords, et entoiler.

 

reconstruction Monsun 9

Repost 0
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 14:02

reonstruction monsun 7Une petite partie seulement, il ne faut pas se faire d'illusion la cause est essentiellement liée au pilotage.

 

Mais dans la description des circonstances dans lequel le crash s'est produit, j'avais signalé des difficultés à faire basculer l'avion. Il avait vraiment fallu que je m'y reprenne à plusieurs fois et ça m'avait marqué.

 

L'examen des pièces montre que la commande de direction présente une anomalie. Elle est composée d'une gaine plastique (qui coulisse dans une gaine fixée dans l'avion), au bout de la quelle est enfoncée/vissée une tige filetée, sur laquelle est fixée la chape. J'ai constaté que cette gaine était tordue (à la jonction ntre la tige filete et une tige métallique colée dans la gaine) et donc que la commande ne fonctionne plus normalement.

 

C'est peut être consécutif au choc, mais j'ai quand même un doute. Ca peut être aussi consécutif au problème de quasi-rupture de la dérive au raz du fuselage, qui s'était traduit par une sorte de flutter de l'ensemble de la dérive. C'était justement le premier vol après réparation de la dérive.

 

On ne saura jamais. Et ça ne change pas grand chose quand au résultat finaL

Repost 0
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 22:15

Je n'avance pas très vite, mais les temps de séchage sont assez longs. J'utilise de l'araldite lente pour les collages qui exigent une bonne tenue (en gros les collages contreplaqué sur contreplaqué), et de la colle blanche pour le reste.

 

Par ailleurs ce n'est pas évident de découper les pièces en contreplaqué. En particulier j'ai repris le principe du modèle original et j'ai utilisé des "tenons" et des "mortaises" qui imposent de faire des découpes assez précises. Le plus délicat ce sont les encoches découpées dans les pièces en contreplaqué, je n'ai vraiment pas le matériel adapté. Je perce d'abord des trous alignés les uns à coté des autres avec un foret de 2mm, puis je fais l'ébauche de l'encoche avec un cutter et je termine à la râpe à bois.

 

Les deux flancs en contreplaqué ont été mis en place, séchage pendant une douzaine d'heures sous serre-joints. J'ai hésité avant de pratiquer des trous pour alléger l'ensemble. les flancs étaient d'origine ajourés avec des évidements rectangulaires. J'ai préféré percer des évidements circulaires à l'aide d'une scie cloche, c'est beaucoup plus simple. Le gain de poids est négligable (6 grammes environ) mais comme je pense que j'ai alourdi un peu le Monsun avec la réparation c'est toujours ça de gagné.

 

reonstruction monsun 6

Repost 0
15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 22:37

Couple pare feu collé. Après m'être posé pas mal la question sur les valeurs correctes j'ai finalement décidé de caler le moteur avec un micropoil de piqueur et pas d'anticouple. Pas facile à mesurer ... pour le piqueur je suis à peu près sur de moi. Pour l'anticouple ça a l'air ok aussi mais c'est dur d'être sur. Si besoin je ferai des ajustements après les premiers vols.

 

Je n'ai pas pu résister à en profiter pour mettre en place "à blanc" le capot et la verrière, pour voir ce que ça donne. L'air de rien cela fait chaud au coeur.

 

Par contre je manque de contreplaqué de 3mm pour faire les flancs, j'ai épuisé mon stock. Demain je passerai chez Bat modélisme pour me réaprovisionner. J'en profiterai pour acheter les 2 ou 3 trocs qui me manquent (hélice 11*6, pignons servo, et du revêtement thermoplastique en rouge et en blanc).

 

reconstruction Monsun 5

Repost 0
15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 22:35

reconstruction Monsun 4J'ai ajouté un couple en CTP au niveau du bord d'attaque des ailes. Puis mis en place la platine contreplaqué qui servira à la rigidité longitudinale d'une part et de support pour le pack d'autre part. J'ai collé tout ça et puis j'ai fait un test de mise en place du pack .. qui ne rentrait pas. Il a fallu que j'enlève de la matière sur le coté supérieur du couple. J'appréhendais un peu et finalement avec une scie circulaire de mini perceuse montée sur ma perceuse autonome ça s'est fait sans problème. Faut juste faire attention de ne pas déraper, pour ne pas abimer le couple et aussi parce que ce type de scie fait de gros dégats si on laisse passer un doigt trop près.

