Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 21:05

Ce dimanche c'était le traditionnel concours maquette du club. Enfin concours ... rencontre plutôt, qui permet de voir quelque maquettes ou semi maquettes.

 

Météo très moyenne, mais j'ai chargé mes 3 packs et préparé le Spitfire. Arrivée au terrain, 4 modèles sont présents. Le Cesna Bobcat (chouette)de Bruno Henry, bimoteur tout jaune de 2m60 qui a connu les championnats du monde. Un Piel CP30 Emeraude de 2 mètres environ d'envergure. Un petit biplan vaguement semi maquette et un Yak 54 (je crois) qui devait faire dans les 1m60.

 

Cette fois-ci il y a vraiment un petit concours. 3 juges sont présents, les tables sont installées pour le statique qui va concerner uniquement le Cessna et l'Emeraude qui concourent en F4H. C'est modeste comme participation mais pour le spectateur que je suis c'est intéressant de voir les juges officiels, en comparant les éléments fournis avec le modèle réduit.

Première participation à un concours maquette. Enfin presque ....
Première participation à un concours maquette. Enfin presque ....
Première participation à un concours maquette. Enfin presque ....

Je suis tranquillement en train de regarder et un des organisateurs me demande si je veux participer en national. Euh ... c'est quoi le national .... en fait une formule simplifiée ou le statique se limite à montrer le modèle aux juges avant le vol en présentant une photo ou deux. Le programme de vol se compose de dix figures dont le décollage et l'atterrissage. Ca veut dire qu'il va falloir choisir 8 figures dans une liste, sachant que certaines figures sont interdites aux avions passant la voltige dont fait partie le Spitfire.

 

Les figures sont simples. Avec le Calmato je ne me poserai pas de question.Le problème c'est que je n'ai pas vraiment d'entrainement à la voltige avec le Spitfire, mis à part les tonneaux lents et les boucles. Mais passer un immelman ou un tonneau rapide ... faut augmenter le débattement des ailerons, ce qui rend l'avion avec vif en tangage ... bref rien d'infaisable mais j'aurais aimé m'entraîner avant. Pareil, pour l'atterrissage .... je l'ai jamais posé sur son train. Et dernier petit détail il est équipé de sa tripale et je ne sais pas ce que ça donne en vol. Allez on y va ... choix des figures, ça donne : 8 à plat, Cercle en descente, boucle, tonneau, retournement, rentrée et sortie de train, immelman et 1/2 huit cubain.

 

Maintenant faut se mettre ça dans la tête et voir comment se positionner en altitude pour chaque figure, sachant que les figures étant réalisées devant les juges il faut un tour de piste entre chaque figure. Donc 11 tours (parce que la sortie et rentrée de train nécessite 1 tour), àa risque d'être un peu juste en électrons. Heureusement j'ai mes nouveaux packs. Ce qui est sympa c'est que les (rares) participants s'entraident et Bruno Henry me briefe sur les figure et me donne des tuyaux sur les enchainements.

 

Le statique est terminé les vols vont pouvoir s'enchainer. Le temps est très maussade, nous avons eu quelques averses, le vent est 90° piste, assez fort ... avec une direction et une force qui peuvent varier assez rapidement.

 

 

 

 

Première participation à un concours maquette. Enfin presque ....
Première participation à un concours maquette. Enfin presque ....

L'Emeraude est le premier à voler. Le Bobcat vole en deuxième, j'assure au pied levé le rôle de "souffleur" pour le pilote en lui disant quelle est la figure à exécuter. Cet avion est très sympa en vol, le bruit des moteur est très chouette. Les deux avions sont quand même pas mal secoués malgré leur taille et leur masse. Le Yak enchaine dernière. Bon il faut le reconnaître les figures en sont pas passées d'une manièrre très académique. Moi je commence à angoisser un peu. J'ai peu d'expérience du Spitfire dans le vent mais je me souvient que le vol était assez désagréable ...

 

Le Yak se pose. Je me dirige vers le Spitfire, je branche le pack et je le pose devant les juges en leur montrant une photo du MH434 dans son ancienne livrée (AC-S). Et là un des juges me dit que si je le sent pas je ne suis pas forcé d'y aller ... c'est vrai, si j'étais seul je ne mettrai pas en vol l'avion ... ça fait mal au cœur parce que j'aimerai y aller rien que pour voir. Mais je me souvient il y a quelques années quand j'ai essayé de passer la QPDD avec le Monsun, les conditions météo étaient comparables, j'ai volé et je me suis crashé en sortie de renversement ... Ajouter le stress avec des conditions défavorables tout en manquant d'entrainement sur le programme à fair'e ... c'est pas raisonnable. Là je dois dire merci aux juges, ils ne m'ont pas pousser à y aller quand même ... et donc j'ai fait faire un petit roulage de l'avion sur la piste et je m'en suis tenu là ...

 

Ceci étant ça m'a donné envie ... mais il me faudrait un modèle adapté ...

 

 

Première participation à un concours maquette. Enfin presque ....
Repost 0
12 mars 2017 7 12 /03 /mars /2017 22:31

Il y avait eu des espoirs de vols les semaines, précédentes, mais à chaque fois cela s'est terminé par une décharge de mes packs. Cette fois-ci c'est la bonne. Temps superbe ce samedi et je suis disponible. Je charge mes deux packs 4S Hypérion G3 5000, dont l'un dois avoir 4 ans et environ 200 cycles, je prends ma batterie 12 volts pour charger sur le terrain, fourre le Calmato dans la voiture et c'est parti.

Vont suivre 6 vols de remise en condition ou je m'entraine surtout à passer des tonneaux, en m'évertuant à les réaliser sur ma droite et sur ma gauche, avant de croiser l'axe de piste ou après, et en faisant le tonneau en sens horaire et anti-horaire. Je vais essayer également de passer une vrille mais je m'y prends mal, ceci étant ça me permet de confirmer que le calmato même en grand débattement à la profondeur ne décroche pas.

Les vols ont duré environ 9 minutes à l'issue desquelles il restait à peu près 20% dans le pack.

