Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 12:59

Pour ceux qui ont été fouiller dans les articles de mon blog, j'ai entrepris il y a quelques temps la construction d'un P38 Lightning. C'est au point mort actuellement mais j'ai en projet de m'y remettre.

Entre temps, j'ai eu accès à une machine de découpe laser et j'ai commencé à m'en servir pour la reconstruction des ailes du Volt, dans un premier temps pour réaliser les découpes internes des nervures, qui ont des formes simples (rectangle, cercle ..). La préparation du tracé est simple dans ce cas.

Par contre pour tracer les nervures c'est un peu plus compliqué, il faut avoir les coordonnées du profil, et inclure les découpes du longeron, du bord d'attaque etc ... Pour le Volt je voulais le remettre en état de vol assez rapidement, donc pour les profils j'ai travaillé à l'ancienne. Mais pour le Lightning je me suis penché sur la question. Je vais décrire ici comment obtenir les coordonnées du profil des nervures, dans un autre article j'expliquerai comment à partir de ces coordonnées je passe à la découpe.

 

La première étape c'est de définir le profil de l'aile. Là, petit problème pour le Lightning sur le plan le profil n'est pas indiqué. Donc un petit tout dans le forum modelisme.com ou je demande qu'on me conseille un profil, et après quelques échanges je me détermine pour un Naca 2416 à l'emplanture et Naca 2410 au saumon. Avec un vrillage de 3 degrés.

Le problème d'un profil évolutif c'est qu'il va falloir calculer le profil des nervures intermédiaires. On se dit qu'en partant des deux profils extrêmes on va pouvoir interpoler. Et là ça se gâte parce que pour interpoler il faut que les abscisses pour lesquelles on a les coordonnées du profil soient les mêmes pour les deux profils extrêmes et .. ce n'est pas le cas quand on génère les coordonnées avec Xfoil ou tout autre logiciel. Donc la première étape consiste à interpoler les coordonnées des deux profils extrêmes pour des abscisses communes. En mettant bien entendu plus de points au niveau du bord d'attaque pour bien décrire cette zone.

- 1ère étape : sortir les coordonnées des deux profil avec Xfoil, sur 300 points.

- 2ème étape : interpoler pour des abscisses "normées". 1, 0.99, 0.98, ...0.10, 0.09, ...0.05; 0.045, 0.40, ... 0.020, 0.019, ... 0.001,0.

Maintenant on passe au dessin de chaque nervure

- 3ème étape : calculer par interpolation les coordonnées du profil sur une base unitaire (abscisses 0 à 1). Mettre à l'échelle (multiplier les coordonnées par la longueur de la corde)

- 4ème étape : enlever l'épaisseur du coffrage. Pas si simple qu'il n'y parait, il ne suffit pas d'enlever cette épaisseur aux abscisses .... il faut enlever cette épaisseur en étant perpendiculaire à la tangente du profil au point considéré. mais ça se fait.

- 5ème étape. Pivoter de 3° pour donner le vrillage. Il faut le faire maintenant pour tracer les découpes des longerons, les décopes pour clé d'ailes etc .. Dans le cas présent le centre de rotation se situe au niveau du longeron (à l'emplanture)

- 6ème étape : ajouter la découpe des longerons. On définit la largeur, l'épaisseur et l'emplacement en x des longerons.

- 7ème étape : ajouter la découpe des longerons intermédiaires se situant au niveau des flaps. On définit la largeur, l'épaisseur et l'emplacement en x des longerons.

- 8ème étape : ajouter la découpe du longeron intermédiaire se situant au niveau des ailerons. On définit la largeur, l'épaisseur et l'emplacement en x du longerons. Nota il n'y a qu'un longeron supérieur, mais la baguette sera encastrée sur les nervures et ira donc de l'intrados à l'extrados

- 9ème étape : enlever au niveau du bord d'attaque la zone dans laquelle on mettra les baquettes de bord d'attaque. Paramétré en profondeur.

- 10ème étape : mettre les perçage pour les clés d'ailes, et pour les cordes à piano qui vont me servir à aligner les nervures comme il faut lors de la construction (voir les articles sur le volt). Egalement mise en place des perçage qui vont servir de guide aux support des flaps (rainure dans les nervures en début et fin de flap, j'en reparlerai ultérieurement).

Tout ça est fait en Excel, c'est un bricolage à base de formules et de quelques macros.

Et voila des exemples de ce que ça donne, à chaque fois j'ai superposé le profil initial de la nervure et le contour définitif qui servira à la découpe.