Repost 0
15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 22:32

Les pièces sont arrivées en début de semaine. Ca fait du bien de voir un capot et une verrière en bon état. Hier je me suis rendu compte que pour le fuselage le mode de reconstruction "en l'air" que j'avais choisie en commançant par les flancs n'est pas la bonne. J'ai défait ce que j'avais fait, et j'ai décidé de faire une construction "à plat" en fixant le fuselage sur le chantier et en mettant d'abord les lisses inférieures, puis le couple qui est au niveau du bord d'attaque des ailes, qui va être suivi des autres couples et renforts. Enfin je mettrai en place les flancs qui s'appuieront sur quelque chose de solide et seront directement à la bonne position. J'ai aussi fixé sur le plan de travail une feuille de papier sur laquelle j'ai dessiné un plan vu de dessus, ça permet de m'assurer que le fuselage sera bien droit en non en forme de "banane". Au passage j'ai refait une clé d'aile à partir d'un tube alu de 12mm acheté en supermarché de bricolage et qui a pile le bon diamètre

 

Reconstruction Monsun 3

Repost 0
15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 22:30

Osirith qui a également un Monsun m'a envoyé des photos qui me permettent de voir comment était conçu l'avant du fuselage et la partie cockpit.  Le couple moteur est re-fabriqué à partir de contreplaqué aviation, 2 épaisseurs de 2mm et 3 mm contrecollées. La boite support moteur a également été réalisée en contreplaqué aviation de 3mm et collée sur le couple moteur hier soir à l'araldite lente. Coté poids je suis moins de 10% plus lourd que les pièces d'origine (moins de10 grammes d'écart). J'ai un peu avancé sur la partie supérieure du fuselage, je pense que je vais modifier la conception du cockpit, le plancher de celui-ci ne sera plus rabaissé comme d'origine mais sera fait d'une plaque de balsa 3mm (2 paisseurs de 1,5 mm contrecollées en croisant le fil du bois).  Plus simple à réaliser, et cette partie qui pénétrait dans le fuselage me posait des problèmes car elle empiétait sur la place utile pour la réception et l'accu. J'attend les pièces commandées chez Hobbydirekt, en particulier le carénage, pour finaliser la reconstruction de l'assemblage flancs/couple moteur

Repost 0
15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 22:25

Je n'ai pas fait de photo juste après le crash, je n'aime pas photographier les avions crashés je trouve ça morbide. Les photo ci-contre ont été prise Reconstruction Monsun 2après que j'ai nettoyé l'avant du fuselage et mis en place 2 nouvaux flancs en balsa 2mm. Avec les reste et les photos de la notice j'ai réussi à déterminer à peu près l'emplacement du moteur. Come le couple moteur d'origine n'est cassé qu'en partie, je réalise un nouveau couple en contreplaqué en contrecollant du 3mm et du 2mm. Je respecte les épaisseurs d'origine, en remplaçant le bois dur  par du contreplaqué aviation. A ce moment là je pense que je vais transformer le Monsun en caisse à voler, je ne vois pas comment je pourrai arriver à refaire la verrière et le capot moteur. Pour l'heure il n'y a plus qu'à laisser sécher. 

 

reconstruction Monsun 1Après quelques heures de sommeil réveil très matinal. Je parcours le net en me demandant quel appareil pourra remplacer le Monsun. Taxi Cup 2 de Graupner, RV 8 Hangar 9, ... Et puis sur le site Graupner je vois qu'il y a des pièces détachées à un prix abordable. Je fais une recherche et trouve un site qui vend ces pièces en ligne : Hobbydirekt. Il ont la verrière pour 4 euros, le capot à 17 euros et le fuselage complet à 50 euros. 

 

L'espoir reveint, la décision est vite prise : le Monsun renaitra identique à l'original. Je commande la verrière et le capot (finalement pas cher). Fuselage ou pas ? le problème c'est que le fuselage de rechange est livré sans empennages et sans support moteur. Il va donc y avoir quand même du boulot. Et puis c'est trop facle et ce ne serait plus le même Monsun. Donc je prend l'option reconstruction.

 

Commande envoyée. J'ai un stock de balsa et de contrplaqué, une scie d'atelier Dremel, une perceuse et des outils de modéliste, des cutters, épingles, règles, serre joints. Et aussi l'expérience de la construction de modèles réduits. Donc ...