Les recharges pack ont été effectuées à 2C et 3C, c'est à dire 10 et 15 ampères. A 15 ampères le temps d'un vol et le pack est quasiment rechargé. Ma batterie 12 volts par contre a manifesté son mécontentement sur la dernière charge, en abaissant sa tension si bien qu'il a fallu que je baisse l'intensité de charge. Mais je n'avais pas rechargé cette batterie depuis un bout de temps ce qui explique cela. Notons qu'on peut diminuer le temps de charge en arrêtant la charge à 95%, la fin de charge se faisant sous intensité réduite à tension constante elle prend comparativement beaucoup de temps par rapport à la première partie de la charge (à courant constant).

Par ailleurs, sur le terrain aujourd'hui 3 appareils intéressants sur lesquels on verra probablement des articles dans les mois à venir. Un Piper Cub "clipped wing" de grande taille, un parkmaster pro de Multiplex et un Pilatus PC21 de FMS.

 

Le Piper, c'est du gros. Ce modèle est de la vraie dentelle, c'est impressionnait quand on regarde à l'intérieur c'est plein de vide ... Les couples en contreplaqué de 3mm (environ) qui forment le fuselage se réduisent à un cadre de moins de 1cm de largeur. L'appareil semble assez vite monté, la motorisation qui l'équipe était largement surdimensionnée et j'aimerai bien le voir un peu plus en vol. Je rappelle que le Clipped Wing est un Piper Cub dont les ailes ont été raccourcies et qui passe la voltige.

11 mars 2017,  reprise des vols
11 mars 2017,  reprise des vols
11 mars 2017,  reprise des vols

Le parkmaster pro, je n'en avais jamais vu, je trouve ce modèle sympa pour se retourner la crêpe dans les champs derrière la maison. Bien entendu ça passe la 3D, et ce que j'ai apprécié c'est la rigidité de la mousse et l'aspect bien fini de l'appareil. Ca respire la solidité. Je me laisserai peut être tenter ...

11 mars 2017,  reprise des vols
11 mars 2017,  reprise des vols

Le PC21 de FMS est super mignon sur son train rentrant. L'hélice 5 pales impressionne. Malgré ses petites roues il décolle sans problème de notre piste en herbe. Train rentré il fait des passages à 1m d'altitude au dessus de la piste, trajectoire parfaite (bon, il n'y a pas un poil de vent), silence en vol assez impressionnant, la vitesse n'est pas énorme mais c'est réaliste et c'est très agréable à regarder. Ca donne envie d'avoir le même en un peu plus grand, celui-là ne faisant que 1m10 d'envergure.

Voir la pour plus de détails : http://www.fmsmodel.com/fms-1100mm-pc-21-pnp-pilatus

11 mars 2017,  reprise des vols
11 mars 2017,  reprise des vols
Repost 0
31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 18:12

Depuis plusieurs jours les oies en migration survolent le terrain de l'A.C. des cigognes. Samedi j'avais mon appareil photo sous la main quand une dizaine d'oies sont passés au dessus de la piste.

Vol de patrouille
Repost 0
31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 17:49

J'en avais entendu parler, et je sais que c'est une discipline assez développée en Allemagne, mais je n'avais jamais vu de parachutistes radio-commandés. Cette lacune est désormais comblée.

Il y avait donc sur le terrain ce samedi deux parachutistes radiocommandés. L'un d'une vingtaine de centimètres de long, l'autre un peu plus grand quoique ... ayant perdu sa tête lors d'un vol précédent.

Les parachutistes sont équipés de deux servos de 10kg qui permettent le déplacement des bras. Ce qui permet de tirer sur les suspentes et de piloter le parachutiste. Un troisième servo peut éventuellement servir pour l'ouverture du parachute, mais celle-ci peut également être commandée par le déplacement d'un bras. C'était le cas sur le petit parachutiste.

Tout vol commence par le pliage du parachute et la fermeture du sac qui le contient. Puis les parachutistes sont fixés dans l'avion porteur, ici un gros Beaver.

 

 

Parachuti - i -ste
Parachuti - i -ste

Décollage de l'avion qui prends de l'altitude, je dirais environ 100 à 150m. Puis l'avion se positionne en fonction du vent et largue les parachutistes. Après, soit le parachute s'ouvre, soit il ne s'ouvre pas.

Quand le parachute ne s'ouvre pas, tout va très vite. Enfin la chute va très vite. Après c'est une autre affaire, parce que pour peu que le largage ait eu lieu un peu loin retrouver le parachutiste peut demander du temps.

Si tout s'est bien passé le parachute se déploie et le pilote peut alors guider le parachutiste jusqu'au sol. Et ma fois ça se dirige pas mal, puisque à plusieurs reprise l'atterrissage a eu lieu à quelque dizaines de mètres du pilote.

Parachuti - i -ste
Parachuti - i -ste
Parachuti - i -ste
Parachuti - i -ste
Repost 0
14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 09:11

Je suis passé faire un tour à la fête du club ce week-end. Je ne participais pas au vols, manque d'entrainement et puis ... pas grand chose à mettre en l'air. Ceci dit ça a été l'occasion de voir voler le Fokker DR1 de Florian.

Florian est un "petits jeunes qui montent". C'est une des figures du club, présent dans toutes les disciplines, très souvent sur le terrain, pilote de remorqueur pour les planeurs, etc .... Avec son père il a entrepris la construction de ce DR1 au 1/3 ce qui donne dans les 2m50 d'envergure et 23 kg ... 2m 50 pour un monoplan c'est déjà respectable, alors pour un triplan ...

Pour ceux qui voudraient en savoir plus : https://www.youtube.com/watch?v=8JwHGKHK

Le fokker triplan DR1 de Florian
Le fokker triplan DR1 de Florian
Le fokker triplan DR1 de Florian
Le fokker triplan DR1 de Florian
Repost 0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 09:21

Dominique est un collègue de travail, et nous avons durant 2 ans partagé la même "boquette" et travaillé ensemble. Et comme le hasard fait bien les choses, Dominique pratiquait l'aéromodélisme comme moi. Enfin pas tout à fait parce qu'il n'était pas dans un club et qu'il faisait voler en solitaire des modèles proches du jouet mais ... ce qui compte c'est l'intérêt que l'on porte à faire voler des modèles réduits et le plaisir qu'on y prend.