 

Tout d'abord l'emplanture : longeron épaisseur 10, longeron secondaire devant flaps, vrillage nul, trous d'alignement.

 

 

 

Dessiner des nervures

première nervure de volet extérieur (après le fuseau) : longeron épaisseur 10, longeron secondaire devant flaps, vrillage adapté, trous d'alignement, perçages pour les clés d'ailes, perçage pour le guide de flaps.

Dessiner des nervures

dernière nervure de volet extérieur : longeron épaisseur passée à 5, longeron secondaire devant flaps, vrillage adapté, trous d'alignement, perçage pour le guide de flaps.

Dessiner des nervures

C'est rapide à utiliser, certes au départ il y a quelques paramétrages à faire concernant la géométrie de l'aile pour que tous les éléments se positionnent correctement, mais une fois que c'est fait en 30 secondes on a les coordonnées désirées.

Repost 0
6 novembre 2016 7 06 /11 /novembre /2016 11:15

Première étape donc, réparer l'arrière du fuselage. L'empennage par lui même n'a rien, mais l'examen détaillé montre que les collage entre partie horizontale et dérive ont lâché, et qu'il va falloir désassembler les différents éléments.

Par ailleurs en mettant l'ensemble sur la balance je vois qu'il pèse 186 grammes, ce qui me parait élevé. Il faut dire que j'avais construit solide avec un coffrage en balsa 2mm. Quand je regarde le Calmato je vois que les empennages sont en treillis juste entoilé, et ça parait assez rigide. C'était d'ailleurs pareil sur le Monsun. Comme j'avais des problèmes de centrage sur cet avion, avec un centrage trop arrière,  je décide de refaire un stabilisateur et une dérive en treillis entoilé pour gagner du poids à l'arrière de l'avion. Sachant par ailleurs que la réparation va surement me faire prendre un peu de poids.

D'abord nettoyage des paries endommagées, enlever un peu de coffrage sur la partie avant du fuselage en faisant des découpes inclinées pour les flancs afin d'avoir une meilleure surface de collage pour le coffrage qui va être ajouté. Il faut que je garde le bon angle d'attaque du plan horizontal, d'origine je m'étais aligné sur les logerons du fuselage mais ... il sont sassés. Donc je met en place sur la partie du fuselage une entretoise collée sur ces longerons, dont l'épaisseur est égale à l'épaisseur du plan fixe (8mm), puis je colle sur cette entretoise un morceau de planche de balsa sur lequelle sera collé le plan fixe. Ainsi l'angle d'attaque est correct et la position sur l'axe "z" du plan fixe est identique au montage d'origine.

6 novembre 2016 - remise en état du Volt - l'empennage

Les deux morceaux de flanc sont remis en place. En parallèle je reconstruit un empennage, pour renforcer un peu le treillis j'utilise un "contreplaqué" maison fait d'une épaisseur de balsa 2mm au centre entre deux épaisseurs de balsa 3mm. Bilan l'ensemble non entoilé pèse 131 grammes, une foir entoilé je mense que j'airais gagné presque 40 grammes. Pas mal.

L'étape suivante c'est remettre en place des gaines de commande et des commandes. Celles d'origine avaient été pliées lorsque le fuselage s'est cassé. J'utilise comme d'habitude des commandes Kavan en plastique. C'est finalement cela qui va me prendre le plus de temps. Je recolle également une gaine pour l'antenne récepteur qui est dans le fuselage (rappel je suis en 41 Mhz. attention, ne pas mettre l'antenne dans le fuselage comme cela si les commandes sont des tiges métalliques, risque d'interférences et de perturbation du signal radio).

Ajustements, remise en place du support de roulette de queue en contreplaqué. Et je met tout ça dans un coin, le collage des empennages sera fait quand les ailes auront été reconstruites afin de réaliser la mise en croix.

 

6 novembre 2016 - remise en état du Volt - l'empennage
6 novembre 2016 - remise en état du Volt - l'empennage
Repost 0
15 octobre 2016 6 15 /10 /octobre /2016 21:22

Le premier vol s'est soldé par la fabrication d'un stock de petit bois .... Trop de débattements sur ailerons et profondeur, centrage probablement un peu trop arrière, pilote qui n'a pas piloté de trainer un peu sportif depuis trop longtemps ... Vol de 500 mètres, trois branches du circuit rectangulaire et crash à la lisière du petit bois qui est à 200 mètres de la piste ...