 

 

... Y'a plus qu'à !

 

 

Repost 0
15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 22:20

Monsun

 

25 septembre 2010 .....

 

Je me suis inscrit à l'AC des Cigognes.  Jusqu'à présent j'étais membre d'une association modélisme non FFAM, mais l'existance de celle-ci  est fortement menacé en raison de sa proximité avec une zone sensible militaire. Un certain nombre d'autres raisons (pas affiliée FFAM, ainsi que à mon avis un manque de règles fermes liées à la sécurité certes bénéfique à la liberté mais qui finalement peuvent conduire à des comportements imprudents de certains pilotes - dont j'a pu faire partie à deux ou trois occasions je le reconnais) font que de toute manière je pensais bouger un jour ou l'autre. Regret, on était une petite équipe sympa de pilotes du samedi matin et les copains vont me manquer.

 

Bref ... membre FFAM, je me suis dit que j'avais le niveau pour passer la QPDD. Il y avait justement une cession le 25 septembre, alors malgré le temps assez défavorable j'ai embraqué le Monsun et je me suis rendu au terrain.

 

Temps effectivement assez pourri avec fort vent et nuages mecaçants. Un calmato électrique passe, puis un gros trainer aile haute qui avance lentement mais est trs efficace avec en particulier un chouette atterrissage en dérapage. Enfin un petit trainer décole, un peu chahuté par le vent, calage moteur dans la branche vent arrière du circuit rectangulaire il arrive à se poser.

 

C'est mon tour. Le vent s'est renforcé, des nuages noirs ont recouvert le soleil, la pluie menacé. Le décollage est quand même décidé.

 

Gaz, décollage, circuit rectangulaire, tout se passe bien. Le Monsun oscille légèrement sur son axe de lacet comme il le fait habituellement dans ces conditions. C'est au tour du renversement. Je ne suis pas dedans, je manque de concentration (le vent, le stress, ..) et je m'y prend comme un pied. Je ne met pas les gaz, la montée est inclinée sur la gauche, je donne l'ordre de renversement trop tot et j'ai l'impression qu'il ne pivote pas. Il est maintenant pratiquement sur la tranche, finit de pivoter mais je suis bas et à vitesse quasi nulle avec le vent dans le dos. Les gourvernes ne mordent pas, je ne remet pas les gaz assez vite et la fin est logique : planté à la verticale.

 

Je ne m'attend pas à retrouver grand chose de récupérable. Finalement bien que mon pauvre Monsun ait piètre allure les dégats sont limités grace au fait je pense qu'il s'est écrasé à la verticale et finalement à faible vitesse.  En fait toute la partie avant, jusqu'au saumon, a disparu. Il ne reste plus que des miettes de balsa. Le moteur semble ne pas avoir souffert, les ailes sont ok (sauf les petitespattes de fixation sur le fuselage), les empennages sont ok. Le pack d'accu est déformé il devra être jeté. Les pignons d'un des servos d'aile sont HS.

 

Eric, le moniteur du club me dit que c'est réparable. Là, je suis trop découragé pour marquer mon enthousiasme à ses paroles. l'ampleur de la tache me semble énorme, ce n'est pas une caisse à savon je ne me vois pas comment je pourrai le réparer et lui redonner son aspect semi maquette (problème de la verrière et du capot). Et j'ai pas le plan puisque c'est un ready to fly. Pire, les morceaux qui restent ne permettent pas de faire de patron pour des pièces de remplacement.

 

 

Je ramasse tous les morceau et les met dans ma voiture. Arrivé à la maison je met les restes sur l'établi.

 

Snif .......

Repost 0
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 22:49

normal BO209-2A l'automne 2008 mon miss bipe était perché en haut d'un arbre, j'avais assez peu d'espoir qu'il redescende, cala m'a fait une bonne excuse pour acheter le Monsun.
Je cherchais un trainer, aile basse, profil biconvexe, ailerons, dans les 2kg, en structure, et qui ait de la gueule. j'avais repéré le Monsun depuis quelque temps. J'avais déjà failli craquer quelques mois auparavant à la Ferté Gaucher mais je m'étais retenu. cette fois la fut la bonne.