Pendant 2 ans il m'a pas mal entendu parler de modèles, de pilotage, de constructions ... et il a basculé du bon coté de la Force en achetant avant les vacances un easystar et en s'inscrivant dans un club.

L'easystar a fait ses premiers vols durant les vacances, Dominique a fait ses premières armes en pilotage 3 axes, connu ses premiers crash également ... mais l'appareil est tolérant et solide, et le fait d'avoir un moteur en pylone est un réel atout pour un débutant. En cas d'atterrissage un peu dur, le moteur est préservé et après une réparation rapide et à la portée de tous on peut repartir. Avec un moteur dans le nez, c'est beaucoup plus problématique.

Bref vendredi soir m'a invité à Cresseli après le boulot. J'avais pris le Flamingo et l'Eco8, et il avait son easystar.

L'appareil est dans le coffre, dans un sac. Dominique sort le sac, tout le matériel est là. Il faut dire que Dominique est un motard, et qu'il va en moto sur le terrain avec son matériel. pratique non ?

Montage, vérifications d'usage, on rejoint la zone pilote et lancer. Diable l'appareil grimpe bien, il a la pêche. Le pilotage est coulé, le pilote maitrise bien l'appareil dans toutes les attitudes, en 1 mois avec ce modèle on voit qu'il est tout à fait possible d'atteindre un niveau de pilotage autonome. Pour les photos je vais demander un passage bas entre nous, celui-ci est parfaitement exécuté. Et alors que avec mon Flamingo junior je n'ai pas réussi à attraper de bulles et que je me suis posé au bout d'une demi heure de vol, l'easystar va voler pendant environ 45 minutes sur son deuxième pack (3S 2100 mA), jouant avec les pompinettes de cette fin de journée orageuse.

Dominiqie pilote en mode 2 comme moi, je vais prendre les manches quelques instants pour voir comment se comporte le modèle. Je prends la petite radio multiplex, oups le bougre est hyper réactif en mode dual rate 100%. Il faut fraiment piloter du bout des manches. Je passe en dual rate réduit, c'est beaucoup plus agréable et ça permet de piloter avec plus de précision. Je fais un test de centrage pour voir, c'est ok il est un peu avant ça va. Je repasse les manches à Dominique, il faudrait qu'il diminue au moins le débattement de la profondeur mécaniquement (pas de réglages possible sur cette radio), peut être des ailerons aussi, mais dans un second temps. Mais il faut pouvoir garder suffisament de défense si jamais on n'a besoin de réagir rapidement.

Conclusion : ce modèle est vraiment idéal pour faire ses premières armes, certes assez rapidement on sera limité quand aux capacité de vol et de progression du pilotage. mais je pense qu'on le reprendra toujours avec plaisir pour faire des vols relaxants ou l'emmener en vacances. la radio ultra simple ne comportant aucun réglage peut rebuter le pilote qui a plus d'expérience, mais pour le débutant c'est finalement l'idéal, rien à régler signifie que c'est bien réglé .... la seule contrainte étant d'avoir un centrage correct et des débattement adapté ( ;-) ).

Dominique et son Easystar
Dominique et son Easystar

Dernière chose : à la fin des vols j'ai vu Dominique démonter le modèle et enlever la dérive. Et là je me suis demandé comment il avait fait au niveau du raccordement de la commande sur le guignol. Et bien il y a un montage très astucieux, ci-dessous une photo, ça vaut mieux qu'une longue explication.

 

Dominique et son Easystar
Dominique et son Easystar
Repost 0
13 septembre 2014 6 13 /09 /septembre /2014 13:44

Cela fait pas mal de temps que je n'ai pa eu l'occasion de faire voler mes avions, le dernier vol doit remonter à plus de deux mois. Méteo défavorable, contraintes diverses ... Ce matin, enfin, météo ok et pas de contrainte. Je décide d'aller au terrain du club et d'emmener le Spitfire et le Baron. J'ai chargé les deux packs 3S hier soir, je met les modèles dans la voiture et en route.

Arrivé au terrain .... une table est installée près de la piste, deux personnes assises à la table, plusieurs personnes autour .... ça sent le passage de brevet ou QPDD. Je n'ai pas vérifié les dates des événements du club mais effectivement le passage des brevets se déroule généralement mi septembre. Depuis que je suis membres de l'AC des Cigognes je n'ai jamais eu l'occasion de passer le brevet bien que j'en ai toujours eu envie (j'ai bien essayé de passer la QPDD il y a quelques années, j'avais lamentablement échoué et planté le Monsun, j'en ai déjà parlé sur le blog).

Je me renseigne, effectivement passage des brevets. Le problème c'est que je ne peux pas raisonnablement envisager de me présenter avec un modèle mal réglé ou un autre qui n'a jamais volé. Demi tour, je passe chez moi chercher le Monsun, recharge du pack sur ma batterie de charge pendant le trajet qui me ramène au terrain. Montage de l'avion, je rempli les papiers d'inscription, je regarde le programme de vol et ... faut y aller.

En fait c'est quoi le brevet A ? c'est la validation d'un niveau de compétence. Il y a trois niveau, A, B et C. Les brevets A et B reconnaisent un niveau de pilotage, le brevet C reconnait un niveau de "constructeur pilote". le Brevet "A" est d'une difficulté moyenne qui le rend pratiquement accessible à l'ensemble des modélistes. Le Brevet "B" est par contre d'un niveau plus élevé avec réalisation d'un programme de voltige F3A.