Le fuselage est cassé au niveau de la queue, mais il n'y a pas d'autres dégâts à part le train qui est tordu. C'est déjà pas mal ... Une aile cassée en deux,  l'autre a été défoncée sur une largeur de 2 nervures jusqu'au longeron principal.

15 octobre 2016 - Remise en état de vol du volt
15 octobre 2016 - Remise en état de vol du volt

Le fuselage est réparable assez facilement. J'ai enlevé les gaines de commande, elles avaient été torudues et il faudra les remplacer. J'ai aussi enle vé iune partie du film de recouvrement de l'arrière au niveau de l'empennage et ça m'a permis de voir que le balsa est assez abimé. Je pense que je vais conserver les empennages qui sont en bon état mais refaire entièrement  la partie arrière de fuselage. Pour ça il va falloir que je charcute un peu l'autre morceau du fuselage pour rabouter des baguettes et des planches. Comme il faudra désentoiler la partie que je vais travailler je vais désentoiler la totalité du fuselage, ça évitera d'avoir des raccords d'entoilage ... tant qu'à faire ...

L'ale, je pourrais remettre en état celle reste, le longeron n'a pas été abilmé. Mais j'ai toujours été inquiet à cause du diamètre de la clé d'aile (tube fibre de 10 mm extérieur) , et je vais profiter de ces travaux pour mettre une clé d'aile de diamètre supérieur, je serai plus tranquile. Et donc je vais refaire les deux ailes. Avec l'expérience de la première construction ça devarit aller assez vite.

La formule de circonstance est ... y'a plus qu'à

Repost 0
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 16:22

Certes pour équilibrer un modèle il y a la méthode bien connue qui consiste à repérer l'emplacement du centre de gravité sous chacunes des ailes, et mettre l'avion en équilibre sur le bout de deux doigts. Ok sur de petits modèles mais quand on passe à la taille supérieure ça devient plus délicat. Il y a aussi une technique consistant à suspendre l'avion par deux points du fuselage vers la dérive et vers le nez et à utiliser un fil à plomb.

Pour le premier vol du Monsun, Olivier avait apporté une balance d'équilibrage et j'avais trouvé ça bien pratique. Il y a quelques temps je m'en était bricolé une mais ... ça restait du bricolage. J'ai donc craqué et je me suis offert une balance d'équilibrage Multiplex que l'on trouve chez tous les bons revendeurs.

L'appareil se présente très simplement : deux pieds, et deux tiges de 8*8 qui peuvent pivoter sur les pieds. Les deux pieds sont reliés par une traverse si bien qu'on peut utiliser la balance jusqu'à un fuselage de 35 cm de large environ. Coté dimensions on peut équilibrer des avions pour lesquels le centre de gravité est à environ 16 cm du bord d'attaque, ça permet de voir venir .... C'est en tout cas suffisant pour le lightning (2m14 d'envergure ...). Les diverses traverses sont en plastique dur, à une époque elles ont du être en aluminium si on en croit la notice. Le tout esl livré en kit à assembler : quelques vis (fournies), un peu de super glue, un petit coup de ponçage parce que je suis perfectionniste. Il ne reste qu'à coller les morceaux de mousse sur lesquels l'airle reposera (et les deux petits morceaux de mousse sous chaque barre du support.

Coté utilisation, pour régler le centrage on met les butées sur lesquelles le bord d'attaque sera en contact à la bonne position en se repérant sur la règle qui est collée sur chacune des barres horizontales, on met l'avion en place sur le support, il ne reste plus qu'à ajouter le poids nécessaire pour que l'appareil soit stable à l'horizontale.

Coté stabilité justement, pas de soucis l'ensemble est rigide, il y a des butées qui empêchent de prendre trop d'angle et l'avion ne risque pas de tomber.

 

Balance d'équilibrage Multiplex
Balance d'équilibrage Multiplex
Repost 0
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 21:45

Il y a quelques mois j'ai acheté d'occasion un Flamingo junior électrique Tangent, qui avait servi pour un test qui a été publié dans Modème Magazine.

 

On ne se refait pas, j'ai apporté quelques modifications afin d'optimiser (?) un certains nombre de points en fonction de mes gouts et habitudes.

 

Une de ces modification a consisté à remplacer les connecteurs de fils de servos montés d'origine (à chaque montage/démontage il faut déconnecter/connecter le connecteur). D'une part c'est plus pratique, on ne risque pas débimer les filsen tirant dessus, et je voulais tester ce type de montage pour l'appliquer ensuire à mes autres modèles (le Monsun dans un premier temps, le Lightning dans un 2ème).