Caractéristiques :

- envergure : 1m59
- longueur : 1m
- surface alaire : 34 dm3
- servos : 2 HS85BB pour direction et profondeur, 2 tiny S (=HS81) aux ailerons. J'avais dans un premier temps mis des ferrites sur les fils de servos d'aileron, je les ai récemment supprimées

- récepteur multiples 9 voies DS IPD 41 MhZ
- controleur : hyperion Titan 80 ampères cool BEC (switched BEC 4 ampères ok jusqu'à 6S lipo)
- moteur : hypérion S3025 Kv 815
- hélice 11*6 APC sport
- accus : lipos 4S hypérion LCX 4270

l'équipement électrique correspond en gros aux préconisations graupner, j'ai pris du matériel hypérion parce que j'aime bien cette marque pour son rapport qualité/prix.

Pour les servos, graupner préconise des DS361 qui sont des servos numérique trop cher à mon gout, j'ai donc monté des analogique Hitec, marque que j'apprécie et qui équipe tous mes modèles.

Le montage : c'est un ready to fly, donc pas grand chose à monter. Quelques points particuliers toutefois :

- les commandes constituées de tiges métalliques coulissant dans des gaines me paraissaient trop dures. Je les ai remplacées par des commandes sullivan rouges. Il faut faire attention pour enlever les anciennes gaines, mais ça se fait sans dommages. j'ai modifié un peu le parcours des gaines de manières à ce qu'elles débouchent bien en face des palonniers de servos.
- les charnières : d'origine ça ne plaisait pas, ce sont des charnières "papier renforcé" qu'il faut coller en place. Je ne suis pas habitué à ce matériel, et je m'y suis surement mal pris, toujours est-il que je trouvais le fonctionnement très dur. Après quelques vols, profitant de l'hiver, j'ai enlevé ces charnières pour les remplacer par des charnières plastique à axe métallique que je préfère de loin.
- les carénages de roues : il faut poncer assez fortement les renforts en bois qui se trouvent à l'intérieur des carénages pour que tout soit ok.
- commandes de servos : j'ai mis des chapes à boules sur les palonniers.

Sur le terrain :

Le montage se fait rapidement, il suffit de mettre en place les ailes en les enfilant sur la cle d'aile (tube alu costaud et long) et de les fixer à l'aide de 4 vis 6 pans creux. Ces vis ne sont  pas très faciles à mettre en place, il faudrait faire un petit bricolage pour utiliser des vis plus longues. J'y penserai ... On branche les servos (j'ai monté récemment un connecteur relai destiné à cet usage, acheté chez Topmodel), on remet la partie supérieure du fuselage (la cabine) en place. Ca tient grace à des aimants, je trouve le système super.

Premier vol :

Avant le premier vol, réglage des débattements, vérification du centre de gravité, test de portée, vérification du sens de débattement des servos. L'ami KCF a apporté tous ses appareils de réglage. J'ai programmé les dual rate, réglages notice à 100%. Ca permettra si besoin de limiter les courses facilement.

Premier test de démarrage moteur, histoire de mesurer la consommation statique. démarrage, mise des gaz, le moteur ne monte pas dans les tours comme il faudrait et l'indicateur de tension basse s'allume. Après vérification des enregistrements je m'apperçooit que le pack ne supporte pas la sollicitation, pour une intensité de 30 ampères la tension chute à 13 volts (d'ou l'allumage de la led d'alerte). Il faut dire que j'ai utilisé un de mes vieux packs Hextronik bien fatigués que je fais voler sur mon Eco8 royal qui nécessite moins de 20 ampères en vol "tranquille" (mon style de vol).

Remplacement par le pack Hypérion tout neuf, c'est nettement mieux : gaz pas totalement à fond l'intensité monte à 40 ampères pour une tension de 14,5 volts (3,6 volts/elt) ce qui donne environ 600 watts, pour 2kg200 ça devrait être suffisant. Mise en ligne, gaz, décollage sans problème. Toutefois l'avion n'est pas agréable, les débattement sont trop grands en particulier aux aolerons. Je demande à  l'ami Clint qui m'assiste de tirer les interrupteur de trim. C'est mieux. test de centrage, de piqueur moteur et d'anticouple, tout est ok. test de décrochage il ne décroche pas avec le débattement réduit que j'ai mis à la profondeur, il s'enfonce et c'est tout. Puis passage au dessus de la piste et plusieurs tours de piste pour voir comment l'avion va se comporter à l'atterrissage, tout est ok. Premiere prise de terrain pour me poser, trop long, je repart. 2ème essai, c'est pas top mais je décide de poser, l'avion se pose un peu de travers, un saumon touche le sol mais pas de bobo. Le train est très court et rigide, c'est un point fort. par contre c'est pas évident pour rouler sur le taxiway en herbe, l'hélice touche le sol. Pas grave, un avion c'est fait pour voler pas pour rouler.