Donc ... Monsun aligné sur la piste, je ne suis pas trop à l'aise parce que je n'ai pas volé depuis longtemps, vent de travers force moyenne ... Mise de gaz, décollage, circuit rectangulaire, passage à moins de 10 mètres du sol en ligne droite, maintenant le "8". Là au lieu de faire un 8 je fait des virages à angle droit (90° gauche, ligne droite, 90° droite, 90° droite, 90° droite etc ...). Je me fait reprendre .... je recommence ... c'est mieux mais pas fameux .... tour de piste, looping ok faut dire que c'est une figure que je maitrise, tour de piste, immelman (demi boucle demi tonneau)... loupé. c'est une figure qui me pose un peu problème, je l'ai pas mal travaillé mais les premiers d'une séance de vol sont souvent loupés. Avec le Monsun il faut que je stabilise un peu sur le dos, manche de profondeur à piqué, et que je reprenne de la vitesse. Sinon ça barrique dans tous les sens. Je recommence et ... mieux mais pas terrible. Eric (trésorier/moniteur/juge) me demande de me poser et de refaire un circuit complet. Atterrissage, un peu rebondi mais ok.

On rediscute des figures, petit soucis je suis obligé de repartir avec le même pack parce que l'autre n'est pas chargé, et il ne me reste plus que 5 minutes au timer. Ca devrait aller ... j'aligne le Monsun, décollage, tour de piste, passage bas, 8 horizontal à maintenant j'ai compris ce qui est demandé, c'est pas parfait (les deux cercles ne sont pas tangents ...) mais c'est accepté, boucle ... en haut je sens bien que le pack est un peu déchargé, ça manque de pêche (faut dire que ces packs on 4 ans et plus d'une centaine de vol, et ça fait deux mois qu'ils n'ont pas été utilisés). Tour de piste, immelman cette fois-ci il est bien réussi, j'enchaine sur le retournement (demi tonneau demi boucle) pour préserver le pack, réussi sans problème. Tour de terrain tonneau ok joli bien dans l'axe et à hauter constante. Là Eric me demande de refaire un immelman ... zut .... avec le pack en fin de décharge ça m'enchante pas ... j'y vais, il est pas beau mais bon l'avion repart dans le bon sens et à plat. Reste à faire le circuit rectangulaire pour me poser, il me reste une minute de vol au timer ça devrait aller. Tour de piste, alignement, atterrissage, pas de rebond, moteur coupé. Ouf.

Verdict des juges : c'est bon je suis reçu ... super content ... même si tout n'a pas été parfait compte tenu de mon manque d'entrainement récent et de l'aspect improvisé de ce passage de brevet. Bon maintenant faut que je continue à voler, à m'entrainer, pour essayer de passer le brevet B. Mais là par contre il me faudra peut être un avion plus adapté. J'ai discuté après le vol avec le membre du club qui me dictait les figures à faire et qui est un "moustachu" plein d'expérience, pour lui le Monsun est mal réglé et il faut sans cesse que j'agisse sur les commandes pour le maintenir sur trajectoire. Faudra que je vois ça, mais faut dire que ce modèle commence à avoir de la bouteille et que après les réparations faites sur la profondeur il n'a jamais volé aussi droit qu'avant ... Mais c'est vrai qu'il va falloir songer à un remplaçant pour dans un an ou deux.

 

Repost 0
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 19:05

J'étais parti pour faire quelques vols et arrivé au terrain .... la piste avion est fermée en raison d'un concours de F3J. Tant qu'à faire autant aller jeter un coup d'oeil.

 

Le F3J qu'est-ce que c'est : c'est un concours de durée précision avec lancer au treuil. Dans le cas présent des treuils électriques. Ceux-ci étaient alignés près de la zone de lancer, le fil courant jusqu'à un renvoi par poulie situé à .. une certaine distance, puis revenant jusqu'au treuil. Au top départ, les pilotes font démarrer le treuil et lancent le planeur façon javelot avec une pente supérieure à 45°. Le planeur prend de la vitesse et de la hauteur, atteint une altitude maximum, puis le pilote engage un léger piqué pour emmagasiner de la vitesse et aussitôt tire sur le manche pour restituer la vitesse en altitude. Tout ça se passe en quelques secondes, c'est très rapide, beaucoup plus qu'en FF2000.

 

Le but jeu ensuite consiste à essayer de voler le plus longtemps possible à l'intérieur du "temps de travail" de 10 minutes, puis de se poser au plus près d'une cible située une vingtaine de mètres en arrière du point de lancer. Le nombre de points du pilote est calculé à partir du temps de vol et de la précision d'atterrissage. Le règlement est très proche de celui de la FF2000, sauf qu'en FF2000 on lance au sandow et on peut relancer plusieurs fois son modèle (en F3J 1 seul lancé).

 

Ce samedi pour toutes les épreuves que j'ai vu les 10 minutes ont été atteintes par au moins 1 planeur (à 2 ou 3 secondes près) et la plupart des planeurs se posaient à moins d'1 mètre de la cible.

Concours F3J à l'ac des cigognes le 1er mai 2014
Concours F3J à l'ac des cigognes le 1er mai 2014
Concours F3J à l'ac des cigognes le 1er mai 2014
Concours F3J à l'ac des cigognes le 1er mai 2014
Concours F3J à l'ac des cigognes le 1er mai 2014
Concours F3J à l'ac des cigognes le 1er mai 2014
Concours F3J à l'ac des cigognes le 1er mai 2014
Concours F3J à l'ac des cigognes le 1er mai 2014
Repost 0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 20:04

Ce dimanche matin les pilotes planeur du club de Vayres étaient venus voler sur notre terrain. Et ils avaient amené du beau métériel.

En particulier un Monsun de 3m50 d'envergure (concept Aéro) qui servait de remorqueur ... musclé. Je n'ai pas raté l'occasion de mettre à coté mon Monsun de 1m60 qui donne vraiment l'impression d'être minuscule.

Rencontre avec un géant
Rencontre avec un géant
Rencontre avec un géant
Rencontre avec un géant
Repost 0
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 00:01

C'est la fin du mois d’août, les journées sont encore longues et coté boulot ça reprend relativement tranquillement. C'est donc la dernière occasion d'aller voler le soir en compagnie de l'ami Olivier sur le terrain du MCCR.