 

Je me suis posé la question d'acheter des connecteurs spéciaux avec support que l'on trouve par exemple chez Topmodel. Et puis comme j'avais déjà sous la main des connecteurs Multiplex vert six broches j'ai décidé de les utiliser, ce sont ceux là qui sont le plus souvent utilisés.

 

100 1264

 

 

 

 

 

Première étape pratiquer une ouverture rectangulaire dans le fuselage. 

 

 

 

 

 

 

 

100 1260

 

Souder sur le connecteur qui sera dans le fuselage les fils de la rallonge qui va au récepteur. Coller une plaque sur le connecteur qui sera dans le fuselage pour assurer un bon maintient. Ensuite coller le connecteur en place. Là c'était pas évident de faire passer le connecteur dans l'ouverture, pas beaucoup de place pour passer les doigts.J'ai mis un morceaux de scotch d'électricien autour d connecteur, ce qui m'a permi de le tirer de l'extérieur.

 

 

 

 

 

 

100 1272

 

 

 

 

 

 

Les collages ont été fait à la Stabilit Express (super colle au passage pour les assemblage sur plastique et dérivés.

 

 

 

 

 

 

100 1266

 

 

 

 

 

Et on passe à l'aile : Marquer le contour de la découpe à réaliser,

 

 

 

 

 

 

 

 100 1269

 

 

 

 

 

puis effectuer la découpe dans l'aile (la nervure d'emplanture est en pin - ou semblable - d'assez forte épaisseur et derrière c'est du polistyrène),

 

 

 

 

 

 

100 1270

 

 

 

 

 

 

souder le connecteur mettre de la colle dans l'ouverture et sur la base du connecteur, mettre l'aile en place, connecter ensemble les deux connnecteur, serrer l'aile contre le fuselage. Au cas ou j'avais mis un peu de graisse sur le connecteur de l'aile et sur la nervure d'emplanture.

 

 

 

100 1271100 1273

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je ne dirais pas que ça va plus vite à faire qu'à dire .... mais bon j'ai pas mal pratiqué les connections/déconnections sur le Monsun et je dois dire que ce système apporte une nette simplification.

 

Repost 0
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 14:06

107 0484Bon, on ne va pas s'étendre sur le sujet car c'est plutot du bricolage que du modélisme. mais le chariot s'est transformé en support pour poser le Spitfire à l'envers sur le terrain.

 

Cout nul ou presque, j'ai utilisé du matériel qui trainait dans l'atelier. Planche de contreplaqué, quelques bouts de liteaux, le tout collé à la colle blache. les supports sont en mousse dense (ne me demandez pas quelle matière précisément je n'en sais rien). Pour les découper, j'ai photocopié des coupes de l'avion (j'ai le plan), collé sur la mousse, et un coup de dremel. Et puis après ajustement fin.

 

Seul point auquel il faut faire attention : le support avant doit être assez en avant du centre de gravité pour que l'avion ne bascule pas.

 

Par ailleurs c'est bien pratique que l'hélice soit dégagée en avant du support ça permet de faire des tests de fonctionnement. Ci dessous la photo prise sur le terrain. C'est pas grand chose mais ça apporte vraiment un très bon confort pour installer le pack, travailler sur l'avion, etc ...

 

107 0483

Repost 0
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 18:40

107 0478

Mon Spitfire pèse environ 1kg700 et je l'ai construit moi même, certes à partir d'un kit mais cela laisse quand même plus d'incertitudes quand aux qualités de vol que dans le cas d'un RTF de 1kg. L'engin n'ayant pas de train, le lancer à la main pour le premier vol ne m'enthousiasmait pas.

Je sais, il y a 30 ans j'aurais tranquilement lancer l'engin sans me poser de question. Mais avec le temps on devient plus raisonnable, ou plutot moins inconscient. Ou peut être tout simplement plus trouillard.

M'enfin ....

 

Donc, j'ai entrepris de construire un chariot largable pour que l'avion démarre du sol. Le chariot supporte l'avion lors de la prise de vitesse, puis l'avion quitte le chariot. L'atterrissage se faisant 107 0480bien entendu sur le ventre. J'avais déjà vu l'ami Gille utiliser un chariot pour mettre en oeuvre un planeur motorisé, donc je sais que ce n'est pas impossible. J'ai également vu un pilote des Cigognes avec un tel chariot, sans toutefois le voir en utilisation. Enfin il existe un modèle chez Robbe qui coute une centaine d'euros ( http://shop.lindinger.at/product_info.php?products_id=80930 , référence Robbe 2519).