Ensuite :

J'ai maintenant une centaine de vol avec cet engin. Les commandes ont été réglées à mon gout. C'est le trainer qui me convient, il nécessite du pilotage et préfère une voltige assez ample et coulée à des figures brutales. les figures ascendantes se font sans problème, avec la propulsion choisie il grimpe à la verticale sans fléchir. Pour le renversement il faut baisser les gaz parce que sinon il est presque à perte de vue quand il s'arrête J'aime les tonneaux lents, il faut les réaliser en mixant profondeur et ailerons au passage dos. les figures combinées à base de tonneaux et looping passent sans problème (noeud de savoie et huit cubain). Le vol dos tient avec une légère correction sur le dos. Les tonneaux à facettes je n'ai pas le niveau, j'en suis au tonneaux lents avec arrêt sur le dos pendant quelques secondes, ça passe sans problème (si ce n'est le pilote). la vrille ça ne passe pas, je réussis juste à faire une spirale serrée mais ça vient peut être de moi.

Pour l'atterrisage pendant quelques temps je me suis posé façon "apontage", c'était pas très beau. Et puis j'ai pris de l'assurance, j'ai mis plus d'expo sur la profondeur aussi et maintenant je fais de super aterrissages sur la piste en herbe du club. Les carénages de roues freinent le modèle très efficacement. En contreparte il faut mettre pas mal de gaz au décollage parce qu'ils apportent de la résistance au roulege.

Coté consommation : je fais des vols d'une dizaine de minutes en alternant voltige souple et circuits "tranquile". Sur des vols entièrement voltige je descend à 8 minutes pour ne pas trop solliciter les packs. Sur des tours de pistes sans voltige on peut voler 15 minutes sans problème.

Les mesures m'on donné des pointes à 600 watts, au décollage et dans les figures ascendantes. Ca correspond à des intensités de l'ordre de 40-45 ampères pour une tension de 14 volts. En palier il faut environ 180 à 200 watts, ce qui représente 12 ampères sous 15 volts. On descend à 150 watts si on vole à vitesse minimale.



En 2 an de vol (plus de 150 vols), aucun crash, aucun problème particulier. Les seules petites réparations que j'ai eu à faire ont été consécutives à des atterrissages un peu brusque : redresser le train avant, refaire le dessous du fuselage à l'avant, qui avait été enfoncé par le recul du train lors d'un atterrissage violent (posé trop court en bordure de champs)et remettre en état le carénage de roue avant qui avait souffert aà la suite de ce même atterrissage (un peu de résinne et d'époxy). Par ailleurs j'ai ajouté de l'entoilage rouge sur le tier avant des ailes (dessus et dessous) jusqu'au longeron, parce que le blanc dans le ciel ne se voit pas bien. cela améliore également grandement la visibilité du modèle lorsqu'on arrive au raz du sol pour se poser.

 

Il y a quelques semaines cependant lors d'un piqué fort flutter de la dérive. Je finis le vol et je me pose. Après vérification il s'avère qu'elle est cassée juste à la base. Pas dramatique mais c'est galère à réparer.

 

Et puis le 25 septembre 2010, fin du Monsun. Sur un vol réalisé avec un vent trop fort pour mon niveau de pilotage, un renversement se termine en poireau ... Tout l'avant est éclaté juqu'au ailes. les ailes n'ont rien (seulement les petites pattes de fisation cassées), l'arrière du fuselage est ok. Il se peut que je le répare et que je le transforme en caisse à voler. A suivre ....




Monsun

 

Finalement, je l'ai réparé. La reconstruction a été décrite par ailleurs sur ce blog. Seues pièces rachetées le capot, la verrière, l'hélice et le cône. Reste à faire les tests en vols pour controler que tout est ok. A venir dès que le temps sara plus clément, en cette fin 2010 / début 2011 ce n'est pas adapté pour un "nouveau premier vol". Vous pouvez comparer avant (au dessus) et après (en dessous). Pas mal non ?

 

reconstruction monsun 27

Repost 0