Aujourd'hui Olivier a amené son easy glider et son Eco8. Précurseur dans le domaine de l'hélico électrique, Olivier avait arrêté l'Eco8 et s'était séparé de son matériel. Il y a des moments comme ça ou nos amours du passé nous déçoivent ou nous lassent. Il avait repris avec un logo10 (on voit que le bonhomme a le gout des matériels décalés) avec lequel d'ailleurs il a bien progressé en pilotage puisqu'il tourne aujourd'hui les tonneaux et les loopings. Et puis au printemps il s'est acheté un Eco8 neuf .... Vu les conditions météo du moi de mai ce n'est pas le soleil qui a pu lui taper sur la tête ... Quoi que ... Parce que il a de plus équipé son hélico avec un moteur à charbon comme au siècle dernier, avec un contrôleur Sun Kontronik. L'Eco8 a fait ses premiers vols début juin, alimenté par un pack RC 2400 (si, si, des accus cadnium nickel !!! je vous disais bien que ce garçon a quelque chose de ... spécial). J'ai été forcé de lui donner des lipos 3S un peu fatigués que je n'utilisais plus pour qu'il se décide à adopter un matériel plus moderne.

Ceci dit c'est un plaisir de voir voler cet hélico. Le régime rotor est réglé à 1200 tours/mn, les pales font le bruit caractéristique de l'eco8, tout en douceur et très loin des hélicos actuels. Il enchaîne des circuits, c'est souple, c'est cool, bref c'est beau.

J'avais pour ma part amené mon Flamingo et mon Eco8. Ce dernier a fait deux vols, mais j'avoue que je suis un éternel débutant et que mes vols se limitent à de timides translations sans jamais mettre l'hélico face à moi et en ne mécartant pas de plus d'une vingtaine de mètres (et à moins de 5 mètres de haut ...). Faut dire que cette année je n'avais fait que 2 vols, l'année dernière un vol dans mon jardin ... faudrait que je m'entraine plus sérieusement mais contrairement au pilotage avion le pilotage hélico me stresse, àa part dans tous les sens ces engins ...

Le Flamingo a fait un premier vol d'une trentaine de minutes en compagnie de l'easyglider d'Olivier. Et plus Jean Luc, le troisième larron de la bande, nous a rejoint également avec son easyglider. Nous avons alors effectué un vol de concert, d'une trentaine de minutes encore. Je dois dire que voir évoluer ces trois planeurs dans l'air calme du soir, dans un silence complet, à basse vitesse, avait quelque chose de magique.

J'en ai profité pour faire quelques enregistrements avec ma sonde GPS. J'en reparlerai plus en détail mais c'est très instructif. En particulier on se rend compte de la zone dans laquelle on vole (j'ai toujours craint sur ce terrain de heurter le sommet des arbres au cours de l'approche mais ... je suis loin d'être au dessus des arbres quand je m'aligne sur la piste), on voit que l'on évolue pas à plus de 250 mètres de soi et on s'apperçoit avec horreur que souvent alors que l'on croiyait que l'on grimapit en spiralant en fait on ne fait que descendre ... Et puis aussi et ça je ne m'en doutais pas, la distance parcourue pendant le vol est de près de 15 km ...

Je parlais de magie plus haut .... il devait y avoir une fée avec moi ce soir, parce que quand j'ai pris mes ailes pour les déposer dans la voiture l'aileron de l'une d'entre elle s'est détaché. L'entoilage et la bande de scotch charnière qui faisaient articulation se sont tout simplement coupés. Un petit génie à du maintenir les éléments ensemble jusqu'à ce que je me pose ...

L'Eco8 e KFF, les 3 planeurs, aileron détaché et enregistrement GPS
L'Eco8 e KFF, les 3 planeurs, aileron détaché et enregistrement GPS
L'Eco8 e KFF, les 3 planeurs, aileron détaché et enregistrement GPS
L'Eco8 e KFF, les 3 planeurs, aileron détaché et enregistrement GPS
L'Eco8 e KFF, les 3 planeurs, aileron détaché et enregistrement GPS

L'Eco8 e KFF, les 3 planeurs, aileron détaché et enregistrement GPS

Mon Eco8 prend l'air ...
Mon Eco8 prend l'air ...

Mon Eco8 prend l'air ...

Repost 0
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 22:47

Dimanche juin, rassemblement amical de grandes plumes pour une journée de remorquage sur le terrain des cigognes.

Temps magnifiques, après les semaines de pluie que nous avons connues ça fait plaisir. Pour ma part c'est la deuxième fois que je viens au terrain cette année, la dernière fois c'était pour nettoyer suite à l'occupation du terrain planeur par "les gens du voyage". J'espère que la prochaine fois ce sera pour voler.

Donc ce dimanche matin vers 10 heures les abords de la piste sont déjà rempli de planeurs dont les envergures doivent aller de 2m50 à un 6 mètres. Il y a du beau matériel, depuis les K8 "bois et toile" jusqu'au twin astir en passant par les Fox, Salto et Lunak. Coté remorqueur, 5 appareils sont présents parmi lesquels je remarque particulièrement deux superbes avions au look semi maquette que j'identifie peut être à tort comme étant un Décathlon et un Midour. Sympa de remorquer avec ce type d'engin, et quel bruit feutré faisaient les moteurs !

Briefing puis aussitôt les vols vont s’enchaîner. Balais des remorqueurs qui décollent et montent à plus de 45° déposer le planeur à la limite de la perte de vue. Aussitôt le planeur largué le remorquer redescend et se pose pour monter le planeur suivant. Super école en ce qui concerne les atterrissages qui se succèdent, je suis admiratif pour les pilotes qui posent leurs appareils avec une précisions diabolique pile après le seuil de la piste.

Les remorqués se poursuivent, entrecoupés par les atterrissages des planeurs qui reviennent les uns après les autres. Là aussi chapeau pour les atterrissages, sur un planeur il n'y a pas de moteur pour refaire un tour de piste et là encore la précision est impressionnante.

Pas facile de prendre des photos, je livre ci-dessous les moins mauvaises d'entre elles.