 

Je suis parti sur le principe d'un chariot trois roues, deux principales à l'avant et une petite roue à l'arrière. Deux pièces en bois prennent place dans les "finger hole" qui sont sous les ailes, et donc l'avion va rester solidaire du chariot lors de la phase de roulage. Ces pièces en bois sont articulées sur le chariot, de manièe à ce que l'avion puisse se mettre en ligne de vol (comme 107 0479si la roue arrière se soulevait). Lors des premiers essais il est apparu que l'avion basculait en avant. J'ai donc ajouté un petit pavé de mousse à l'avant pour limiter son mouvement. Tout a été construit à partir de pièces de récupération que j'avais sous la main.

 

Arrivé sur le terrain le premier problème a été de faire en sorte que le chariot roule droit. Ca, c'était prévu et la roue arrière est orientable. Ensuite, je me suis apperçu que bien que l'herbe soit tondue le chariot avait beaucoup de mal à prendre de la vitesse. Roues trop petites je pense, roue arrière qui traine, poids trop élevé ... Après plusieurs essais j'ai quand même réussi à décoler, à l'arrache. Heureusement que le Spitfire peut voler à basse vitesse.

 

Le chariot a servi trois fois, le dernier décollage ayant été très sportif avec un départ sur l'aile pas du tout sympathique. Comme les premiers vols m'avaient rassuré sur le comportement de l'avion, les lancers suivants ont été effectués à la main. Pas de problème particulier, lancer à plat de la main droite, sur une légère pente ascendante après une petite prise d'élan en courant. Je dois dire que j'ai pratiqué durant des années autrefois et que ça ne me pose pas vraiment de problème (à partir du moment ou l'appareil est sain.

 

Quand au chariot, il va probablement être recyclé en support pour poser l'avion à l'envers sur le terrai, pour accéder à l'équipement radio et changer le pack d'accus (se fait en enlevant l'aile). Deux supports en mousse et deux pieds, yapluqua !

 

 

 

Repost 0
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 23:33

Je cite les deux servos parce que, vendus sous un nom différent ce sont exactement les mêmes produits.

J'avais eu un problème avec mes nano-S, les pattes n'avaient pas apprécié d'être mises en contact avec du frein-filet (enfin, c'est l'hypothèse la plus probable) et étaient devenu cassantes (ça c'est un fait quelle que soit la cause).

J'ai donc commandé des boitiers de rechange chez Flash RC ( http://www.flashrc.com/search_marque_result.asp?marque=21&gclid=CKiHqpLou6ACFRhp4wodqgQtUQ ). Prix raisonnable, service rapide, pas de problème. Compte tenu du fait que nano-S = HS55 j'avais pris des boitiers de HS55.

Démontage du dessous du boitier, suffit de dévisser les 4 vis (bon tournevis cruciforme de petite taille obligatoire). Après, on dévisse la petite vis qui retient le potentiomètre. On enlève le potentiomètre, pas de problème. Là ou cela se complique c'est pour le moteur : on a beau essayé de tirer (sans forcer ..), il ne vient pas. En fait il a fallu que je casse la partie correspondante du boitier, le moteur est collé et était impossible à sortir de son logement. Je pouvais toujours essayer de tirer dessus ...

Ensuite, c'est simple : on récupère les pignons, on note bien dans quel sens remonter, on récupère également le petit axe métallique que l'on met dans le nouveau boitier. Remise en place des pignons et de la partie supérieure du boitier, remise en place du moteur qu'il faudra recoller (loctite). Je conseille de laisser la loctite sécher avant de refermer les servos et laisser s'évacuer les vapeurs du solvant. Attention bien entendu de ne pas faire couler de la colle partout. Le problème, c'est pour le potentiomètre : il faut arriver à le pousser au fond de son logement, puis mettre en place la petite vis de maintient au fond du boitier. Après avoir changé 4 poitiers je conseille de mettre en position le potentiomètre, de l'enfoncer dans son logement, et quand ça commence à forcer de retourner le servo et tirer sur le potentiomètre par son "axe". Puis on ressere la vis, on met le fond du boitier en place, les 4 vis que l'on revisse et c'est bon. J'insiste sur le bon tournevis cruciforme, parce que sinon vous allez tourner dans le vis en abimant le tournevis d'une part et la vis d'autre part.

Voila. Un peu galère quand même, le premier servos j'ai mis une bonne heure pour y arriver. Les 4 fonctionnent correctement.

Repost 0