Journée grandes plumes aux cigognes
Journée grandes plumes aux cigognes
Journée grandes plumes aux cigognes
Journée grandes plumes aux cigognes
Journée grandes plumes aux cigognes
Journée grandes plumes aux cigognes
Journée grandes plumes aux cigognes
Journée grandes plumes aux cigognes
Journée grandes plumes aux cigognes
Journée grandes plumes aux cigognes
Journée grandes plumes aux cigognes
Journée grandes plumes aux cigognes
Journée grandes plumes aux cigognes
Journée grandes plumes aux cigognes
Journée grandes plumes aux cigognes
Journée grandes plumes aux cigognes
Repost 0
15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 21:30

Cela aurait été quand même dommage de ne pas aller jeter un coup d’œil à ce championnat qui se déroulait ce week end (15 et 16 juin) sur le terrain de l'ac des cigognes.

D'abord qu'est-ce que c’est que le FF2000 (formule France 2000) ? c'est un épreuve de planeur pur, sans moteur, ou le départ se fait au sandow et ou le but du jeu est de voler pendant un temps donné (6 minutes), l'épreuve durant 8 minutes. A l'issue du vol il faut se poser le plus près possible d'une cible. Plusieurs décollages sont possibles. Le pilote reçoit 1 point par seconde de vol (appareil décroché du sandow) jusqu'à 360 points (6 minutes) puis ensuite perd un point par seconde de vol au delà de 6 minutes. Si il pose le nez de l'appareil sur la cible il touche 100 point supplémentaires, puis le nombre de points décroit en fonction de la distance. Chaque pilote a sa propre cible.

Ce samedi le vent soufflait fort ... et donc le spectacle était un peu limité, parce que le vol consistait à monter le plus haut possible au sandow puis à tenir face au vent en essayant de mettre le planeur dans une zone d'air ascendant .. ou le moins descendant possible. Attention je n'ai pas dit que c'est facile, la moindre erreur fait perdre de précieux mètres. mais on n'avait pas le spectacle des mises en spirale, de la recherche d'ascendances etc .... la plupart des pilotes choisissaient de voler au vent du terrain. Une fois trop bas (une dizaine de mètres d'altitude, parfois moins) ils faisaient demi tour et filaient vent arrière vers les cibles qu'ils dépassaient, puis faisaient à nouveau demi tour pour se poser. Celui qui allait trop loin ne pouvait revenir face au vent, et quelques uns ce sont posés dans un champ de blé (?). On assistait parfois à des manœuvres assez acrobatiques, l'atterrissage se terminant parfois un peu durement.

quelques planeurs du parc, l'aide amène le sandow, juste avant le top départ, 2 lancers, retour de 2 planeurs, planeur en train d’approcher de la cible (point bleu au sol)
quelques planeurs du parc, l'aide amène le sandow, juste avant le top départ, 2 lancers, retour de 2 planeurs, planeur en train d’approcher de la cible (point bleu au sol)
quelques planeurs du parc, l'aide amène le sandow, juste avant le top départ, 2 lancers, retour de 2 planeurs, planeur en train d’approcher de la cible (point bleu au sol)
quelques planeurs du parc, l'aide amène le sandow, juste avant le top départ, 2 lancers, retour de 2 planeurs, planeur en train d’approcher de la cible (point bleu au sol)
quelques planeurs du parc, l'aide amène le sandow, juste avant le top départ, 2 lancers, retour de 2 planeurs, planeur en train d’approcher de la cible (point bleu au sol)
quelques planeurs du parc, l'aide amène le sandow, juste avant le top départ, 2 lancers, retour de 2 planeurs, planeur en train d’approcher de la cible (point bleu au sol)
quelques planeurs du parc, l'aide amène le sandow, juste avant le top départ, 2 lancers, retour de 2 planeurs, planeur en train d’approcher de la cible (point bleu au sol)

quelques planeurs du parc, l'aide amène le sandow, juste avant le top départ, 2 lancers, retour de 2 planeurs, planeur en train d’approcher de la cible (point bleu au sol)

Repost 0
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 13:13

Chaque année au mois de février le MCB, accompagné généralelment par l'aéro club des cigognes, organise une journée de présentation de vol indoor dans le gymnase de la commune. C'est à 500 mètres de chez moi ce serait dommage de ne pas y faire un tour.

 

D'autant plus que les présentations en vol sont de qualité et le nombre de modèles important, que ce soient des avions de voltiges, maquettes, voilures tournantes ou objets volants inclassables ..

 

Pour la voltige les avions sont bien entendu en dépron ou assimilé, construction planche renforcée par de nombreuses tiges en dépron, aérofreins pour rélentir l'avion dans les figures descendantes, gouvernes parfois démesurées, large fuselage planche pour la stabilité latérale et le vol tranche. j'avoue que coté contruction c'est pas mon truc, et que j'ai du mal à voir les différences entre les différents modèles. Quand Jean Rousseau qui tien le micro annonce des Yak, bon, ok mais ....

 

Ceci dit coté vol c'est bluffant, il y a eu quelques très belles présentation dont en particulier un jeune de 13 ans qui faisait un vol tout en souplesse, des vols de patrouile à deux avions ou une dizaine d'avions en vol en même temps sans trop de collisions. C'est impressionnant, ces engins sont capable de voler très lentement et la voltige se passe pratiquement à l'arrêt.

 

torquevol dos avec rubans

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vieille toile 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Coté maquettes c'est plus mon genre de modèles. Il y avait quelques vieilles toiles en bois, dont en particulier un avion sur lequel le gauchissement des ailes était reproduit. On le voit sur la photo ci-dessus, regardez l'aile droite dont le bord de fuite est abaissé.

 

Quelques avions en mousse complétaient ce plateau de maquettes, dont un piper et un corsair qui devait être le modèle parkzone micro. Pas de photos de ces modèles, trop petits et rapides (d'ailleurs le vols se limite à des hypodromes dans le gymnse, pas assez de place pour faire un "8" pour pouvoir cadrer avec l'appareil.

Repost 0
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 17:39

Topmodel est un fidèle du Pilature Porter puisqu'on le retrouve en trois tailles chez ce fournisseur : 1m96, 2m50 et 3m20. En plus de cela on trouve au catalogue Topmodel trois Pilatus sous la marque Ecoptop, en 2,07m, 2m64 et 3m37. Donc celui qui s'intéresse à ce modèle trouvera assurément celui à la taille adaptée à ses besoins.

 

100 1066L'engin est impressionnant. Pour la forme, on aime ou on n'aime pas la structure carrée, mais quand même "il en jette". Son propriétaire a fabriqué un support de terrain avec des gaines électriques en plastique dur, bien vu ... mais ce matin il y avait du vent, personnellement j'aurais un peu peur de laisser le modèle sur son support sans le surveiller, l'ensemble étant moyennement stable.

Il s'agit donc du modèle de 3m20, donné pour 13kg environ. Coté équipement rien de hors du commun mais l'avion est quand même équipé d'une double alimentation par accus lipos. Le moteur est un MVVS 58 donc le pilote est très content.

 

Démarrage sans problème à la main, l'avion est amené sur le terrain ou il décolle en moins de 5 mètres (avec 15 km/h de vent). Sur les photos vous remarquerez peut être que la roulette de queue est absente, elle a décidé de reprendre sa liberté au vol précédent. D'ailleurs la roue avant droite essayera de faire pareil à l'atterrissage mais elle sera vite rattrapée. Frein filet obligatoire sur les vis de serrage des bagues d'arrêt de roues ....

 

100 1062

 

 

En vol pas de problème, c'est un bon gros trainer, le vol est lent, la trajectoire est stable malgré le vent. le pilote n'a que quelques vols et s'en sert pour faire son apprentissage au pilotage, et ma foi il ne s'en tire pas mal. Il ne réalise pas encore le décollage et l'atterrissage, c'est un pilote plus expérimenté qui s'en charge, mais ça ne saurait tarder. L'atterrissage justement ne pose pas non plus de problème, volet sortis la vitesse est très basse et avec le vent il se pose pratiquement sur place. Une chance d'ailleurs quand on perd une roue en se posant (photo ci-dessous). Il n'y a eu aucun dégat, la bague d'arrêt a été retrouvée dans lherbe et remise en place avec ... un peu de frein filet sur la vis de serrage.

 

100 1065

 

Seul petit problème à régler, il y avait durant les premiers vols des vibrations en vol assez importantes, qui allaient jusqu'à faire se desserer le pot. Elles ont été éliminées en enlevant le cone, mais il faudra en trouver l'origine, le cone est quand même sympa d'un point de vue esthétique.

Repost 0
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 22:22

Ce week end il y avait des warbirds sur le terrain : outre mon spitfire, nous avons pu voir voler deux modèlmes FMS, un corsair (que je n'ai pas photographié en vol et dont je reparlerai ultérieurement) et un T-28. Par ailleurs un Stucka origine Planet Hobby (ou équivalent) était également présent mais il n'a pas volé. Domage ...

 

Le T-28 donc ... le modèle est d'origine, non modifié. Donc, moteur, controleur, servos, tout est issu de la boite. Les accus utilisés sont quand à eux des nanotech 4S 3300. A l'intérieur si j'en crois la notice il y a douze (12) servos, j'ai pas été les compter mais je peux confirmer qu'il y a une sacré liasse de fils dans le fuselage.

 

Envergure 1m40, poids dans le 2kg500, hélice tripale et train avant séquencé rentrant lentement, les trappes se refermant ensuite. Le modèle a déjà pas mal de vol et il a un peu souffert, une des trappes de train principal ne se referme plus et l'avion vole avec la trappe ouverte. la tige de commande en plastique est cassée, mais je suis certain que le propriétaire fera un peu de maintenance cet hiver et réparera ça.

  

100 1055Au sol le modèle est sympa, je m'inquiète de la petite roue avant et du train rentrant qui pourrait souffrir sur notre piste en herbe mais le modèle a déjà pas mal de vols et globalement tout va bien. Alignement sur la piste, mise des gaz, décollage ... un peu à la ramasse mais c'est surement parce que je suis en bord de piste avec l'appareil photo ça ajoute un peu de tension. Vol sans problème; le modèle est un bon gros trainer qui ne vole pas vite et semble bien stable. Je ne le verrai pas faire de voltige, je me demande si la pêche est suffisante pour les figures ascendantes, ce sera pour une autre fois. L'atterrissage sera un peu loupé, la roulette avant se repliant après que le train principal ait touché le sol. Mais il faut dire que poser sur une herbe même tondue avec des roues de cette taille c'est pas évident et j'avais vu d'autres vols avant les atterrissages avaient été très corrects.

 

Ah un reproche quand même : il manque vraiment un pilote dans cette grande verrière !

 

 

 100 1057

Repost 0
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 22:16

Jean avait amené un drole de modèle ce dimanche. Il s'agit de l'oiseau Avitron. Ce modèle est étonnant, il ressemble vraiment à un oiseau et vole grace au battement de ses ailes. Les commandes agissent sur le moteur et le gauchissement des ailes (enfin pas vraiment un gauchissement mais ça y ressemble dans le principe).

L'appareil vole super bien, il faut dire qu'e les conditions étaient idéales et qu'il n'y avait pas un souffle de vent. le vol peut durer une dizaine de minutes grace à l'lément lipo de 50 mA de capacité qui équipe le bestiau. la recharge se fait en branchant l'appareil sur le récepteur.

Je ne suis pas certain que la longévité de l'appareil sera énorme, les pièces plastiques sont quand même hyper fines. mais moi j'aime beaucoup .

 

Plus de détails ici pour ceux que cela intéresserait : http://www.mybionicbird.com/index.html

 

100 0978100 0979

Repost 0
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 22:06

100 0974

J'avis lu un article sur ce planeur dan,s le modele magazine de juin 2012, et aujourd'hui le modèle était sur le terrain de l'AC des cigognes. C'est un beau bébé de 6 mètres d'envergure,  et ... y'a rien à dire il est magnifique. Pour la mise en vol le remorquage est une formalité, tout se passe bien entendu sans problème. En vol le modèle est majestueux. Et Laurent s'est même permis quelques figures de voltige une fois revenu près du sol. Je ne peux pas trop vous décrire les figures en question j'atais moi même en vol ...

Ajoutons à cela que le modèle a aussi été capable d'accrocher au passage quelques pompes.

Dans l'article de modèle magazine j'avais lu que les aérofreins étaient 100 0981totalement inéfficaces. Et bien Laurent a rajoté des plaques de métal ajourées apparement achetées en grande surface de bricolage sur les aérofreins d'origine. Et je peux vous assurer que ça fonctionne super bien et que l'appareil se pose très court.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

100 0975

Repost 0
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 22:29

stinson Phoenix modeleJe ne vous donnerai pas beaucoup de détail sur cet avion, mais je suis certain que vous pourrez bientot en savoir plus en consultant les revues consacrées à l'aéromodélisme. L'appareil fait 1m62 d'envergure, peut acceuillir une propulsion électrique ou thermique. Celui qui était aujourd'hui sur le terrain était équipé en thermique. La structure est en bois, en "dentelle" comme c'est la mode à l'heure actuelle, la partie arrière du fuselage est en baguettes de balsa et le tout est recouvert en Oracover. L'équipement de l'appareil ne semble pas être très simple, seule le capot et le pare brise s'enlèvent et donc il sembe que ce soit "sportif" d'insteller les servos, de raccorder les commandes etc ...

 

L'appareil est "craquant", c'est une très jolie petite semi maquette. Je n'ai pas de photo du vol, plus de pile dans mon appareil. Ceci dit le vol s'est fort boien déroule, j'ai juste trouvé qu'il était un peu vif et se dandinait en vol mais selon le pilote pas de problème et vol très agréable. Le vol s'est terminé par quelques figures de voltige, ça passe sans problème mais il est clair que cet appareil n'est pas un F3A .....

Repost 0
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 21:49

starlet big et smallCe matin au club le "petit" et le "grand" Starlet de graupner étaient réunis.

Le petit fait 90 cm d'envergure et est donné pour 500 grammes sur le site constructeur. En fait il fait plutôt dans les 650 grammes une fois équipé ce qui donne une charge alaire proche de 60 g/dm². L'engin est adorable, la construction est faire en structure et pour ce que j'ai pu en voir il n'y a rien a redire de la finition.

Le gros fait 2,4 mètres d'envergure et doit peser dans les 7 kg. Selon Florian, son heureux propriétaire, il y avait quelques points à revoir sur le modèle mais rien de bien important. Sur le terrain Il faut une bonne dizaine de minutes pour assembler le modème  mais quelle gueule il a ...

 

petit starlet

 

 

Coté vol, j'avais quelques craintes concernant le "petit" Starlet. Du fait de la charge alaire d'une part, et puis aussi parce qu'il y avait du vent. Et bien ça s'est parfaitement passé. la piste étant en herbe, lancer main du modèle qui se retrouve dans son élément. Et finalement le vol s'est déroulé sans problème, certes le modèle a été un peu chahuté mais finalement il se comporte très bien. par temps calme ce doit être un vrai plaisir de le piloter. Toutefois l'aterrissage s'est terminé  par un cheval de bois, il faut dire que le train n'est pas vraiment adapté pour se poser sur une piste en herbe.

 

 

 

 

Ci dessous A gauche la photo du "petit" Starlet en vol. Et à droite le "grand". On a du mal à voir la différence, non, ?

 starlet vol1

 petit starlet vol zoom

 

 Pour le gros aucun problème. Le vol est superbe, pas très rapide mais l'engin est gros et il faut quand même pas mal de place pour évoluer. Les passages au raz du sol s'enchainent, l'appareil est très stable. Je ne l'ai pas vu faire de voltige, Florian l'a depuis peu de temps et il faut qu'il s'habitue à son nouveau jouet.

Ceci dit cet appareil est une semi maquette d'un appareil distribué par STOLP Starduster Corporation en Californie sous forme de kits destinés aux constructeurs amateurs. C'est un monoplace à aile parasol haubanée. Le fuselage est construit en tubes d'acier soudés, doté d'un habillage en tôle d'aluminium pour la partie supérieure, le reste étant entoilé. L'aile est en trois parties, en bois entoilé. Elle est reliée au fuselage par une cabane en tubes profilés en acier. La charge des parties extérieures de la voilure est transmise au fuselage au moyen de mats en "V". Il a une envergure de 7,62 m. et son profil est un Clark Y (plat) (renseignement receuillis sur le site nimoweb.free.fr). Ce n'est donc pas un appareil destiné à la voltige.

  starlet passage bas 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 15:38

Ce matin des "pigistes" de modèle magazine étaient venus essayer deux appareils. Je n'ai pas pu m'empêcher de "craquer" pour le petit hellcat de la marque Art-tech. L'appare est en mousse, fait 1 mêtre d'envergure, est livré tout équipé avec ses servos et est très rapide à mettre en oeuvre (il n'y a qu'à mettre dedans le récepteur). Particularité, les ailes sont  repliables comme sur le vrai. Bien sur elles ne se manoeuvrent pas automatiquement il faut les manoeuvrer à la main.

 

Je passe sur les détails, ceux qui sont intéressés pourront lire l'article dans modèle magazine. ce que je peux dire c'est que le vol est super sympa (il n'y avait pas de vent), le pilote a enchainé une séie de passages au raz de la piste très chouette à voir. Le train n'est par entrant et on peut l'enlever (gare à l'hélice tripale et au bidon de carburant qui est sous le fuselage à l'étterrissage, il vaut mieux poser dans des herbes hautes ou en bordure d'un chomps de blé). d'après le pilote le vol était d'ailleurs nettement meilleurs sans train que avec (trainée ? centre de gravité reculé ? poids plus faibe ?).

 

hellcat zoom 1hellcat zoom 2

Repost 0